Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le jour d'avant de Sorj CHALANDON

Publié le par Emma

Le jour d'avant  de Sorj CHALANDON

 

Quatrième de couverture :

" Venge-nous de la mine, avait écrit mon père.
Ses derniers mots. Et je lui ai promis. A sa mort, mes poings menaçant le ciel. Je n'ai jamais cessé de le lui promettre. J'allais venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, mort en paysan. Venger ma mère, morte esseulée. J'allais tous nous venger de la mine. Nous laver des Houillères, des crapules qui n'avaient jamais payé leurs crimes. "

 

Mon ressenti :
Michel et Jojo sont frères, ils habitent le Nord, ils s'entendent très bien mais le 27 décembre 1974 Jojo va disparaître dans un accident de mine à Liévin, ils seront 42 à ne pas remonter.
Comment se remettre d'une telle catastrophe, comment surmonter ?
Michel va vivre toute sa vie avec ce poids et va revenir des années après afin de venger cette mort dont il ne s'est jamais remis et qui l'a hanté toute sa vie.
J'ai beaucoup aimé cette histoire, ce lien très fort qui unissait les deux frères, ce changement de carrière professionnelle de son frère qui va lui coûter la vie. Michel revient sur ces années, sa vie, les épreuves qu'il surmonte et cette soif de vengeance, alors qu'il a quitté le Nord, il va  revenir sur les traces de son enfance, les années d'insouciance et de bonheur. Comment va t-il réussir à apaiser cette souffrance permanente ?
Un livre passionnant, une région mise à l'honneur, une plongée dans l'univers des mineurs, une histoire fraternelle dans laquelle résonne le côté psychologique, social et la quête d'apaisement.
Un livre à lire, un incontournable qui m'a beaucoup touchée dans les dernières pages.
 
 
Le jour d'avant - Sorj CHALANDON - Grasset 2017 - 343 pages.

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Pause...

Publié le par Emma

Pause...

Pour encore une bonne semaine, quelques jours de  congés.

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Le gang des rêves de Luca DI FULVIO

Publié le par Emma

Le gang des rêves de Luca DI FULVIO

Quatrième de couverture :

New-York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d'Européens, la ville est synonyme de "rêve américain". C'est le cas pour Cetta Luminita, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L'espoir d'une nouvelle existence s'esquisse lorsqu'il rencontre la belle et riche Ruth.

Mon ressenti :

Cetta a quitté très jeune l'Italie pour vivre son rêve américain, elle est accompagnée de son jeune fils, Christmas. Nous allons vivre leur arrivée, leur installation, leurs problèmes. Christmas va grandir, va trouver des moyens pour s'intégrer et surtout va entendre sa mère lui répéter sans cesse que c'est un américain.

On peut dire que Luca Di Fulvio a l'art et la manière de raconter une histoire. En effet, nous allons suivre pas mal de personnages, et surtout l'Amérique des années 20. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé cette partie absolument passionnante, les nouvelles technologies, l'arrivée du cinéma, les gangsters, les rêves de chacun, le racisme, la ségrégation. Autant de thèmes qui m'ont passionnés et qu'il aurait pu développer, car il sait développer certains thèmes, il me l'a prouvé dans un autre domaine et c'est là que pour moi ça se gâte.
D'un côté ce qui me passionne est juste évoqué et les drames, viols, la violence sont très présents et développés pour moi à outrance sans apporter quelque chose à l'histoire. J'ai l'impression qu'il en rajoute toujours plus dans ce qui est atroce, suis-je assez bête pour ne pas comprendre ?  Est-il obligé d'en faire des pages dans l'extrême, l'horreur , d'en rajouter ? Est-il nécessaire d'être dans le cliché extrême du pauvre qui tombe amoureux d'une fille de famille riche et juive ? Du pauvre qui va devenir riche ?
Bref, autant de choses qui m'ont un peu gâché la lecture, une histoire qui se lit tout de même bien mais j'aurais vraiment  aimé avoir des détails plus sur l'histoire de l'Amérique plutôt que d'en avoir dans les scènes violentes.
Un livre qu'on a beaucoup vu sur les blogs, je ne comprends pas trop cet engouement, il a (à mon sens) autant de qualités que de défauts.  Je ne pense en garder un souvenir impérissable, ça se lit bien mais c'est en même temps assez décevant , je ne suis même pas sûre de lire un autre ouvrage de cet auteur.

 

Je participe au challenge pavé de l'été chez Brize.

Le gang des rêves - Luca DI FULVIO - Slatkine & Cie 2016 - 944 pages.

 

Le gang des rêves de Luca DI FULVIO

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Les apparences de Gillian FLYNN

Publié le par Emma

Les apparences de Gillian FLYNN

Quatrième de couverture :

Amy et Nick forment en apparence un couple modèle. Victimes de la crise financière, Ils ont quitté Manhattan pour s'installer dans le Missouri. Un jour, Amy disparaît et leur maison est saccagée. L'enquête policière prend vite une tournure inattendue : petits secrets entre époux et trahisons sans importance de la vie conjugale font de Nick le suspect idéal. Alors qu'il essaie lui aussi de retrouver Amy, il découvre qu'elle dissimulait beaucoup de choses, certaines sans gravité, d'autres plus inquiétantes.
 

Mon ressenti :

Amy et Nick sont en couple, ils ont tout pour eux  jusqu'au jour où ils perdent leur travail, ils vont alors s'installer dans le Missouri, la ville d'enfance de Nick. Tout commence le jour de leur cinquième année ensemble, ce jour-là, Nick rentre chez lui car on lui a signalé la porte ouverte. Il rentre dans une maison en désordre, le fer à repasser branché et sa femme disparue. Tout porte à croire qu'il y a eu bousculade, enlèvement.
Le récit va alterner entre Nick et Amy. Dans une première partie , Nick nous déroule l'histoire à partir du jour où elle a disparu, puis chaque jour va défiler  et Amy, son journal, au début de leur rencontre. Nous allons nous apercevoir très vite que Nick coopère avec la police, il cherche activement sa femme, mais ment très vite aussi.
La deuxième partie nous évoque l'emploi du temps d'Amy à partir du jour où elle a disparu, et Nick continue à nous dérouler le fil. Ici nous nous apercevons qu'Amy cachait elle aussi bien des choses… Alors que s'est-il passé vraiment ? Qui ment ? 

Le suspense est très vite lancé, j'ai beaucoup aimé la construction, les croisements d'époques et d'emplois du temps. Les époux respectifs qui sont assez diaboliques, je ne suis pas sûre qu'il y en un pour récupérer l'autre. Une histoire très prenante, du suspense, des surprises, des manigances, des secrets, des entourloupes, des mensonges etc... Tout y est pour une résultat très réussi.(j'avais aussi beaucoup aimé Les lieux sombres).

Un livre qui entre très bien dans le challenge Pavé de l'été chez Brize.
 

 

Les apparences - Gillian FLYNN - Sonatine 2012 - 687 pages.

Les apparences de Gillian FLYNN

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Nos vies de Marie-Hélène LAFON

Publié le par Emma

Nos vies de Marie-Hélène LAFON

Quatrième de couverture :

J'ai l'œil, je n'oublie à peu près rien, ce que j'ai oublié, je l'invente. J'ai toujours fait ça, comme ça, c'était mon rôle dans la famille, jusqu'à la mort de grand-mère Lucie, la vraie mort, la seconde. Elle ne voulait personne d'autre pour lui raconter, elle disait qu'avec moi elle voyait mieux qu'avant son attaque.

Le Franprix de la rue du Rendez-Vous, à Paris. Une femme, que l'on devine solitaire, regarde et imagine. Gordana, la caissière. L'homme encore jeune qui s'obstine à venir chaque vendredi matin… Silencieusement elle dévide l'écheveau de ces vies ordinaires. Et remonte le fil de sa propre histoire.

Mon ressenti :

Jeanne est retraitée, tous les vendredis elle va faire ses courses au Franprix et observe les gens. Notamment, Gordana, la caissière et Horatio, un homme qui fait ses courses comme elle toutes les semaines à la même heure. Elle leur invente une vie, elle crée une histoire. Elle nous raconte aussi la sienne.

J'avais beaucoup aimé Joseph, j'ai trouvé celui-ci moins abouti. J'ai apprécié l'écriture, il y a une espèce d'urgence à écrire les mots, on a l'impression qu'il faut que ça sorte. J'ai moins aimé l'histoire de Gordana et Horatio. Par contre, celle de Jeanne, la narratrice, m'a beaucoup plu ,il y a la description de belles tranches de vie, notamment une sur ses grands parents que j'ai trouvée délicieuse et qui m'a fait penser à Mémé lu récemment.

Un moment agréable mais il manquait des ingrédients à mon goût.

 

Nos vies - Marie-Hélène LAFON - Buchet Chastel 2017 - 183 pages.

 

Publié dans Moyennement aimé

Partager cet article
Repost0

Un homme de tempérament de David LODGE

Publié le par Emma

Un homme de tempérament de David LODGE

Quatrième de couverture :

" Le sexe pour (Wells) était idéalement une forme de récréation, comme le tennis et le badminton, quelque chose que l'on faisait quand on était avec satisfaction venu à bout d'une tâche, pour se défouler et exercer un moment son corps, plutôt que son esprit… "

Fervent défenseur de l'Amour Libre, H.G. Wells a multiplié les aventures et mésaventures sexuelles qui ont compliqué sa vie privée et contrarié ses ambitions d'homme politique.
Dans sa maison londonienne barricadée pendant le blitz de 1944, malade, il revient sur son existence peuplée d'incidents, de livres et de femmes.

 

Mon ressenti :

H.G. Wells et ses nombreuses maîtresses, mais pas que. Nous avons sa vie, son enfance, ses engagements politiques, l'écriture etc... Beaucoup de choses en effet dans ce livre.
La première partie commence à Londres lors de la guerre 39-45, alors que les bombardements font rage Wells ne veut pas quitter son quartier. Il est alors en fin de vie et continue à habiter son appartement. Il y a des questions- réponses et nous faisons alors un retour en arrière, dans ses jeunes années avant de dérouler le fil de sa vie.

Beaucoup d'éléments sur sa vie, les rencontres avec ses nombreuses maîtresses, l'écriture de ses livres, un arrêt sur image des années 1900 en Angleterre, les deux guerres, son engagement en politique, ses relations avec les autres auteurs. Un livre très dense, passionnant, j'ai tout de même eu des petits coups de mou par moment car ça ne se lit pas comme un polar, il y a une multitude de détails. Mis à part ces quelques longueurs, j'en ai appris beaucoup.
Si j'ai choisi ce livre, c'est parce que j'adore cet auteur, j'ai eu ma période pendant laquelle je crois avoir tout lu ou quasiment, et là il fallait que je le lise dans un autre genre. Il réussi à en faire un "tout" pas ennuyeux, qui change avec une alternance de récit, mais aussi des interviews, des lettres échangées.

 

Je participe ainsi au challenge Pavé de l'été chez Brize.

 

Un homme de tempérament - David LODGE - Editions Payot & Rivages 2012 - 700 pages.


Dans le genre " j'achète des livres et je ne m'en souviens plus", je l'ai aussi en version poche, donc si quelqu'un (parmi les commentateurs habituels) est intéressé, je lui envoie avec plaisir. 

Édit de 16h : mon exemplaire n'est plus disponible, il a trouvé un nouveau domicile 😊 et va le rejoindre très prochainement. 

Un homme de tempérament de David LODGE

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Mémé de Philippe TORRETON

Publié le par Emma

Mémé de Philippe TORRETON

Quatrième de couverture :

" Mémé, c'est ma mémé, même si ça ne se dit plus. Mémé me manque. Ses silences, ses mots simples au Scrabble, sa maison enfouie sous les pommiers et son buffet d'avant-guerre.
Ce texte est subjectif, partial, amoureux, ce n'est pas une enquête, ce n'est pas une biographie, c'est ce que j'ai vu, compris ou pas, ce que j'ai perdu et voulu retenir, une dernière fois.
Mémé, c'est mon regard de gamin qui ne veut pas passer à autre chose. "

 

Mon ressenti :

Philippe Torreton nous dresse une image, un portrait de sa mémé, des moments passés avec elle, petit mais aussi adulte. Une tranche de vie à la campagne en Normandie, sa maison, ses habitudes, les objets, les sensations, les odeurs. Une vie rude, le confort est presque absent, on compte les sous, pas de superflu dans cette maison, elle passe sa vie à travailler sans se plaindre. C'est avec beaucoup de tendresse qu'il nous parle de cette mémé, un beau portrait, on y retrouve forcément des objets, ou tout le monde a connu une maison comme celle-ci, les gens qui travaillaient sans se plaindre, qui ne gaspillaient rien. La campagne normande a sa part belle dans l'histoire, ainsi que le travail de la terre.

J'ai beaucoup aimé cette tranche de vie, on y retrouve une époque, une région et la campagne en général. Cette histoire m'a parlée même si je n'ai pas eu de mémé, pourtant j'ai croisé petite des personnes comme elle, et qui auraient pu être ma mémé. Ce qui a beaucoup moins fait écho chez moi (et je le savais avant de le lire) c'est la campagne normande, j'ai été élevée en Bretagne, mais à côté de la mer, je connais le potager mais tout le reste de nos occupations était la pêche à pied, les balades en bord de mer, le bateau en promenade ou pour la pêche. 
 

Mémé - Philippe TORRETON - L'Iconoclaste 2013 - 144 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

W3 Le calice jusqu'à la lie de Nathalie HUG et Jérôme CAMUT

Publié le par Emma

W3 Le calice jusqu'à la lie de Nathalie HUG et Jérôme CAMUT

Quatrième de couverture :

Les locaux du site d'infos W3 ont été soufflés par une explosion. Qui a voulu museler la voix des innocents ? S'agit-il d'un complot d'Etat comme tous le pensent ? Ou bien de tout autre chose, que les membres de W3 n'ont pas su voir ? Les survivants comprennent vite qu'ils ne sont pas sortis d'affaire. Car ceux qui ont voulu les détruire sont toujours là.
Sur les décombres encore fumants de l'immeuble, les drames se nouent et les destins s'entrelacent ou se heurtent. La plus unie des familles peut-elle résister à tant d'horreur ?

Mon ressenti :

Après Le sourire des pendus et Le mal par le mal lus l'été dernier, voici le troisième et dernier épisode de la série W3.

J'avais terminé le deuxième l'été dernier, pour nous rafraichir la mémoire, nous avons au début du livre les principaux événements qui se sont déroulés dans les deux autres. Voilà, qui me remet bien dans le bain. D'autant plus que le deuxième se terminait par  une explosion de bâtiment dans lequel tous les personnages étaient présents. Le dernier tome commence donc par cette explosion des bâtiments de la chaine W3. Tout le monde est sensé être là, évidemment il va y avoir des exceptions. 
L'histoire va donc prendre un nouveau visage, car cette explosion va changer les choses, certaines vont mourir, d'autres vont voir la vie différemment, les cartes vont être redistribuées.
Je n'en écris pas plus sur l'histoire, car il faudrait raconter le 1 et le 2 pour expliquer le 3.
Voilà une trilogie qui se lit très bien, c'est assez addictif, le troisième se complique un peu plus. C'est assez passionnant même si je pense que j'aurais du lire cet épisode l'année dernière, je l'ai lu moins vite du fait que je ne sois plus dans l'histoire. Beaucoup de suspense, d'action, de rebondissements et ça tient la route car il s'en est tout de même beaucoup passé en trois tomes de plus de 600 pages.

Je participe ainsi au pavé de l'été chez Brize.

 

Le calice jusqu'à la lie - Nathalie HUG & Jérôme CAMUT- Editions SW Télémaque 2016 - 982 pages.

W3 Le calice jusqu'à la lie de Nathalie HUG et Jérôme CAMUT

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Et je danse aussi de Anne-Laure BONDOUX et Jean-Claude MOURLEVAT

Publié le par Emma

Et je danse aussi de Anne-Laure BONDOUX et Jean-Claude MOURLEVAT

Quatrième de couverture :

Un mail comme une bouteille à la mer. D'ordinaire, l'écrivain Pierre-Marie Sotto ne répond jamais aux courriers d'admirateurs. Mais cette Adeline Parmelan n'est pas une "lectrice comme les autres". Quelque chose dans ses phrases, peut-être, et puis il y a cette épaisse et mystérieuse enveloppe qu'elle lui a fait parvenir -et qu'il n'ose pas ouvrir. Entre le prix Goncourt et la jeune inconnue, une correspondance s'établit qui en dévoile autant qu'elle maquille, de leurs deux solitudes, de leur secret commun...

 

Mon ressenti :

Pierre-Marie Sotto est écrivain, il reçoit une grosse lettre D'Adeline Parmelan, il pense que c'est un manuscrit à lire. N'étant pas éditeur, il ne l'ouvre pas, au dos de la lettre, aucune adresse mais une adresse mail. Il lui envoie donc un mail afin de lui demander son adresse postal pour le retour de son courrier. Un échange de mails au début court et qui va s'étoffer, Pierre-Marie Sotto est seul chez lui, alors qu'il a toujours été très entouré.

Voilà un roman épistolaire moderne (échange de mails), Adeline et Pierre-Marie vont échanger pendant quelques semaines, ça va être tour à tour drôle, tendre, sérieux et plus grave. Beaucoup de sujets vont être abordés, et même quand ils sont très graves, ils vont réussir à les tourner en plus légers.
Une petite histoire sympathique qui se lit assez vite et bien, une lecture légère, qui peut être idéale à la plage et qui pour moi s'insère bien aussi entre deux pavés.

On referme le livre le sourire aux lèvres après avoir passé quelques heures en leur compagnie, même si j'ai trouvé la fin un peu convenue. Cela n'a d'ailleurs pas changé mon impression générale, et le ressenti que j'ai quelques semaines après ma lecture.

 

Et je danse aussi - Anne-Laure BONDOUX & Jean-Claude MOURLEVAT - Fleuve Editions 2015 - 311 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

N'éteins pas la lumière de Bernard MINIER

Publié le par Emma

N'éteins pas la lumière de Bernard MINIER

Quatrième de couverture :

" Tu l'as laissée mourir … "

Le soir de Noël, Christine Steinmeyer, animatrice radio à Toulouse, trouve dans sa boîte aux lettres le courrier d'une femme qui annonce son suicide. Elle est convaincue que le message ne lui est pas destiné. Erreur ? Canular ? Quand le lendemain, en direct, un auditeur l'accuse de n'avoir pas réagi, il n'est plus question de malentendu. Et bientôt, les insultes, les menaces, puis les incidents se multiplient, comme si quelqu'un cherchait à prendre le contrôle de son existence. Tout ce qui faisait tenir Christine debout s'effondre. Avant que l'horreur fasse irruption.
Dans les ténèbres qui s'emparent de sa vie, la seule lueur d'espoir pourrait bien venir d'un certains Martin Servaz.

Mon ressenti :

Tout commence assez calmement, Christine reçoit une lettre, aucune adresse, aucun timbre, elle a juste été déposée. Elle apprend dans cette dernière qu'une femme va se suicider. Tout cela va être le point de départ de divers harcèlements, Christine va tout perdre.
En parallèle, Martin Servaz, est lui en maison de repos, mais il va tout de même enquêter en parallèle sur une affaire vieille d'un an.

C'est devenu quasiment un rituel en été de lire un Bernard Minier. Dans celui-ci nous sommes à Toulouse, il y est question de harcèlement, ça monte crescendo, on se demande même jusqu'où il va aller. Il y est aussi question des "space cowboys", les aventuriers de l'espace, mais aussi d'opéra. Bref, les thèmes sont très vastes et variés et autant dire qu'il n'est pas nécessaire d'aimer un de ces thèmes pour accrocher au livre. Car je pense que si il y a bien des sujets qui ne m'intéressent pas, ce sont bien la conquête spatiale et l'opéra.
C'est bien ficelé, ça se lit très vite, on a envie d'en savoir plus même si j'ai eu un petit passage à vide à un moment, j'ai vite retrouvé de l'intérêt.

Voilà un livre qui me permet de participer au challenge du pavé de l'été chez Brize.

N'éteins pas la lumière - Bernard MINIER - XO Editions 2014 - 700 pages.

N'éteins pas la lumière de Bernard MINIER

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0