Les grandes villes n'existent pas de Cécile COULON

Publié le par Emma

Les grandes villes n'existent pas de Cécile COULON

Quatrième de couverture :

" Quelle horreur d'être jeune dans ce coin !" Cette remarque, Cécile Coulon l' a entendue pendant toute son adolescence. Jolis mais invivables, ces petits villages du fin fond du Massif central, qui disparaissent de la carte une fois la nuit tombée ? L'auteure et ses amis d'enfance ont pourtant su en faire leur terrains de jeux et d'apprentissage. Entre le stade, l'école, l'unique boutique, la salle polyvalente et l'église, il semble, à lire la romancière, qu'il soit possible de grandir heureux dans l'ignorance la plus totale des grandes villes. 

 

Mon ressenti :

Grandir à la campagne, grandir dans une ville dans laquelle il n'y a pas de cinéma, de magasins, grandir dans un village dans lequel tout le monde se connaît. Voilà un état des lieux sur ce qu'est grandir à la campagne, les occupations, être très souvent dehors, aller au stade qui est le lieu de rencontre pour les adolescents, se lever tôt et rentrer tard pour aller à l'école ou au lycée en car etc...
Cécile Coulon nous parle d'un petit  village dans le Massif Central, mais beaucoup de choses m'ont parlées, j'ai été élevée dans un petit village dans le Finistère. Beaucoup de point communs, je suis revenue en arrière, je me suis retrouvée adolescente car la campagne est la même qu'elle soit au centre , au nord ou au sud, il n'y a que certaines occupations qui diffèrent. Lorsqu'elle parle de ses occupations extérieures, ski, neige, les miennes étaient plutôt axées mer mais tout le reste est identique.
Un état des lieux de cette campagne certaines fois mal aimées, mais en même temps de plus en plus de personnes s'y installe, une carte postale d'une époque car internet change la donne maintenant, une petite bouffée d'air qui m'a rajeunie le temps de la lecture.

C'est ma première lecture de l'auteure, un autre de ses livres m'attend sur mes étagères même si celui-ci est un peu à part, j'ai beaucoup aimé l'écriture. Evidemment, les petits villages me parlent, j'y ai grandi même si je ne trouvais pas toujours cela agréable sur le moment, ça me parle toujours car j'habite, par choix en campagne, nous devons être environ 170 dans le village, et je n'habite pas au cœur du village mais sur le coteau d'en face :).

 

Les grandes villes n'existent pas - Cécile COULON - Seuil 2015 - 100 pages.

 

 

Publié dans beaucoup aimé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Encore un auteur que je n'ai pas lu. J'ai aussi été élevé dans un trou perdu après avoir vécu mes premières années à PAris et je déteste la campagne !!!
Répondre
E
J'en ai un autre d'elle sur mes étagères car celui-ci est un peu à part, c'est vraiment un état des lieux. Je déteste pour ma part la ville ! :)
V
Fille de la campagne, je m'y retrouverais aussi je pense. J'adore cet auteur tant son boulot que sa personnalité énergisante!
Répondre
E
C'est la première fois que je la lis, et je ne l'ai jamais écouté . J'en ai un autre d'elle sur les étagères.
P
Ni mer ni montagne pour moi et pourtant j'ai d'excellents souvenirs de mon enfance dans les bois, les rivières, les marais, à la chasse aux papillons, aux grenouilles, aux escargots,...<br /> Nostalgie quand tu nous tiens...
Répondre
E
On est toujours un peu nostalgique lorsqu'on pense à notre enfance, tu étais très chasse aux animaux ;)<br /> Bon lundi.
A
J'ai grandi aussi à la campagne où il n'y avait ni mer, ni montagne. Je m'y suis épouvantablement ennuyée, c'était les années 50-60, personne n'avait de voiture, il ne se passait rien ... Evidemment, aujourd'hui ou même à l'époque de Cécile Coulon, les moyens modernes et le meilleur niveau de vie avaient changé la donne ..
Répondre
E
Je me suis ennuyée aussi quand j'étais petite, mais maintenant c'est le silence, la vue dégagée, le calme et la tranquillité qui ont de la valeur pour moi. Si j'avais eu des enfants, je n'habiterai pas du tout ma maison actuelle, il faudrait toujours les emmener ici et là. Je pense toujours que j'aurais bien le temps d'habiter en ville en retraite, la proximité de tout, la culture, les expos etc... Mais d'ici là il peut s'en passer des choses...
A
Je suis une fille de la grande ville, mais j'aime les villages. Aujourd'hui, je vis dans une très petite ville et j'apprécie beaucoup le calme qui y règne, calme ne signifiant pas ennui !
Répondre
E
J'ai habité quelquefois des villes mais très rarement, j'apprécie aussi beaucoup la campagne et le calme qui va avec.
S
C'est un livre qui m'intéresse. Je suis née et j'ai grandi à la campagne. Ado, je ne rêvais que de quitter ce "trou paumé" pour aller à Paris. J'ai ensuite vécu à Rouen pendant une dizaine d'années avant de retourner au calme, dans de petites villes avec la nature à portée de main. Et je ne changerais pour rien au monde !
Répondre
E
Je pense que tous les ados veulent habiter une ville plus grande, mais une fois autonome la vision n'est plus la même. J'habite vraiment la campagne mais si j'avais eu des enfants, je n'aurais jamais acheté la maison dans laquelle je suis, trop éloignée de tout.
K
Comme je dis, 'ce coin, faut y être né!' ^_^ Mais j'aime les petits villages, j'ai passé mon enfance dans un coin pareil, et maintenant c'est très petite ville. On y vit bien!
Répondre
E
Ce n'est pas moi qui vais écrire le contraire, je déteste le bruit, la foule etc....