Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Meilleurs Voeux

Publié le par Emma

Meilleurs Voeux

Une petite vue depuis mon jardin pour vous souhaiter une très Bonne Année 2020, qu'elle vous apporte tout ce que vous souhaitez.
Les couchers de soleil sont magnifiques en ce moment.

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Jours sans faim de Delphine DE VIGAN

Publié le par Emma

Jours sans faim de Delphine DE VIGAN

Quatrième de couverture :

" Cela s'était fait progressivement. Pour en arriver là. Sans qu'elle s'en rende vraiment compte. Sans qu'elle puisse aller contre. Elle se souvient du regard des gens, de la peur dans leurs yeux. Elle se souvient de ce sentiment de puissance qui repoussait toujours plus loin les limites du jeûne et de la souffrance. Les genoux qui se cognent, des journées entières sans s'asseoir.
En manque, le corps vole au-dessus des trottoirs. Plus tard, les chutes dans la rue, dans le métro, et l'insomnie qui accompagne la faim qu'on ne sait plus reconnaître.
Et puis le froid est entré en elle, inimaginable. Ce froid qui lui disait qu'elle était arrivée au bout et qu'il fallait choisir entre vivre et mourir. "

 

Mon ressenti :

Laure a 19 ans, elle est anorexique, elle pèse 36 kilos, elle va alors devoir rentrer à l'hôpital, elle va devoir choisir si elle veut s'en sortir car à ce stade, elle n'a plus trop le choix. Nous allons suivre les mois d'hospitalisation.
Voilà un sujet assez difficile, l'anorexie, pas évident de passionner les foules avec un tel sujet. Elle nous raconte ce qu'elle ressent, ses doutes, ses angoisses, ses difficultés, l'hospitalisation.
J'étais très accrochée au début du livre, et puis alors qu'il n'est vraiment pas très épais j'ai eu du mal à le terminer. J'ai trouvé ça assez plat, avec des longueurs, assez inintéressant, alors qu'en général j'aime beaucoup ses livres,  peut-être le moment pour le lire a été mal choisi. J'avais déjà lu sur le thème de l'anorexie Lettres à l'absente de PPDA que j'avais trouvé intéressant et original. Je m'aperçois qu'en un mois, j'ai quasiment oublié ce que j'ai lu.

 

Jours sans faim - Delphine DE VIGAN - Editions Grasset 2001 - 125 pages.

Publié dans Vite lu - vite oublié

Partager cet article
Repost0

Cyanure de Camilla LACKBERG

Publié le par Emma

Cyanure de Camilla LACKBERG

Quatrième de couverture :

Quelques jours avant Noël, Martin Mollin, le collègue de Patrick Hedström, accompagne sa petite amie Lisette à une réunion de famille sur une île au large de Fjällbacka. Mais au cours du premier repas, le grand-père, un richissime magnat de l'industrie, leur annonce une terrible nouvelle avant de s'effondrer, terrassé. Dans son verre, Martin décèle une odeur faible mais distincte d'amande amère. Une odeur de meurtre. Une tempête de neige fait rage, l'île est isolée du monde et Martin décide de mener l'enquête. Commence alors un patient interrogatoire que va soudain troubler un nouveau coup de théâtre…

Mon ressenti :

Martin est policier, le soir de Noël, il est invité par sa petite amie pour un repas de famille, il veut lui faire plaisir et accepte. Les voilà en direction de l'île de Valö à côté de Fjällbacka, ils vont y passer le Week-end, c'est la première fois que Martin va découvrir la famille. Tous les membres de la famille s'occupent du grand-père très riche, ils espèrent tous avoir les faveurs de ce dernier, cependant, lors du dîner un drame va se dérouler, le grand-père va mourir. 
J'ai lu de l'auteure  La princesse de glaces, un bon gros suspense. Là nous en sommes loin car c'est un tout petit livre, une histoire à part, qui a un charme désuet, il fait penser à Agatha Christie. Nous sommes dans un huis-clos, coincé sur une petite île en pleine tempête de neige, ils sont tous obligés de rester dans cette maison, Martin va devoir commencer cette enquête seul et va recevoir un à un les membres de la famille.
J'ai passé un bon moment, très court avec ce petit livre, une petite parenthèse agréable, lorsque l'on veut souffler avec un petit livre sympathique, il fait une très bonne transition entre  des livres plus exigeants.

 

Cyanure - Camilla LÄCKBERG - Actes Sud 2011 - 157 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

A la ligne de Joseph PONTUS

Publié le par Emma

A la ligne de Joseph PONTUS

Quatrième de couverture :

A la ligne est le premier roman de Joseph Pontus. C'est l'histoire d'un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs bretons. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps. Ce qui le sauve, c'est qu'il a eu une autre vie. Il connaît les auteurs latins, il a vibré avec Dumas, il sait les poèmes d'Apollinaire et les chansons de Trenet. C'est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène. Et, en allant à la ligne, on trouvera dans les blancs du texte la femme aimée, le bonheur dominical, le chien Pok Pok, l'odeur de la mer.

 

Mon ressenti :

Il est rare même très rare que je lise un livre aussi récent, à la lecture des premiers avis je me disais que ce n'était vraiment pas un livre pour moi de par sa forme. A force de parcourir d'autres avis, ma curiosité se développait. Rien de tel que d'avoir ouvert le livre et d'en avoir parcouru une page au hasard pour que j'ai envie de le lire, car l'écriture un peu particulière ne me gênait pas.
Bref, pour en revenir à l'histoire…
Un homme vient d'arriver en Bretagne pour suivre sa femme, ne trouvant pas de travail dans sa branche, il va commencer à travailler pour des missions intérimaires, à l'usine. Il va les multiplier, commencer en pleine nuit, dans divers domaines, un travail tôt, pénible, répétitif, dans le bruit, dans le poisson, dans la viande etc...
Le récit va venir par sa forme accentuer cette pénibilité, des phrases sans aucune ponctuation, des retours à la ligne comme un martèlement, une rengaine toujours construite de la même manière.
Inutile de préciser que j'ai beaucoup aimé ce livre, par son histoire et sa forme. Originaire de Bretagne j'ai évidemment côtoyé de près ou de loin ces ouvriers oubliés, tout au long de ma lecture j'ai d'ailleurs repensé à un ancien collègue de travail devenu ami qui m'avait dit avoir été intérimaire dans ce genre d'usine lorsqu'il était étudiant, passionné de cinéma, il pensait tous les matins à un film et se le repassait dans la tête pour que ses journées soient plus douces.
Une très belle lecture, percutante, originale, captivante, une lecture qui ferait du bien à tous ces gens qui se plaignent à longueur de journées de leur travail beaucoup moins pénible et ils sont nombreux….

 

A la ligne - Joseph PONTUS - La Tale Ronde 2019 - 263 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Les huit montagnes de Paolo COGNETTI

Publié le par Emma

Les huit montagnes de Paolo COGNETTI

Quatrième de couverture :

Pietro est un enfant de la ville. L'été de ses onze ans, ses parents louent une maison à Grana, au coeur du val d'Aoste. Là-bas, il se lie d'amitié avec Bruno, un vacher de son âge. Tous deux parcourent inlassablement les alpages, forêts et chemins escarpés. Dans cette nature sauvage, le garçon découvre également une autre facette de son père qui, d'habitude taciturne et colérique, devient attentionné et se révèle un montagnard passionné. Vingt ans plus tard, le jeune homme reviendra à Grana pour y trouver refuge et tenter de se réconcilier avec son passé.

 

Mon ressenti :

Nous sommes dans les années 80, Pietro vit en ville et va avec ses parents tous les étés en montagne, dans le val d'Aoste, ils y louent une maison. Pietro va y trouver un ami, Bruno, avec lequel il va explorer de multiples endroits. Le père aime la solitude et surtout la randonnée, malgré son mal des montagnes, Pietro va suivre son père un temps…
C'est une histoire de familles, une histoire d'amitié, une histoire de montagnes.
Pietro va avoir des difficultés de communication avec son père, mais ce dernier va lui laisser l'amour de la montagne en héritage, même si il va arrêter de suivre son père à un moment donné, ce sera pour mieux y revenir. Les descriptions de paysage sont magnifiques, la montagne est un personnage à part entière, elle apparaît toujours en toile de fond, elle a toujours un rôle.
A côté de ce père qu'il a du mal à comprendre, il va nouer une vraie amitié, très profonde avec Bruno, cet enfant des montagnes, vacher.  Ils vont commencer par explorer, effectuer des expériences, puis cette amitié va devenir bien réelle et durer bien au-delà des vacances d'été, elle va se poursuivre au fil des années. 
Une histoire profonde, marquante, sincère, triste, émouvante, j'ai beaucoup aimé les suivre dans ces montagnes en Italie et j'ai refermé le livre le cœur serré.

 

Les huit montagnes - Paolo COGNETTI - Stock 2017 - 284 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

La saison des feux de Celeste NG

Publié le par Emma

La saison des feux de Celeste NG

Quatrième de couverture :

A Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, tout est soigneusement planifié pour le bonheur des résidents. Rien ne dépasse, rien ne déborde, à l'image de l'existence parfaitement réglée d'Elena Richardson, femme au foyer exemplaire.
Lorsque Mia Warren, une mère célibataire et bohème, vient s'installer dans cette bulle idyllique avec sa fille Pearl, les relations avec la famille Richardson sont d'abord chaleureuses. Mais peu à peu, leur présence met en péril l'entente qui règne entre les voisins. Et la tension monte dangereusement à Shaker Heights.

Mon ressenti :

Tout commence par un incendie dans un quartier pourtant très paisible de la banlieue de Cleveland. Puis nous allons revenir en arrière afin de comprendre comment cet incendie a été provoqué.
La famille Richardson habite dans une belle maison située dans un quartier paisible, ils sont mariés, ont quatre enfants, il est avocat et elle est journaliste. Ils ont une seconde maison qu'ils louent. Mia Warren va s'y installer avec sa fille Pearl, une adolescente qui va devenir amie avec les enfants Richardson.
Les thèmes abordés dans ce roman sont très variés : adolescence, maternité, amitié,  secrets de famille, origines etc... La psychologie des personnages est fouillée, très intéressante. Alors que la vie de chacun est assez banale, on peut voir comment le moindre petit agissement peut avoir des répercussions sur les autres.
J'ai beaucoup aimé cette histoire dans laquelle , au final, il ne se passe presque rien, seulement une tranche de vie, mais qui nous parle de multiples sujets. Alors qu'il n'y a aucun meurtre, aucune tragédie, c'est un livre que j'ai lu comme un suspense tellement j'étais accrochée à cette famille, tellement il y a comme une tension.
C'est une première lecture de l'auteure, je vais certainement me pencher sur le premier.
Habituellement je n'écoute pas de livres, j'avais tenté il y a quelques années et c'est pour moi comme un somnifère, même en voiture… J'ai retenté car les abonnés Canal plus ont le droit à un livre par mois inclus à leur abonnement, le seul moment pendant lequel je suis disponible pour écouter et que je ne risque pas de m'endormir, c'est quand je fais du vélo elliptique. Reste à savoir si je vais continuer, et ainsi écouter un livre par mois.

 

La saison des feux - Céleste NG, lu par Micky Sebastian - Lizzie - 12h09

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

L'enfant perdue ( L'amie prodigieuse 4) d'Elena FERRANTE

Publié le par Emma

L'enfant perdue ( L'amie prodigieuse 4) d'Elena FERRANTE

Quatrième de couverture :

" Comme toujours, Lila s'attribuait le devoir de me planter une aiguille dans le cœur, non pour qu'il s'arrête mais pour qu'il batte plus fort. "

Elena, devenue auteure reconnue, vit au gré de ses escapades avec son amant entre Milan, Florence et Naples. Parce qu'elle s'est éloignée du quartier populaire où elle a grandi, Elena redoute les retrouvailles avec son amie d'enfance. Mais depuis quelque temps, Lila insiste pour la voir et lui parler…
La saga se conclut en apothéose après avoir embrassé soixante ans d'histoires des deux femmes et de l'Italie, des années  1950 à nos jours.

Mon ressenti :

Voilà, je suis arrivée au bout de cette série. Les dernières années d'Elena et Lila que nous suivons depuis leur enfance. Il se passe énormément de choses dans ce dernier opus que ce soit au niveau des deux amies, de leur famille mais aussi ce pays qui change. Entre les traditions, les innovations, les règlements de compte, les vengeances, les non-dits et cachés que certains veulent mettre à jour… etc
Du côté des deux amies, ce n'est pas mieux, elles se rapprochent, se confient, s'éloignent pour mieux se réconcilier et s'éloigner à nouveau pour des sujets concernant le travail, les amours, les familles, les amis, l'éducation des enfants….. etc

J'ai lu cette série durant l'été et j'ai adoré, j'ai toujours retrouvé avec plaisir ces deux amies que l'on retrouve comme des copines, beaucoup d'années sont balayées avec cette Italie qui change, évolue, se modernise.
Je comprends le succès, même si quelquefois (lorsqu'on attends comme moi pour lire, après tout le monde) on est déçu car il y a eu déjà tout de dit, on en attendait beaucoup plus. C'est aussi pour cela que je ne dis quasi rien dans mes articles car je ne lis pas en  entier souvent chez les autres afin d'en savoir le moins possible.
J'ai pensé au début de cette lecture que je les avais peut-être un peu trop rapprochées mais je devais juste avoir un petit coup de mou car j'ai lu la seconde moitié en 3 jours.
C'était tour à tour distrayant, bouleversant, intense, foisonnant, c'était bien et je suis un peu triste de les quitter.

 

L'enfant perdue- Elena FERRANTE - Gallimard 2018 - 619 pages.

 

Je participe au pavé de l'été chez Brize.

L'enfant perdue ( L'amie prodigieuse 4) d'Elena FERRANTE

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Le chardonneret de Donna TARTT

Publié le par Emma

Le chardonneret de Donna TARTT

Quatrième de couverture :

Qui est Theo ? Que lui est-il arrivé à New-York pour qu'il soit aujourd'hui, quatorze ans plus tard, cloîtré dans une chambre d'hôtel à Amsterdam comme une bête traquée ? Qu'est devenu le jeune garçon de treize ans qui visitait des musées avec sa mère et menait une vie de collégien ordinaire ? D'où vient cette toile de maître, Le Chardonneret, qu'il transporte partout avec lui ?

Mon ressenti :

Theo est un jeune garçon, il vit seul avec sa mère à New-York. Alors qu'ils doivent aller à un rendez-vous à son école, ils passent d'abord au musée. Vers la fin de la visite, une explosion a lieu. Après avoir repris connaissance, il va déambuler complètement sonné dans le musée, va croiser la route d'un homme agonisant avec qui il va parler et sortir avec un petit tableau. Il est persuadé qu'il va retrouver sa mère à la maison, mais elle ne rentrera jamais. Désormais orphelin, il va falloir se débrouiller. De New-York à Las Vegas, puis Amsterdam, il va rencontrer une sacrée galerie de personnages.
Difficile de résumer un tel livre tellement ce dernier est dense. Les personnages sont fouillés, nous allons grandir avec Theo et connaître tout de son évolution. Il va connaître une véritable descente aux enfers avec son ami Boris à coup de cuite et drogue. Pourquoi est-il sorti du musée avec ce tableau ? Pourquoi l'a t-il gardé et traîné partout avec lui ? Que représente pour lui cette toile ? 
Un roman passionnant mais en même temps exigeant, quelques longueurs pour moi notamment de ses moments avec Boris lorsqu'ils sont complètement défoncés. J'avais plaisir à le lire le soir mais je ne le prenais pas en journée, quelques pages suffisaient tellement il lui arrive des choses… C'est de cette manière qu'il m'a fallu tout de même 7 semaines pour le lire avec des moments d'envie d'abandon… il vaut mieux être assez motivé, mais cela en vaut la peine :)

Le film est sorti le 18 septembre, je n'étais pas du tout au courant lorsque je l'ai lu, quelqu'un l'a vu ?

 

Le chardonneret - Donna TARTT -  Plon 2014 - 787 pages

 

Voilà une participation au pavé de l'été chez Brize.

Le chardonneret de Donna TARTT

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Celle qui fuit et celle qui reste (L'amie prodigieuse 3) d'Elena FERRANTE

Publié le par Emma

Celle qui fuit et celle qui reste (L'amie prodigieuse 3) d'Elena FERRANTE

Quatrième de couverture :

" Nous vivons une époque décisive, tout est en train d'exploser. Participe, impose ta présence ! "

Alors que les événements de 1968 s'annoncent, que les mouvements féministes et protestataires s'organisent, Elena, diplômée de l'Ecole normale supérieure de Pise, se retrouve au premier rang. Elle vient de publier un roman inspiré de ses amours de jeunesse qui rencontre un certain succès tout en faisant scandale. Lila, elle, a quitté son mari Stefano et travaille dur dans une usine où elle subit le harcèlement des hommes et découvre les débuts de la lutte prolétaire. pour les deux jeunes femmes, comme pour l'Italie, c'est le début d'une période de grands bouleversements.

Mon ressenti :

Nous retrouvons Elena et Lila, les deux amies d'enfance qui continuent leurs chemins de vie bien différents. Elena va bientôt se marier, elle a écrit un livre qui connaît un certain succès, elle est aidée par sa future belle-mère. Lila a quitté son mari, elle travaille dans une usine dans  des conditions pas toujours faciles.
Nous sommes maintenant dans un contexte politique difficile, il y a des attentats, le féminisme pointe le bout de son nez. Les deux amies ne se donnent des nouvelles que très rarement.
J'ai adoré ce tome là, elles ont la trentaine, le contexte du pays est en train de changer et les rapports entre les deux femmes est très complexe. Entre amour, amitié, violence, vengeance, il y a vraiment de tout.
Un roman dense, captivant, je les ai quand même enchaînés durant cet été. Je suis actuellement en train de lire le dernier, j'ai peut-être un peu trop  rapproché mes lectures des différents tomes car je vais un peu moins vite. A suivre….

 

Celle qui fuit et celle qui reste - Elena FERRANTE - Gallimard 2017 - 542 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Les anonymes de R.J. ELLORY

Publié le par Emma

Les anonymes de R.J. ELLORY

Quatrième de couverture :

Washington. Quatre meurtres aux modes opératoires identiques. La marque d'un serial killer de toute évidence. Une enquête presque classique donc pour l'inspecteur Miller. Jusqu'au moment où il découvre qu'une des victimes vivait sous une fausse identité. Qui était-elle réellement ? Et ce qui semblait être une affaire banale va conduire Miller jusqu'aux secrets les mieux gardés du gouvernement américain...

Mon ressenti :

Tout commence par le meurtre d'une femme, Catherine Sheridan, elle a été trouvée morte, battue, elle a autour du cou une étiquette de valise et il règne une odeur de lavande. C'est la quatrième femme que l'on retrouve morte, un serial killer doit sévir, et pourtant il y a quelques différences. 
Commence alors l'enquête, très détaillée, précise et passionnante. 

Une personne nous raconte en même temps son histoire, elle y dévoile de sombres affaires des Etats-Unis, le rôle de la CIA notamment au Nicaragua lorsque les Etats-Unis les soutenaient. Qui est cette personne qui révèle des dossiers peu reluisants et quel est le rapport avec l'enquête ?

Voilà bien longtemps que je n'avais pas lu une histoire aussi passionnante, il est parfois bon de revenir à des histoires plus classiques et bien documentées. Tout est posé au début du roman, tellement que j'en ai lu presque 200 pages le premier jour et que j'en ai rêvé, comme si je faisais partie de cette enquête…. !
Il ne faut pas être trop pressé car il y a pas mal de détails, tout est expliqué, décortiqué mais je ne me suis pas ennuyée une seconde. J'ai adoré cette histoire qui m'a enthousiasmée de bout en bout et qui m'a fait penser aux très bons thrillers que je regardais il y a une vingtaine d'années.
C'est ma deuxième lecture de l'auteur et je vais continuer, j'en ai d'ailleurs je crois 7 en attente. J'ai eu la chance de le rencontrer à Toulouse Polars du Sud il y a quelques années, et je l'ai hélas raté le Week-end dernier à Lisle Noir, je n'ai pas réussi à trouver du temps pour m'y rendre alors qu'il y avait du très beau monde.

 

Les anonymes - R.J. ELLORY - Sonatine 2010 - 731 pages.

 

Je participe ainsi au pavé de l'été chez Brize.

Les anonymes de R.J. ELLORY

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>