Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

beaucoup aime

Un jambon calibre 45 de Carlos SALEM

Publié le par Emma

Un jambon calibre 45 de Carlos SALEM

Quatrième de couverture :

Une semaine. C'est le temps dont dispose Nicolas Sotanovsky, un Argentin qui erre dans Madrid de bar en bar et d'amour en amour, pour mettre la main sur Noelia, une rousse qu'il n'a jamais vue. Et s'il ne la trouve pas : POUM ! Serrano, le pittoresque malabar chargé d'éxécuter la sentence, a des doigts gros comme des jambons mais un coeur tendre. Pas comme son patron la Momie.

Pour trouver Noelia, Nicolas s'enfonce dans les profondeurs de Madrid, calciné par le soleil d'août, et celles du corps de Nina, douteuse ex-amie de la rousse. A ses basques, un détective raté mais amoureux de son chat de gouttière qui lui triture la conscience.

Sotanovsky n'a aucune envie de rentrer à Buenos Aires, mais il n'a aucune raison de rester en Espagne. Il décide alors de chercher la vérité, même si, comme dit Nina, "La vérité passe par le con. Il n'y en a pas deux pareils et on rêve toujours de celui qu'on ne connaît pas. On le crédite de plus de secrets qu'il n'en a et tu sais quoi ? Il n'a pas de mémoire, on le lave et tout est oublié. " Au lieu de fuir, il reste, à cause d'une bouche, une bouche qui est aussi la vérité, même si elle ment tout le temps.

A mille lieues des thrillers à rebondissements et des intrigues millimitrées, Carlos Salem écrit des romans noirs charnels et sinueux comme le corps d'une femme.

 

Mon ressenti :

Pourquoi certaines personnes vous paraissent sympathiques en un seul coup d'oeil ? Rencontré lors de Toulouse Polars du Sud en 2013, je me suis aperçue en le revoyant au même salon une année plus tard que je n'avais toujours pas lu son livre, je ne savais donc pas si j'aimais ce qu'il écrivait.

Toujours un foulard noué derrière la tête, il apparaît comme étant quelqu'un d'assez fun, sympathique, souriant etc... Restait à savoir ce qu'il allait en être à le lire...

Je me suis donc lancée dans les aventures de Nicolas, argentin venant d'arriver à Madrid, et qui très vite alors qu'il loge chez une rousse qu'il ne connaît pas va devoir la retrouver elle et l'argent....

Il va alors avoir deux solutions : rentrer en Argentine ou chercher et trouver cette femme sous peine d'être tué le vendredi suivant.

Evidemment, l'homme n'est pas du genre à fuir, il va donc rester dans la capitale.

Personnage haut en couleurs que ce Nicolas, il est truculent, malicieux, fantasque, complètement à l'image que je me fais de l'écrivain. Un homme qui aime les femmes, voire même qui peut être très faible face à elles. Plusieurs scènes d'amour dans ce livre, mais le tout est de savoir si il y a vraiment une intrigue parce qu'il pourrait en quelque sorte "noyer le poisson" ....et bien pas du tout !

Plusieurs personnages haut en couleurs vont croiser sa route, ça paraît quelquefois complètement déjanté, il est capable d'utiliser du langage parlé mais pas que ça . En effet, il a aussi un côté poète, sensible.Et le plus fort : il ne perds jamais le fil.

Première découverte pour moi de cet auteur, c'est différent, je n'ai jamais rien lu de tel, un côté un peu fantasque par moment, de drôles de personnages, des scènes d'amour, des anecdotes qui ressurgissent tel un fil conducteur.

Au final, j'ai passé un excellent moment tout à la fois du côté polar que du côté distrayant.

Je pense que je relirai cet auteur absolument inclassable.

 

Un jambon calibre 45 de Carlos SALEM - Actes noirs - 341 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Code 93 d'Olivier NOREK

Publié le par Emma

Code 93 d'Olivier NOREK

Quatrième de couverture :

Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police se prépare au pire.

Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste: celles d'un mystérieux dossier, le "code 93" ?

Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir Coste les limites du périphérique, et de la raison...

Mon ressenti :

Lieu : Bobigny (93) Hôtel de Police.

Bureau "Groupe crime 1" : Victor Coste, Aubin, Ronan et Sam récupèrent les homicides du 93.

Nous voilà plongés dans les aventures de Victor Coste et de son équipe. Au moment où un de ses équipiers va être muté dans une autre région, Victor Coste va connaître une mauvaise passe, plusieurs affaires atterrissent dans son groupe, du genre plutôt anormales... En effet, lorsque le cadavre se réveille sur la table d'autopsie, cela n'inaugure rien de bon... Et cela ne fait que commencer...

Plusieurs affaires sans liens entre elles ou presque. S'ajoute des lettres dans lesquelles apparaît toujours des affaires avec cette mention de Code 93. Quel est ce code ? A quoi correspond-il ?

Un rythme haletant tout au long du livre, les chapitres courts contribuent à donner et surtout garder ce rythme, nous sommes toujours dans l'action.

L'histoire est prenante, plausible ainsi que les personnages. Un véritable page-turner.

 

Olivier Norek connaît bien son sujet car il est lui même Lieutenant de police à la section Enquête et Recherche du SDPJ 93.

Pour tout vous dire, il m'était totalement inconnu il y a encore quelques mois, c'est lors de Toulouse Polars du Sud que mon cher et tendre a craqué pour son second livre Territoires, il l'a tellement aimé que je lui offert celui-ci. Il les a très vite lus  avec tout de même une petite préférence pour le second. Evidemment, il me reste à lire cette seconde aventure, je ne sais pas encore quand car j'ai lu qu'il  n'était  pas sûr qu'il y ait cette année  une autre aventure de Victor Coste, Olivier Norek travaillant sur l'excellente série Engrenages. Je vais donc peut-être attendre un peu car si je deviens accro à Coste, il me faudra patienter un petit moment pour continuer à le lire !

C'est donc une bien belle découverte pour cet auteur qui commence à bien monter et dont on va, je pense, encore beaucoup parler dans les mois à venir.

 

 

Code 93 d'Olivier Norek - Michel Lafon 2013 - 339 pages.

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/pages/Olivier-Norek-Officiel/165642273587408

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

L'île des oubliés de Victoria HISLOP

Publié le par Emma

L'île des oubliés de Victoria HISLOP

Quatrième de couverture :

L'été s'achève à Plaka, un village sur la côte nord de la Crète. Alexis, une jeune Anglaise diplômée d'archéologie, a choisi de s'y rendre parce que c'est là que sa mère est née et a vécu jusqu'à ses dix-huit ans. Une terrible découverte attend Alexis qui ignore tout de l'histoire de sa famille : de 1903 à 1957, Spinalonga, l'île qui fait face à Plaka et ressemble tant à un animal alangui allongé sur le dos, était une colonie de lépreux... et son arrière grand-mère y aurait péri.

Quels mystères effrayants recèle cette île que surplombent les ruines d'une forteresse vénitienne ? Pourquoi Sophia, la mère d'Alexis a-t-elle si violemment rompu avec son passé ? La jeune femme est bien décidée à lever le voile sur la déchirante destinée de ses aïeules et sur leurs sombres secrets...

Mon ressenti :

Alexis, jeune anglaise ne connaît rien sur sa famille maternelle, en 2001, elle part dans le petit village dans lequel a été élevée sa mère afin d'en connaître l'histoire. Lorsqu'elle arrive sur place , elle va rencontrer una ancienne amie de sa mère qui va lui raconter l'histoire de sa famille.

Nous basculons donc de 1939 à  1958. Nous apprenons alors toute la vie de sa famille, nous sommes entre le petit village de Plaka et l'île de Spinalonga qui accueillait les lépreux entre 1903 et 1957.

Plusieurs éléments pour que j'aime ce livre :

- j'aime les sagas familiales.

- L'endroit où cela se passe, dépaysant, cet incessant aller-retour entre ce village et cette île.

- Le côté historique car cette île a été entre 1903 et 1957 une véritable léproserie.

- L'écriture, dès le début du livre j'ai été complètement prise, une sorte d'écriture que l'on n'a pas envie de lâcher.

- J'en ai appris un peu plus sur cette maladie, l'apparition et son développement.

- Forcément, les personnages auxquels je me suis attachée, on aime suivre leur vie avec des moments de joie et de tristesse.

C'est pour moi une première lecture de cette auteur et je continuerais certainement à la lire.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Histoire d'un escargot qui découvrit l'importance de la lenteur de Luis SEPULVEDA

Publié le par Emma

Histoire d'un escargot qui découvrit l'importance de la lenteur de Luis SEPULVEDA

Quatrième de couverture :

Les escargots qui habitent le Pays de la Dent-de-Lion sous l'acanthe touffue mènent une vie paisible, lente et silencieuse ; ils sont à l'abri des animaux et entre eux s'appellent simplement "escargots". L'un deux pourtant trouve injuste de n'avoir pas de nom et voudrait surtout connaître les raisons de la lenteur. Contre l'avis de tous il entreprend un voyage qui lui fera rencontrer un hibou mélancolique, une tortue pleine de sagesse, des fourmis très organisées. Dans ce voyage il comprendra la valeur de la mémoire et la vraie nature du courage, il pourra ainsi sauver la vie de ses camarades lors d'une aventure héroïque.

Mon ressenti :

J'avais eu un réel coup de coeur il y a maintenant pas mal d'années pour l'histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler, je n'ai donc pas traîné à me procurer cette histoire d'escargot.

Une colonie d'escargot vit paisiblement au Pays de la Dent-de-Lion, une vie sans questionnement, jusqu'au jour où l'un de ses escargots se pose des questions : pourquoi n'a-t-il pas de nom et pourquoi sont-ils si lents ? Ses questionnements ne sont vraiment pas appréciés par ses compatriotes, il décide donc d'aller explorer le monde afin de trouver des réponses.

Une belle fable qui nous parle de ses rencontres avec d'autres animaux qui vont tous lui apprendre quelque chose. Il va explorer le monde et découvrir que les humains détruisent les endroits de verdure afin d'y construire des maisons et routes. Je ne peux m'empêcher de mettre un extrait, c'est simple mais tellement explicite : page 44 : "Les humains ne se déplaçaient pas avec leurs pieds, ils les trouvaient trop lents et préféraient le faire sur des animaux de métal, et plus ils étaient rapides, plus ils les admiraient. Ce qu'il voyait, c'étaient des hommes en train de recouvrir le pré d'asphalte pour que leurs animaux puissants puissent s'y reposer."

Une histoire qui nous parle de nature, d'écologie, du respect des autres et des enseignements que nous apprenons de chaque personne. Une belle leçon d'humanité, petits et grands peuvent y tirer un enseignement.

En refermant ce livre, ma pensée a été : "J'aurais tellement aimé que l'on me raconte une telle histoire lorsque j'étais enfant. "

 

Histoire d'un escargot qui découvrit l'importance de la lenteur - Luis Sepulveda - Editions Métailié 2014 - 94 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

L'écrivain de la famille de Grégoire DELACOURT

Publié le par Emma

Quatrième de couverture :

A sept ans, Edouard écrit son premier poème, quatre rimes pauvres qui vont le porter aux nues et faire de lui l'écrivain de la famille. Mais le destin que les autres vous choisissent n'est jamais tout à fait le bon...

Avec grâce et délicatesse, Grégoire Delacourt nos conte une histoire simple, familiale, drôle te bouleversante.

Mon ressenti :

Après La liste de mes envies, je viens de lire son premier roman.

Nous suivons sur trois décennies le parcours d' Edouard qui est désigné très jeune l'écrivain de la famille.

Ce jeune Edouard a une pression par rapport à ce poème écrit enfant, il est toujours désigné comme étant cet écrivain, comment évolue t-on par rapport à cela ? Les chapitres sonts courts, imagés, peut-être (sûrement) son expérience de la publicité joue sur le fait qu'il va à l'essentiel.

J'ai beaucoup aimé ce livre qui nous replonge dans les grands thèmes de ces trois décennies : on y retrouve évidemment des marques et des publicités ayant existées, des musiques, toutes des époques avec leurs signes distinctifs. Mais c'est avant tout une histoire de famille, les problèmes et drames qu'elle rencontre, c'est tour à tour drôle, émouvant, dramatique, désabusé...

Ce n'est pas toujours un livre facile, le poids d'être parents, cet enfant qui en grandissant va prendre un autre chemin, les aléas de la vie, le vieillissement.

Un livre riche par tant de thèmes abordés, un livre sur une époque, qui parlera au plus grand nombre.

 

L'écrivain de la famille de Grégoire DELACOURT - Jean-Claude Lattès 2011 - 235 pages.

L'écrivain de la famille de Grégoire DELACOURT

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Les cendres froides de Valentin MUSSO

Publié le par Emma

Quatrième de couverture :

1999. A la mort de son grand-père, Aurélien Cochet découvre que celui-ci aurait travaillé durant la guerre dans un lebensborn, une maternité nazie accueillant des jeunes femmes enceintes de membres de la SS;

Au même moment, dans un petit village de la Marne, une octogénaire sans histoires est retrouvée assassinée à la suite d'un cambriolage. Les gendares soupçonnent très vite une mise en scène, mais ils sont loin de se douter que cette retraitée est la victime indirecte, plus de cinquante ans après la fin de la guerre, de l'entreprise eugéniste nazie.

Aidé par une jeune universitaire, Aurélien Cochet va tenter de lever le voile sur le passé de sa propre famille. Cambriolage, menaces, agression... Rien ne l'empêchera de plonger au coeur d'un des prorammes les plus mystérieux et les plus terrifiants du IIIè Reich. Quitte à mettre ceux qu'il aime en danger...

 

Mon ressenti :

Voilà bien longtemps que je voulais découvrir cet auteur, je crois d'ailleurs que c'est Philippe D'un livre à l'autre qui aime beaucoup ses romans.

La quatrième de couverture nous en dit pas mal sur le livre et le résume bien. Nous alternons dans le récit entre Aurélien, l'enquête menée suite à l'assassinat d'une octogénaire, puis l'époque de la guerre. Une  alternance très bien menée, un va et vient entre cette période de l'histoire et le présent. C'est un livre qui se lit bien et rapidement. Il est simple, très facile à lire mais en même temps bien documenté sur ces fameux lebensborn, le vocabulaire est pertinent et bien choisi. Le suspense est bien tenu, cet alternance dans les chapitres donne une rapidité et une efficacité certaine, une fin qui ne m'a pas déçue et que je n'avais pas vu venir.

J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre que j'ai lu en 5 jours, une belle découverte faite pendant mes trois jours de vacances et cela va paraître peut-être contradictoire mais c'était un bon livre de vacances malgré le sujet traité.

 

Les cendres froides de Valentin Musso - Edition Les Nouveaus Auteurs 2011 - 396 pages.

 

 

Les cendres froides de Valentin MUSSO

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Balancé dans les cordes de Jérémie GUEZ

Publié le par Emma

Quatrième de couverture :

Tony est un jeune boxeur. Garçon sans histoires, il consacre sa vie au sport, prépare son premier combat pro et se tient à l'écart des trafics qui rythment la vie de sa cité. Mais il doit composer avec une mère à problèmes, qui se laisse entretenir par des voyous. Tout dérape lorsque l'un d'entre eux la bat et l'envoie à l'hôpital. Tony décide de faire appel à Miguel, le caïd de la ville, pour étancher sa soif de vengeance. Dans ce milieu, rien n'est jamais gratuit. La faveur demandée a un prix, celui du sang.

Mon ressenti :

J'ai croisé Jérémie Guez l'année dernière à Toulouse Polars du Sud, après Paris la nuit, je me suis lancé dans Balancé dans les cordes.

Tony vit avec sa mère dans une cité, travaille dans le garage de son oncle, ce dernier va lui faire découvrir la boxe. Il s'entraîne dur, se prépare pour un combat pro. Mais sa mère qui vit seule, va finir à l'hôpital à cause de ses  mauvaises fréquentations. Tout bascule pour Tony, il veut venger sa mère et va rentrer dans une spirale infernale.

Comme Paris la nuit, ce petit livre de 188 pages est un condensé d'action, de noirceur, de violence. La vie de Tony va basculer en peu de temps. L'écriture y est précise, vive, pas de superflu mais des phrases choc.

J'ai beaucoup aimé ce livre, il a vraiment une écriture à part, même si je l'ai touvé violent, noir, encore plus que Paris la nuit. Mon cher et tendre l'a lu et a beaucoup aimé, il connaît très bien le monde de la boxe et m'a dit que l'ambiance générale décrite des salles d'entrainement correspondait tout à fait à la réalité.

 

Balancé dans les cordes de Jérémie GUEZ - La Tango Editions 2012 - 188 pages.

Balancé dans les cordes de Jérémie GUEZ

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

La ronde des mensonges d'Elizabeth GEORGE

Publié le par Emma

Quatrième de couverture :

Ian Cresswell, neveu et héritier du richissime Lord Bernard Fairclough, est retrouvé mort, noyé. Envoyé en Cumbria, la région des lacs qui inspira tant d'artistes et d'écrivains, pour enquêter en toute discrétion sur cette tragédie, l'inspecteur Lynley va devoir se frotter aux "bonnes moeurs" de la haute société anglaise.

Un fils drogué repenti et sa sulfureuse femme, ds soeurs jumelles instables... Avec son flair légendaire, Lynley pourrait bien mettre au jour quelques secrets de famille.

Mais l'inspecteur lui-même risque de faire les frais de ces révélations...

Mon ressenti :

Acheté l'an dernier lors d'une Foire aux livres, je savais par avance que j'allais passer un bon moment.

Ian Cresswell est retrouvé mort, noyé. Tout laisse à penser que c'est un accident, les résultats de l'enquête aboutissent même à cette conclusion. Mais l'inspecteur Thomas Linley doit s'y rendre en toute discrétion afin de faire une enquête plus approfondie. En effet, Ian gérait les comptes de la richissime famille et plusieurs personnes auraient eu intérêt à vouloir sa mort.

Comme d'habitude, c'est une belle galerie de personnages, ils sont très décortiqués, et tous car il n'y a quasiment pas de personnages secondaires. Cette galerie entière évolue avec chacuns sa petite pierre à  apporter à l'histoire. C'est comme toujours, des descriptions d'un coin de l'Angleterre très minutieuse, précise, on s'imagine bien l'endroit. A la fin du livre, elle nous donne même les noms réels des endroits du livre.

En plus de Thomas Linley, on retrouve la fameuse Barbara Havers (que j'aime beaucoup) et un peu Nkata, mais beaucoup moins que dans certains autres. Je ne les ai pas tous lus dans l'ordre, mais j'aime l'évolution des personnages, ce que leur entourage devient au fil des épisodes. Alors que cela faisait bien longtemps que je n'en avais pas lu un, je n'ai eu  aucun mal à me remémorer leur caractère et leur histoire.

Vous l'aurez peut-être remarqué mais j'aime tout dans ce livre, autant les décors, les personnages, les enquêtes que cette lenteur et cette mise en place des caractères et évolutions des personnages très détaillées.

Celui-ci est un peu à part car il oscille entre saga familiale et ses (nombreux) secrets de famille et l'enquête elle-même.

 

Première inscription à un challenge, celui du pavé de l'été chez Brize, et celui-ci relevé !

 

 

La ronde des mensonges d'Elizabeth GEORGE - Presses de la Cité 2012 - 826 pages.

 

La ronde des mensonges d'Elizabeth GEORGELa ronde des mensonges d'Elizabeth GEORGE

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

L'homme qui a vu l'homme de Marin LEDUN

Publié le par Emma

 

Quatrième de couverture :

Pays basque nord, janvier 2009. La tempête Klaus vient de s'abattre sur la façade atlantique. Les rumeurs autour de la disparition d'un militant basque, Jokin Sasco, enflent. Iban Urtiz, reporter comprend que cette affaire n'est pas un cas isolé. La jeune Eztia, soeur du disparu, lui ouvre les portes d'un monde de mensonges et de trahisons où enlèvements, tortures et séquestrations sont devenus les armes de l'ombre. Tandis que deux tueurs tentent d'étouffer la vérité, la vie d'Iban bascule dans une guerre sans pitié qui ne dit pas son nom.

 

Mon ressenti :

J'ai lu pour la première fois cet auteur avec Dans le ventre des mères il y a quelques mois, j'avais beaucoup aimé, c'est pourquoi je voulais continuer à le découvrir.

On change complètement de décor et nous voici propulsé en 2009 au Pays basque.

Jokin Sasco, militant basque disparaît. Une conférence de presse est donnée et le jeune reporter Iban Urtiz se met à faire des recherches. Il va croiser la route d'un autre journaliste, Marko Elizabe qui lui connaît très bien le milieu.

Nous assistons à une partie de cache-cache gigantesque, en effet, le jeune reporter va croiser beaucoup de monde, ses recherches ne sont pas bien vues, les pistes se brouillent. Nous avons à faire aux silences, celui des familles, celui des membres de l'ETA, celui des politiques.... Nous retenons notre respiration, et nous découvrons les détails d'une histoire au fil des révélations des journalistes. Jusqu'à la révélation...

C'est la première fois que je lis un thriller politique au Pays basque, j'ai beaucoup aimé, j'avais peur de " m'emmêler les pinceaux " dans les différents protagonistes ne connaissant pas grand chose à ce milieu, et pas du tout, c'est bien mené, très intéressant, l'écriture est très précise, presque sèche.

Sans aucun doute, pour moi un excellent moment de lecture.

 

L'homme qui a vu l'homme de Marin LEDUN - Ombres Noires 2014 -  463 pages.

L'homme qui a vu l'homme de Marin LEDUN

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Kaïken de Jean-Christophe GRANGE

Publié le par Emma

kaiken.jpg

 

 

Quatrième de couverture :

Quand le Soleil levant devient un Soleil Noir,

Quand le passé dvint aussi tranchant qu'une lame nue,

Quand le Japon n'est plus un souvenir mais un cauchemar,

Alors, l'heure du kaïken a sonné.

 

Mon ressenti :

Le personnage Passan essaie de "coincer" le meurtrier qu'ils appellent L'accoucheur qui tue des femmes enceintes de plusieurs mois. Passan marié et père de 2 enfants, passionné par le Japon, ses traditions, son épouse est d'ailleurs issue de cette culture qu'il affectionnne tant.

Le roman alterne donc entre cette recherche de ce meurtrier et cette culture japonaise.

Ce livre n'a pas fait l'unanimité, pourtant j'aime toujours autant lire un Grangé, je les lis au fur et à mesure depuis le début et je passe toujours un bon moment. Celui-ci reste plus axé sur le côté psychologique, moins de sang, mais le thème est quand même dur, tuer des femmes enceintes...

Pour ma part, j'ai beaucoup aimé, je ne me suis pas sentie mal à l'aise avec cette lecture comme avec celle d'Alex de Lemaître.

Moment agréable, je crois être plutôt bon public car je n'essaie pas de trouver ce qui n'est peut être pas cohérent...

Je me suis d'ailleurs aperçue que je n'avais pas lu le précédent, Le passager, donc certainement un de ces jours !


 

Kaïken de Jean-Christophe GRANGE - Albin Michel 2012 - 472 pages.


Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

<< < 10 11 12 > >>