Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les corps brisés d'Elsa MARPEAU

Publié le par Emma

Les corps brisés d'Elsa MARPEAU

Quatrième de couverture :

Sarah est une coureuse de rallye reconnue dans un milieu hautement macho. Un jour, lors d'une "spéciale", elle sort de route. Son coéquipier meurt sur le coup et elle se retrouve plongée dans le coma, avant de se réveiller paralysée des deux jambes. Elle intègre un centre hospitalier perdu en haute montagne, où rayonne un médecin que tout le monde surnomme le "docteur Lune".
Brisée physiquement et psychologiquement, Sarah développe une dépression paranoïaque, qui atteint son paroxysme quand la patiente qui partage sa chambre disparaît. pour le personnel, il ne s'agit que d'une fugue, mais Sarah est convaincue qu'il n'en est rien…
Inspiré d'un fait réel, Les corps brisés est un thriller glaçant avec son lot d'angoisses et de rebondissements, qui se termine sur un huis-clos étouffant. L'auteur y dresse un sombre constat sur la place des handicapés dans notre société moderne qui donne la priorité à l'efficacité et à la performance.

Mon ressenti :

Sarah est pilote de rallye et dès les premières pages, elle a un accident, son coéquipier meurt, elle se réveille paralysée. Elle va donc aller, après un passage à l'hôpital, dans un centre de rétablissement. Sa collègue de chambre va disparaître, alors que le personnel lui dit qu'elle a du partir d'elle-même, Sarah est persuadée qu'elle s'est faite enlever.
Cette histoire est inspirée d'un fait réel, elle se lit très vite mais je l'ai trouvée assez inégale, à certains moments j'ai eu un peu de mal avec des descriptions assez trash, j'ai trouvé l'intrigue moyenne, je n'ai pas forcément aimé le style de l'écriture. Il se lit vite car il n'y a pas beaucoup de pages et c'est facile à lire, cela reste pour moi un roman de gare, c'est distrayant.
C'est la première fois que je la lisais.

 

Les corps brisés - Elsa MARPEAU - Série Noire Gallimard - 236 pages.

Publié dans Moyennement aimé

Partager cet article
Repost0

Ecoute la pluie de Michèle LESBRE

Publié le par Emma

Ecoute la pluie de Michèle LESBRE

Quatrième de couverture :

" Puis le ronflement sourd de la rame qui s'approchait à grande vitesse a provoqué un frémissement parmi les rares voyageurs. Le vieil homme s'est tourné vers moi avec toujours ce sourire limpide, j'ai cru qu'il allait me demander quelque chose, mais il a sauté sur les rails comme un enfant qui enjambe un buisson, avec la même légèreté. "

Avant que le vieil homme ne se jette sur la voie en lui adressant un dernier sourire, la narratrice partait rejoindre l'homme qu'elle aime à l'hôtel des Embruns. Le choc a fait tout basculer. Plutôt que d'aller à la gare, elle s'enfonce dans les rues de Paris pour une longue errance nocturne sous l'orage.  (…)

Mon ressenti :

La narratrice habite Paris, elle doit aller rejoindre son ami dans un hôtel. Alors qu'elle attend le métro, un vieil homme se jette sous ses yeux sur les voies à l'arrivée du ce dernier, juste après lui avoir fait un sourire.
Cet événement va tout chambouler chez elle, au lieu de rejoindre son ami, elle va passer le Week-end à marcher dans les rues sous la pluie, à réfléchir à sa vie, à la mort, elle a besoin d'être seule et ne peut même pas à partager cet événement avec son conjoint photographe à Nantes, elle ne l'a même pas prévenu qu'elle ne passerait pas le Week-end avec lui.
C'est un récit intime, des réflexions sur la vie, sur les choix que nous faisons, ce qu'est devenu son couple, le caractère de son conjoint etc... C'est en même temps une promenade paisible dans les rues de Paris mais qui se fait après un drame et sur des sujets bouleversants. L'écriture est belle, c'est la première fois que je la lis, mais la fin n'est pas très claire.

 

Ecoute la pluie - Michèle LESBRE - Sabine Wespieser 2013 - 100 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

La femme à la fenêtre d'A.J. FINN

Publié le par Emma

La femme à la fenêtre d'A.J. FINN

Quatrième de couverture :

Elle a tout vu mais faut-il la croire ?
Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bétabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russel, un père, une mère et un adorable ado, qui vient d'emménager en face. Un soir, Anna est témoin d'un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison ?

 

Mon ressenti :

Anna est pédopsychiatre, séparée de son mari, une fille, elle est en arrêt de travail, elle est agoraphobe. Elle passe donc ses journées chez elle, entre les échecs sur internet, un forum de consultation médicale sur lequel elle donne des conseils, des polars en noir et blanc, du merlot et des bétabloquants. Elle regarde régulièrement ce qui se passe chez les voisins, dans la rue, les journées se passent ainsi.
Un jour, elle va être le témoin d'un meurtre dans une des maisons en face. Oui, mais comment croire une femme qui s'emmêle les pinceaux dans ce qu'elle dit, dans ce qu'elle croit avoir vu, sur ce qu'elle se souvient etc.…
Je me suis régalée avec cette écoute, les jours défilent avec l'emploi du temps d'Anna, en parallèle on en apprend petit à petit sur sa vie d'avant, le tout est savamment distillé. Un suspense lent comme je les aime, il ne faut pas être trop pressé, avoir envie de beaucoup d'action car c'est tout l'inverse. Voilà une histoire efficace, avec des rebondissements, des questionnements, un décor soigné, une psychologie fine du personnage, il m'a fait penser à La fille du train dans sa forme, le film a déjà été tourné et sa sortie est prévue au cinéma le 20 mai 2020.
Une écoute agréable, tout comme le premier que j'ai écouté, pour ceux qui ne le saurait pas, l'abonnement à Canal Plus donne l'accès à un livre par mois sur le site Lizzie, disponible depuis le compte Canal.

 

Pour la première fois, je participe à Ecoutons un livre chez Sylire.

 

La femme à la fenêtre - A.J. FINN - Lizzie lu par Gaëlle Savary.

La femme à la fenêtre d'A.J. FINN

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Cet été là de Lee MARTIN

Publié le par Emma

Cet été là de Lee MARTIN

Quatrième de couverture :

Ce jour-là, tout ce qu'on a su, c'est que la petite Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu'elle n'était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé l'existence bien tranquille de cette petite ville de l'Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l'enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n'a jamais su ce qui était arrivé à Katie.
Que s'est-il réellement passé cet été-là ?
Trente ans après, quelques-uns des protagonistes se souviennent. Le frère de Katie, son professeur, la veuve d'un homme soupçonné du kidnapping, quelques voisins, tous prennent la parole, évoquent leurs souvenirs. Des secrets émergent, les langues se délient. Qui a dit la vérité, qui a menti, et aujourd'hui encore, qui manipule qui ?

 

Mon ressenti :

 Nous sommes dans une petite ville tranquille aux Etats-Unis, une petite fille doit aller à la bibliothèque pour rendre des livres, elle s'y rend en vélo mais on ne la retrouvera jamais. Que s'est-il passé ? 
Tout au long du livre les différents personnages vont donner leurs versions, ils vont raconter ce qu'ils ont fait, j'aime beaucoup ce procédé utilisé régulièrement, chaque chapitre est le récit d'une personne, tour à tour ils donnent des éléments sur leur vie, leur emploi du temps. Les versions de ce qui s'est passé ce jour-là s'enchainent, petit à petit le tout s'étoffe. Le malaise apparaît au fur et à mesure de la lecture, ce qui est relaté n'est pas trash du tout mais les personnages sont assez dérangeants et tous dans leurs domaines, on est en plein été, le soleil brille et les personnages contrastent vraiment avec cette belle saison. On soupçonne un peu tout le monde, il faut dire qu'il y en a qui sont quand même bizarres et un peu déséquilibrés. 
J'ai adoré ce livre, cette ambiance, c'est peut-être un peu lent pour certains mais j'aime beaucoup quand ça se met en place doucement, en même temps c'est en adéquation avec la saison. Aucune envie de le lâcher, un suspense psychologique très bien mené.
Je ne me souviens pas l'avoir vu sur les blogs, je l'ai trouvé au hasard des rayons, d'abord attirée par la couverture. Le connaissez-vous ?

 

Cet été-là - Lee MARTIN - Sonatine 2017 - 296 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Le cabaret des oiseaux d'André Bucher

Publié le par Emma

Le cabaret des oiseaux d'André Bucher

Quatrième de couverture :

"Peut-être que ma mère Blanche verra la lettre flotter au fil de l'eau et elle viendra le repêcher sur le dos d'un héron. peut-être, ou bien elle retroussera sa robe avant d'entrer dans l'eau, elle tendra la main pour la cueillir comme une jolie écrevisse. " A.B.

Le deuxième roman d'André Bucher est un long blues, dont les notes mélancoliques et poignantes trouvent écho dans la nature grandiose qu'il décrit si bien. C'est au bout du monde, dans la cour d'une ferme isolée au cœur de la montagne, qu'échouent les deux repris de justice qui vont tuer la mère de Tristan, sous ses yeux, le jour de ses six ans. De son enfance solitaire et rêveuse dans les arbres et avec ses oiseaux, un merle et une corneille apprivoisés ; de son adolescence habitée par le secret et la nostalgie ; du crime dont il s'est rendu coupable comme en écho à celui qui lui a enlevé sa mère, il tente de dénouer les fils emmêlés dans un récit qu'il achève à dix-neuf ans, au sortir de prison. Au Cabaret des oiseaux, la ferme auberge où il a grandi, l'attendent le vieux Germain et Maryse, figure féminine qui a illuminé ses jeunes années qui fut naguère recueillie par son père. Entre ces personnages cabossés par la vie, se sont tissés tout au long du roman des liens profonds et durables grâce auxquels s'est construit et se reconstruira Tristan et dont André Bucher a su dire la complexité et la beauté.

 

Mon ressenti :

C'est l'histoire de Tristan, lorsqu'il a 6 ans , il voit sa mère se faire tuer sous ses yeux par deux évadés de prison. Il va ensuite vivre avec son père, son papa est alcoolique, ce n'est donc pas tous les jours facile. Il va trouver un peu d'apaisement lorsque son père ramènera une femme à la maison, une Russe, ils vont ensemble monter une auberge. Seulement, un jour, deux hommes vont arriver à l'auberge, ils n'ont pas l'air très clairs, Tristan repense à ses six ans mais il est beaucoup plus grand maintenant.

Quelle belle écriture, je me suis attachée à ce petit Tristan, c'est tour à tour drôle, poétique, émouvant. Sa vie n'est pas facile et heureuse mais il y a une belle complicité de l'enfant avec ses deux oiseaux,  la nature a aussi une très belle part dans ce roman. J'ai beaucoup aimé aussi les mots créés par ce petit garçon pour appeler les gens, il y a d'ailleurs une belle galerie de personnages, comme "le docteur des généralités", le "docteur de l'esprit" etc..., ces expressions m'ont fait sourire, et ça faisait du bien car l'histoire n'est pas gaie, ces dernières mettent un peu de douceur, de rondeur, de la poésie. 
J'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire, c'est pour moi une première lecture de l'auteur, si j'en trouve d'autres je n'hésiterai pas à le relire.

 

Le cabaret des oiseaux - André BUCHER - Sabine Wespieser 2004 - 188 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Guide de survie en milieu hostile de Shane KUHN

Publié le par Emma

Guide de survie en milieu hostile de Shane KUHN

Quatrième de couverture :

John Lago n'est pas un homme très fréquentable. Mais dans sa partie, c'est le meilleur. Sa spécialité ? Infiltrer les grandes sociétés en y sollicitant un stage afin d'éliminer les dirigeants corrompus.
Les stagiaires se caractérisent en effet par leur insignifiance. On leur demande d'être corvéables à merci, mais pour le reste personne ne leur prête attention. Ressources humaines Inc., la mystérieuse organisation qui emploie John, profite de cette faille du système pour "placer" en entreprise des assassins à la couverture parfaite. John, qui a bientôt 25 ans, l'âge limite pour exercer cette profession très particulière, a décidé d'écrire, à usage interne, Un guide de survie à l'usage des jeunes stagiaires, illustrés d'exemples tirés de sa propre expérience. Ce qu'il ne sait pas encore, c'est que sa nouvelle mission -rejoindre  l'un des plus grands cabinets d'avocats new-yorkais avec pour objectif d'assassiner l'un des associés- va vite se révéler la plus compliquée de sa carrière et fera voler en éclats toutes ses certitudes, tant professionnelles que personnelles.

 

Mon ressenti :

Tout d'abord à la sortie du livre en poche dans la collection 10/18, le titre a été modifié et est donc Un stagiaire presque parfait. Je ne sais pas pourquoi ils changent les titres, lorsque cela arrive c'est vraiment casse-pieds car on finit par s'y perdre.

Voilà un thème plutôt inhabituel, recruter des stagiaires afin de les utiliser comme meurtriers. John Lago a 25 ans, il arrive donc au bout de sa carrière, il effectue sa dernière mission et la raconte dans un guide à l'usage des nouveaux, il y donne des exemples et des conseils pour rester vivant. Evidemment la dernière mission ne va pas être de tout repos.
Un livre qui se lit tout seul pour peu qu'on aime le genre : de l'action, de l'humour, tu es dans la tête du tueur et il ne t'épargne rien, il s'adresse directement à toi et il veut t'apprendre le métier de A à Z, il n'a peut-être que 25 ans mais il en effectué des missions et son rêve est de profiter de la suite de sa vie tranquille.
C'est complètement déjanté, rock N roll, ce John Lago m'a fait quelquefois penser à Bourbon Kid, je n'ai jamais rien lu de ce genre, c'est original, drôle, c'est truffé de références de films et j'ai passé un excellent moment de détente.

J'aime décidément les éditions Sonatine, j'adore le visuel de la collection mais bien souvent je découvre un excellent livre avec un auteur totalement inconnu, c'est encore une fois une bonne pioche et bientôt un article d'une autre découverte qui a été un véritable coup de cœur.

 

Guide de survie en milieu hostile - Shane KUHN - Sonatine 2014 - 313 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Un parfum d'herbe coupée de Nicolas DELESALLE

Publié le par Emma

Un parfum d'herbe coupée de Nicolas DELESALLE

Quatrième de couverture :

Par légères touches qui sont autant d'instantanés de vie, Kolia revient sur son enfance et ces petits riens qui seront tout : un trajet dans une voiture bleu perroquet sur la route des vacances, les filles, Mathilde et Inès, Totor le paysan aux cèpes et la maison de famille, la découverte du clip de Thriller à la télévision, des livres, quelques sauterelles, un berger allemand prénommé Raspoutine… Nicolas Dellesalle rend tous ces moments incroyablement vivants dans un premier roman plein d'émotion, d'humour, de poésie, de profondeur, où la petite musique singulière de l'enfance ouvre sur une partition universelle.

Mon ressenti :

L'auteur nous parle de son enfance à l'aide de petits chapitres dans lesquels il raconte des petites scènes de la vie quotidienne, des souvenirs qui sont tour à tour le reflet d'une époque, les vacances, les angoisses, les découvertes et bonheurs d'un enfant puis d'un adolescent. Ce sont des chapitres courts pour des moments bien choisis et bien précis.
Evidemment j'ai beaucoup aimé cette plongée dans l'enfance, beaucoup de petites scènes ont eu une résonnance chez moi, étant née à la même époque que l'auteur, cette boîte à souvenirs aurait pu être la mienne,  cette plongée dans les années 80 a aussi été la période pendant laquelle je me façonnais, je grandissais et découvrais de nombreuses choses. J'ai beaucoup aimé l'écriture simple mais en même temps délicate, précise, imagée pleine de doux moments, de joie, de peur, d'humour et de délicatesse.
C'est la première fois que je lis cet auteur et cela a été un vrai délice d'ouvrir cette boîte à souvenirs qui m'a instantanément plongée dans mon enfance à moi.
J'ai été plus d'une fois tentée par Le goût du large, il faut maintenant que je me le procure afin d'en lire un peu plus.

 

Un parfum d'herbe coupée - Nicolas DELESALLE - LGF 2015 - 251 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Un chemin de tables de Maylis DE KERANGAL

Publié le par Emma

Un chemin de tables de Maylis DE KERANGAL

Quatrième de couverture :

Brasserie parisienne, restaurant étoilé, auberge gourmande, bistrot gastronomique, taverne mondialisée, cantine branchée, Mauro, jeune cuisinier, autodidacte, traverse Paris à vélo, de place en place, de table en table. Un parcours dans les coulisses d'un monde méconnu, sondé à la fois comme haut-lieu du patrimoine national et comme expérience d'un travail, de ses gestes, de ses violences, de ses solidarité et de sa fatigue. Au cours de ce chemin de tables, Mauro fait l'apprentissage de la création collective, tout en élaborant une culture spécifique du goût, des aliments, de la commensalité. A la fois jeune chef en vogue et gardien d'une certaine idée de la cuisine, celle que l'on crée pour les autres, celle que l'on invente et que l'on partage.

Mon ressenti :

On suit le parcours de Mauro. Alors qu'il a toujours aimé la cuisine il va effectuer des études en économie. Son diplôme en poche, la cuisine va le rattraper,  il va donc se lancer dans un C.A.P. Un ami de son père qui a un restaurant réputé le prend en stage, mais très vite il va vouloir expérimenter autre chose, il va donc continuer à apprendre et connaître tous genres de tables, afin d'affiner vraiment ce qu'il veut comme concept.
J'aime beaucoup cette collection, Raconter la vie, ici c'est le métier exigeant de cuisinier qui est mis en avant, cette passion dévorante, les horaires décalés, les différentes cuisines, les styles de restaurant, la fatigue qui s'accumule etc... Un petit livre qui se lit très bien, j'ai aimé le style, l'écriture fluide, le regard qu'elle porte sur ce jeune homme qui se cherche et qui expérimente. Le sujet des restaurants est original, j'ai aimé "voir" l'envers du décor, l'autre côté, ce qui se passe derrière surtout que j'y ai passé un temps certain il y a quelques années, j'ai testé des cuisines de différents pays, du bistrot à la brasserie en passant par le gastro, mais depuis ma forte intolérance au lait, je n'ai plus trop envie d'y aller, car cela reste assez compliqué et si c'est pour manger un steak frites, cela ne m'intéresse plus du tout.
C'est le deuxième livre que je lis de l'auteur, mon premier étant Tangente vers l'est que j'avais apprécié mais dont je n'ai aucun souvenir. 

 

Un chemin de tables - Maylis DE KERANGAL - Seuil 2016 -102 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Salut à toi ô mon frère de Marin LEDUN

Publié le par Emma

Salut à toi ô mon frère de Marin LEDUN

Quatrième de couverture :

La fantasque tribu Mabille-Pons : Charles, clerc de notaire pacifiste, Adelaïde, infirmière anarchiste et excentrique, et six enfants dont trois adoptés. Le quotidien comme la bourrasque d'une fantaisie bien peu militaire.
Jusqu'à ce 20 mars 2017, où Gus, le petit dernier, manque à l'appel. L'incurable gentil a disparu et est accusé du braquage d'un bureau de tabac de Tournon. Branle-bas de combat ! Il faut faire grappe, fourbir les armes des faibles, défaire le racisme ordinaire de la petite ville bien mal pensante, lutter pour le droit au désordre, mobiliser pour innocenter Gus, lui ô notre frère.

 

Mon ressenti :

Voilà une famille bien atypique, la mère est infirmière, le père tente de réussir le concours de notaire, ils ont 6 enfants, deux filles et quatre garçons (dont trois enfants adoptés). La narratrice est une des filles, Rose, elle fait la lecture dans un salon de coiffure. Ils ont  déjà une vie de famille bien animée, et pourtant, tout va basculer lorsque Gus, le dernier, est activement recherché par la police suite à un cambriolage. Toute la famille va s'activer, se démener pour le retrouver, tous convaincus de son innocence.
L'enquête est ici un prétexte, nous sommes plutôt dans la comédie, des personnages excentriques pour une famille complètement déjantée, haute en couleur. Plusieurs péripéties vont venir s'ajouter à cette enquête, de nombreuses références culturelles diverses et variées et j'ai du en louper … Des dialogues, tour à tour drôles, piquants donnent le ton, c'est loufoque, très vivant, beaucoup d'action mais je suis restée un peu en retrait. Je ne m'explique pas pourquoi, je savais pourtant dans quoi je me lançais, j'avais très envie de le lire, le moment était peut-être mal choisi. Dans tous les cas, ce que j'aime avec cet auteur, c'est qu'il se renouvelle sans cesse, il prouve ici qu'il sait aussi sortir des sentiers battus, les styles et l'écriture de ses livres sont toujours très différents. La suite de cette histoire est disponible, je ne l'ai pas encore en ma possession mais je le lirai très certainement.

 

Salut à toi ô mon frère - Marin LEDUN - Gallimard 2018 - 312 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Je lis donc je suis

Publié le par Emma

Décris-toi....                    La femme au carnet rouge

Comment te sens-tu ?    Ici ça va

Décris où tu vis actuellement...    Dans les forêts de Sibérie

Si tu pouvais aller où tu veux, où irais-tu ?  Sur la plage de Chesil

Ton moyen de transport préféré ?  Le chardonneret

Ton/Ta meilleur(e) ami(e) est  L'amie prodigieuse
 

Toi et tes amis, vous êtes ?       Le camps des autres

Comment est le temps ?      Toute la lumière que nous ne pouvons voir  

Quel est ton moment préféré de la journée ?    Incandescences

Qu'est-ce que le vie pour toi ?    Une putain d'histoire

Ta peur ?                         La baïne

Quel est le conseil que tu as à donner ?    Vivre vite

La pensée du jour...      Les grandes villes n'existent pas

Comment aimerais-tu mourir ?   Une mort qui en vaut la peine

Les conditions actuelles de ton âme...   Ils ont voulu nous civiliser

Ton rêve ?      Le nouveau nom

 

Pour faire un petit bilan de mes lectures, ce sont 41 livres lus, je crois que c'est à peu près le rythme depuis quelques années. Je pense que je lisais beaucoup plus avant car j'empruntais beaucoup de livres en médiathèque et j'avais des dates à respecter, chose que je n'ai plus du tout car au bout d'un peu plus de 5 ans dans ma maison, je ne suis toujours pas inscrite à la bibliothèque du village voisin.
Parmi ces 41 lectures, 10 sont policiers ou noirs, c'est assez peu, je suis souvent plutôt moitié - moitié.  A la fin de l'année, je me suis mise à la lecture audio en faisant du vélo elliptique, et j'en ai écouté 2, et ce sont 20 auteurs que je n'avais encore jamais lus. Parmi eux Elena Ferrante (j'en ai lu 4), Thomas Vinau (2 de lus). De belles lectures, le coup de cœur de l'année est À la ligne de Joseph Pontus, j'ai aussi beaucoup aimé Ici ça va de Thomas Vinau, Dans les angles morts d'Elizabeth Brundage, Une histoire des loups d'Emily Fridlund, Les anonymes de R.J. Ellory, Les producteurs d'Antoine Bello et Une mort qui en vaut la peine de Donald Ray Pollock. 
J'ai encore participé avec grand plaisir au pavé de l'été, et ce sont 5 pavés en moins sur ma PAL. J'ai encore du retard dans mes articles car ce sont 8 livres non chroniqués, à venir dans les semaines prochaines.

Pour les projets de lecture, ce sera comme d'habitude, en free style, plus de 300 en attente, des petits nouveaux feront leur apparition et on verra au fil de l'eau. J'aimerais continuer à lire Pascal Dessaint, R.J. Ellory car j'en ai plein en attente, ce sera peut-être l'année de la découverte de Deon Meyer car mon cher et tendre est fan (on les a donc tous dans la bibliothèque) et j'espère me mettre à Louise Penny. Mais ça, comme d'habitude, ça risque d'être chamboulé, plus je souhaite toujours faire de belles découvertes sur les différents blogs que je visite régulièrement, je vais tenter d'être plus assidue cette année.

Pour finir, la dernière promenade de l'année 2019, le 31 décembre :

Je lis donc je suis

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>