Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

beaucoup aime

La reine de la Baltique de Viveca STEN

Publié le par Emma

La reine de la Baltique de Viveca STEN

Quatrième de couverture :
Un corps retrouvé sur une plage de l'île de Sandhamn, au large de Stockholm... Suicide ou noyade?
L'inspecteur Thomas Andreasson, un habitué de ce bout de terre jusqu'alors paradisiaque, est chargé de l'enquête. Norah Linde, une amie d'enfance devenue avocate, lui propose son aide. Mais l'été vire au cauchemar quand une femme est assassinée dans sa chambre d'hôtel.
Et si, désormais, plus personne n'était à l'abri ?

 

Mon ressenti :
Bienvenue sur l'île de Sandhamn, le voyage ne va pas être touristique car immédiatement un corps est retrouvé sur la plage, nous sommes embarqués dans les recherches et l'enquête, aucun temps mort dès le début. L'enquête va être menée par Thomas Andreasson, il connaît bien les lieux car il a une maison sur une île juste à côté. Son amie d'enfance, Norah va lui donner un coup de main, elle habite sur place avec son mari et ses enfants.
J'ai tout de suite été très prise par cette histoire. Rien de nouveau, ni d'exceptionnel mais j'ai beaucoup aimé l'endroit, on a envie d'y aller sur cette île. L'enquête est prenante, il y a de l'action, ça se lit bien, vite, c'est distrayant, un bon roman de vacances. J'ai tellement aimé cette lecture que je me suis procurée les deux suivants.

 

La reine de la Baltique - Viveca STEN - Albin Michel 2013 - 474 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Les débutantes de J. Courtney SULLIVAN

Publié le par Emma

Les débutantes de J. Courtney SULLIVAN

Quatrième de couverture :
" Bree, Celia, April et Sally avaient quitté leurs chambres de bonne et emménagé à l'étage principal. Elles laissaient leurs portes ouvertes pendant le journée et criaient simplement pour se parler. Elles se vautraient sur les divans du salon après le repas du soir, se racontant des ragots et se lisant à voix haute des passage du New Yorker et de Vogue. "
Elles se sont connues et aimées à l'université de Smith, haut lieu de la culture féministe. Le temps, le mariage, la vie d'adulte les ont séparées, jusqu'à la disparition de l'une d'entre elles.
Face aux déceptions de l'existence, rien n'est plus précieux que les souvenirs et les amies des années de fac. Bree, Celia, April et Sally vont s'en rendre compte.

 

Mon ressenti :
Voilà un livre beaucoup vu sur les différents blogs lors de sa sortie.
Bienvenue dans les années fac, elles sont 4 amies, elles sont de milieux différents, dans une université de filles, elles vont très vite devenir amies, April, Celia, Sally et Bree.
Nous allons les suivre tout au long de leurs études, chaque chapitre prend le point de vue de l'une d'entre elle, sa vie, d'où elle vient, ses idées, ses convictions, ce qu'elle pense des autres etc... On les retrouvera après leurs études alors qu'elles ne se voient plus et que l'une d'elle va disparaître.
J'ai beaucoup aimé suivre ses quatre amies, elles évoquent de nombreux sujets plus ou moins légers, elles peuvent en effet papoter mais aussi avoir de grandes conversations sur le féminisme, la violence faite aux femmes, l'homosexualité. C'est un beau portrait de jeunes femmes américaines.

 

Les débutantes - J.Courtney SULLIVAN - 2009 - 543 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

L'invitation à la vie conjugale d'Angela HUTH

Publié le par Emma

L'invitation à la vie conjugale d'Angela HUTH

Quatrième de couverture :
Frances Farthingoe s'ennuie. Elle se sent délaissée par son mari qui passe ses journées devant son ordinateur et ses nuits à observer les animaux au fond des bois. Alors, elle décide d'organiser une fête somptueuse dans son manoir d'Oxford. Elle y convie ses amis les plus chers : Rachel et Thomas Arkwright, qui n'ont plus rien à se dire depuis longtemps, Mary et Bill Luchtins, tendrement unis dans  leur passion pour la nature, Martin et Ursula Knox, le couple du bonheur insolent, Ralph, l'ami si timide, ancien amant de Frances et amant platonique d'Ursula, Rosie, la mère de Ralph, artiste peintre dont Thomas vient de tomber follement amoureux.
C'est la fête de l'année qui, en quelques heures, va bouleverser la vie des couples. Les masques vont tomber, les sentiments se bousculer, s'enflammer, et, à l'aube l'ironie, qui n'était pourtant pas conviée, aura le dernier mot.
Que la fête commence !

 

Mon ressenti :
Frances invite ses amis à une très grande fête pour s'occuper, elle doit tout préparer, elle envoie les invitations, elle doit réfléchir aux couleurs de la décoration dans le jardin etc... Nous allons suivre les différents invités de la réception de la lettre d'invitation jusqu'à la fête. Des moments de vie de plusieurs personnes, la vie quotidienne, la vie en couple, certains encore très amoureux d'autres moins, la vie seul, des invités de tous âges.
Deuxième lecture de l'auteure pour moi, et j'ai encore beaucoup aimé. J'ai apprécié la construction du livre, la fête n'est qu'à la fin du livre, nous apprenons à connaître les protagonistes, beaucoup d'événements se passent avant cette fameuse fête, nous apprenons leurs liens de parenté, leurs caractères etc ...Puis vient cette fameuse fête qui a demandé tant d'attention à Frances, tout le monde va se lâcher !
 Le quotidien des personnages est agréable à lire même si il n'est quelquefois pas très joyeux, des tranches de vie de plusieurs couples avec tous ses aspects, qu'ils soient bons ou mauvais.

 

L'invitation à la vie conjugale - Angela HUTH - Quai Voltaire 1998 - 331 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Chien-Loup de Serge JONCOUR

Publié le par Emma

Chien-Loup de Serge JONCOUR

Quatrième de couverture :

Franck et Lise avaient décidé de passer l'été au calme, dans une maison perdue dans le Lot. Ils ignoraient qu'elle avait abrité un dompteur allemand et ses fauves pendant la Première Guerre mondiale, et qu'une bête, entre chien et loup, les y attendait. Franck croyait encore que la nature n'avait plus rien de sauvage ; il pensait que les guerres du passé, où les hommes s'entretuaient, avaient cédé la place à des guerres plus insidieuses, moins meurtrières.
Ça, c'était en arrivant.

Mon ressenti :

On alterne entre deux époques un chapitre sur deux. Dans un premier temps, de nos jours, un couple a loué pour la première fois une maison dans le Lot, qui se trouve totalement isolée. Le mari a même du louer un 4X4 pour y accéder, il n'y a aucun réseau, ils sont comme dépouillés de tout.
Dans un second temps, nous sommes pendant la guerre de 14, alors que les hommes sont à la guerre et que ce sont les femmes qui prennent tous les travaux en main, tout en haut, dans une maison isolée un Allemand vit avec des fauves dans sa cour.

Alors tout d'abord, j'ai eu un peu de mal avec cette lecture au début, plusieurs éléments sont venus la perturber, je ne voyais pas du tout où il nous menait et puis ensuite sans rapport avec le livre mais plutôt avec ma situation personnelle, elle a traîné. Je l'ai continuée grâce aux nombreux avis favorables, et j'ai bien fait, je ne m'attendais pas à ce chemin là.
Deux époques, un même endroit, la nature est belle, dominante. D'un côté la guerre, de l'autre la modernité, les nouvelles technologies. J'ai beaucoup aimé, je regrette de l'avoir commencé au mauvais moment, ma chienne étant tombée malade puis n'étant plus là, ça a été vraiment une lecture éprouvante. 
Par contre, j'ai lu le dernier quart très vite et j'ai été complètement scotchée par la fin.

Page 494 : " Pour Joséphine là-haut c'était le paradis humble des collines perdues, jusqu'à ce qu'un homme un jour, un homme de nouveau, n'abîme tout. L'homme c'est cette créature de Dieu qui corrompt et dilapide, qui se fait un devoir de tout salir et d'abîmer. Sans qu'il soit question de malveillance ou de jalousie, de frustration ou de colère, par sa seule présence un homme peut tout détruire. "
 

 

Chien-Loup - Serge JONCOUR - Flammarion 2018 - 538 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

L'espoir des Neshov d'Anne B. RADGE

Publié le par Emma

L'espoir des Neshov d'Anne B. RADGE

Quatrième de couverture :

Pour avancer, il faut savoir revenir en arrière.
Après des années de splendeur puis de misère, la ferme des Neshov est désormais à l'abandon et la famille éclatée.
Seul à Trondheim, Margido s'est tourné vers Dieu et se voue à son entreprise de pompes funèbres, mais peine à s'épanouir dans sa vie privée. A la tombée du jour, ni les tartines trop riches, ni les soirées dans son sauna personnel ne comblent le vide.
A Copenhague, en revanche, pour son frère Erlend, et son compagnon Krumme, désormais heureux parents de trois bambins, les journées ne connaissent aucun répit. Pris dans le tourbillon des couches, des biberons et des bobos, ils risquent de s'oublier eux-mêmes.
Quant à leur nièce Torunn installée à Oslo avec Christer, elle s'interroge sur l'avenir d'une relation dans laquelle tromperies et résignation ont succédé à un temps de folle passion. A quarante ans, les choix qui se profilent seront cruciaux.
Une famille, quatre destins, quatre existences ancrées dans des réalités bien différentes que chacun questionne afin de trouver sa place dans le monde. Mais après tout, la vie n'est-elle pas une quête permanente portée par l'espoir  de trouver sa plénitude ?

 

Mon ressenti :

Voilà bien longtemps que j'ai lu les trois premiers tomes de cette histoire, en voulant connaître le titre du quatrième, je me suis aperçue qu'il y en avait un cinquième, j'avais loupé une étape. J'hésitais à les lire car j'avais vraiment peur de ne pas m'y retrouver, et puis comme je me suis mise à écouter des livres et qu'il faisait partie du catalogue je me suis lancée en me disant que si j'étais complètement perdue, j'arrêterais.
Au début de l'écoute, il y a un résumé des trois précédents pour nous remettre dans le bain, même si lors du résumé, j'ai eu un peu de mal à me souvenir, j'ai quand même eu un grand plaisir à retrouver les personnages, cela revient petit à petit. Nous retrouvons Margido qui a toujours son entreprise de pompes funèbres, il vit seul, Erlend et son compagnon Krumme sont désormais les parents de trois enfants et Torunn est à un tournant de sa vie, à quarante ans elle va devoir faire des choix autant dans sa vie professionnelle que personnelle.

Je ne vais pas vous raconter l'histoire car il faudrait revenir en arrière, je crois voir sur certains blogs qu'ils commencent tout juste la série,  d'ailleurs la quatrième de couverture en raconte déjà pas mal, mais cette saga me plaît toujours autant, je suis d'ailleurs en train d'écouter le cinquième en ce moment. Pour ce qui est de l'écoute, la lectrice est agréable.

 

L'espoir des Neshov - Anne B. RADGE - Lizzie par Ludmila Ruoso

L'espoir des Neshov d'Anne B. RADGE

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Immortelle randonnée de Jean-Christophe RUFIN

Publié le par Emma

Immortelle randonnée de Jean-Christophe RUFIN

Quatrième de couverture :

" Chaque fois que l'on m'a posé la question " Pourquoi êtes-vous allé à Santiago ? " , j'ai été bien en peine de répondre. Car le chemin a pour effet sinon pour vertu de faire oublier les raisons qui ont amené à s'y engager. On est parti, voilà tout. "

Jean-Christophe Rufin a suivi le "Chemin du Nord" jusqu'à Saint Jacques : huit cents kilomètres le long des côtes basques et cantabrique, à travers les montagnes sauvages des Asturies et de Galice. il s'est peu à peu transformé en clochard céleste, en routard de Compostelle. il nous raconte, avec une délicieuse autodérision, ce parcours humain et spirituel.

 

Mon ressenti :

Jean-Christophe Rufin nous raconte son chemin de Saint Jacques de Compostelle, il a effectué le chemin depuis Hendaye soit 800 kilomètres, il a du choisir entre deux itinéraires et a préféré celui qui longe la côte. Il est parti seul, il va nous faire part de ses observations, ses baisses de moral, ses joies ; contrairement à celui d'Alix Saint André il parle assez peu de rencontres car il dort souvent dans sa tente, seul, il doit alors marcher plusieurs kilomètres dès le matin avant de pouvoir boire et manger. J'ai beaucoup aimé ses descriptions des villes qu'il traverse, il est quelquefois déçu car le chemin passe en plein lotissement, au bord d'une autoroute ou proche des zones commerciales. Par contre, je me suis régalée de certaines des villes qu'il décrit, des petits villages du bord de mer, j'ai d'ailleurs bien souvent regardé à quoi cela ressemblait.
Bref, un beau voyage, une vision originale, des réflexions personnelles, de l'humour et des anecdotes, j'ai d'ailleurs appris pas mal de choses pratiques sur ce chemin. J'ai beaucoup aimé, je ne m'explique pas pourquoi ce type de récit me plaît autant, je ne compte pas le faire un jour mais peut-être j'essaie de comprendre pourquoi (au delà du religieux) certains se lancent dans un tel périple.

 

Immortelle randonnée - Jean-Christophe RUFIN - Gallimard 2013 - 273 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

La femme à la fenêtre d'A.J. FINN

Publié le par Emma

La femme à la fenêtre d'A.J. FINN

Quatrième de couverture :

Elle a tout vu mais faut-il la croire ?
Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bétabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russel, un père, une mère et un adorable ado, qui vient d'emménager en face. Un soir, Anna est témoin d'un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison ?

 

Mon ressenti :

Anna est pédopsychiatre, séparée de son mari, une fille, elle est en arrêt de travail, elle est agoraphobe. Elle passe donc ses journées chez elle, entre les échecs sur internet, un forum de consultation médicale sur lequel elle donne des conseils, des polars en noir et blanc, du merlot et des bétabloquants. Elle regarde régulièrement ce qui se passe chez les voisins, dans la rue, les journées se passent ainsi.
Un jour, elle va être le témoin d'un meurtre dans une des maisons en face. Oui, mais comment croire une femme qui s'emmêle les pinceaux dans ce qu'elle dit, dans ce qu'elle croit avoir vu, sur ce qu'elle se souvient etc.…
Je me suis régalée avec cette écoute, les jours défilent avec l'emploi du temps d'Anna, en parallèle on en apprend petit à petit sur sa vie d'avant, le tout est savamment distillé. Un suspense lent comme je les aime, il ne faut pas être trop pressé, avoir envie de beaucoup d'action car c'est tout l'inverse. Voilà une histoire efficace, avec des rebondissements, des questionnements, un décor soigné, une psychologie fine du personnage, il m'a fait penser à La fille du train dans sa forme, le film a déjà été tourné et sa sortie est prévue au cinéma le 20 mai 2020.
Une écoute agréable, tout comme le premier que j'ai écouté, pour ceux qui ne le saurait pas, l'abonnement à Canal Plus donne l'accès à un livre par mois sur le site Lizzie, disponible depuis le compte Canal.

 

Pour la première fois, je participe à Ecoutons un livre chez Sylire.

 

La femme à la fenêtre - A.J. FINN - Lizzie lu par Gaëlle Savary.

La femme à la fenêtre d'A.J. FINN

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Le cabaret des oiseaux d'André Bucher

Publié le par Emma

Le cabaret des oiseaux d'André Bucher

Quatrième de couverture :

"Peut-être que ma mère Blanche verra la lettre flotter au fil de l'eau et elle viendra le repêcher sur le dos d'un héron. peut-être, ou bien elle retroussera sa robe avant d'entrer dans l'eau, elle tendra la main pour la cueillir comme une jolie écrevisse. " A.B.

Le deuxième roman d'André Bucher est un long blues, dont les notes mélancoliques et poignantes trouvent écho dans la nature grandiose qu'il décrit si bien. C'est au bout du monde, dans la cour d'une ferme isolée au cœur de la montagne, qu'échouent les deux repris de justice qui vont tuer la mère de Tristan, sous ses yeux, le jour de ses six ans. De son enfance solitaire et rêveuse dans les arbres et avec ses oiseaux, un merle et une corneille apprivoisés ; de son adolescence habitée par le secret et la nostalgie ; du crime dont il s'est rendu coupable comme en écho à celui qui lui a enlevé sa mère, il tente de dénouer les fils emmêlés dans un récit qu'il achève à dix-neuf ans, au sortir de prison. Au Cabaret des oiseaux, la ferme auberge où il a grandi, l'attendent le vieux Germain et Maryse, figure féminine qui a illuminé ses jeunes années qui fut naguère recueillie par son père. Entre ces personnages cabossés par la vie, se sont tissés tout au long du roman des liens profonds et durables grâce auxquels s'est construit et se reconstruira Tristan et dont André Bucher a su dire la complexité et la beauté.

 

Mon ressenti :

C'est l'histoire de Tristan, lorsqu'il a 6 ans , il voit sa mère se faire tuer sous ses yeux par deux évadés de prison. Il va ensuite vivre avec son père, son papa est alcoolique, ce n'est donc pas tous les jours facile. Il va trouver un peu d'apaisement lorsque son père ramènera une femme à la maison, une Russe, ils vont ensemble monter une auberge. Seulement, un jour, deux hommes vont arriver à l'auberge, ils n'ont pas l'air très clairs, Tristan repense à ses six ans mais il est beaucoup plus grand maintenant.

Quelle belle écriture, je me suis attachée à ce petit Tristan, c'est tour à tour drôle, poétique, émouvant. Sa vie n'est pas facile et heureuse mais il y a une belle complicité de l'enfant avec ses deux oiseaux,  la nature a aussi une très belle part dans ce roman. J'ai beaucoup aimé aussi les mots créés par ce petit garçon pour appeler les gens, il y a d'ailleurs une belle galerie de personnages, comme "le docteur des généralités", le "docteur de l'esprit" etc..., ces expressions m'ont fait sourire, et ça faisait du bien car l'histoire n'est pas gaie, ces dernières mettent un peu de douceur, de rondeur, de la poésie. 
J'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire, c'est pour moi une première lecture de l'auteur, si j'en trouve d'autres je n'hésiterai pas à le relire.

 

Le cabaret des oiseaux - André BUCHER - Sabine Wespieser 2004 - 188 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Guide de survie en milieu hostile de Shane KUHN

Publié le par Emma

Guide de survie en milieu hostile de Shane KUHN

Quatrième de couverture :

John Lago n'est pas un homme très fréquentable. Mais dans sa partie, c'est le meilleur. Sa spécialité ? Infiltrer les grandes sociétés en y sollicitant un stage afin d'éliminer les dirigeants corrompus.
Les stagiaires se caractérisent en effet par leur insignifiance. On leur demande d'être corvéables à merci, mais pour le reste personne ne leur prête attention. Ressources humaines Inc., la mystérieuse organisation qui emploie John, profite de cette faille du système pour "placer" en entreprise des assassins à la couverture parfaite. John, qui a bientôt 25 ans, l'âge limite pour exercer cette profession très particulière, a décidé d'écrire, à usage interne, Un guide de survie à l'usage des jeunes stagiaires, illustrés d'exemples tirés de sa propre expérience. Ce qu'il ne sait pas encore, c'est que sa nouvelle mission -rejoindre  l'un des plus grands cabinets d'avocats new-yorkais avec pour objectif d'assassiner l'un des associés- va vite se révéler la plus compliquée de sa carrière et fera voler en éclats toutes ses certitudes, tant professionnelles que personnelles.

 

Mon ressenti :

Tout d'abord à la sortie du livre en poche dans la collection 10/18, le titre a été modifié et est donc Un stagiaire presque parfait. Je ne sais pas pourquoi ils changent les titres, lorsque cela arrive c'est vraiment casse-pieds car on finit par s'y perdre.

Voilà un thème plutôt inhabituel, recruter des stagiaires afin de les utiliser comme meurtriers. John Lago a 25 ans, il arrive donc au bout de sa carrière, il effectue sa dernière mission et la raconte dans un guide à l'usage des nouveaux, il y donne des exemples et des conseils pour rester vivant. Evidemment la dernière mission ne va pas être de tout repos.
Un livre qui se lit tout seul pour peu qu'on aime le genre : de l'action, de l'humour, tu es dans la tête du tueur et il ne t'épargne rien, il s'adresse directement à toi et il veut t'apprendre le métier de A à Z, il n'a peut-être que 25 ans mais il en effectué des missions et son rêve est de profiter de la suite de sa vie tranquille.
C'est complètement déjanté, rock N roll, ce John Lago m'a fait quelquefois penser à Bourbon Kid, je n'ai jamais rien lu de ce genre, c'est original, drôle, c'est truffé de références de films et j'ai passé un excellent moment de détente.

J'aime décidément les éditions Sonatine, j'adore le visuel de la collection mais bien souvent je découvre un excellent livre avec un auteur totalement inconnu, c'est encore une fois une bonne pioche et bientôt un article d'une autre découverte qui a été un véritable coup de cœur.

 

Guide de survie en milieu hostile - Shane KUHN - Sonatine 2014 - 313 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Un parfum d'herbe coupée de Nicolas DELESALLE

Publié le par Emma

Un parfum d'herbe coupée de Nicolas DELESALLE

Quatrième de couverture :

Par légères touches qui sont autant d'instantanés de vie, Kolia revient sur son enfance et ces petits riens qui seront tout : un trajet dans une voiture bleu perroquet sur la route des vacances, les filles, Mathilde et Inès, Totor le paysan aux cèpes et la maison de famille, la découverte du clip de Thriller à la télévision, des livres, quelques sauterelles, un berger allemand prénommé Raspoutine… Nicolas Dellesalle rend tous ces moments incroyablement vivants dans un premier roman plein d'émotion, d'humour, de poésie, de profondeur, où la petite musique singulière de l'enfance ouvre sur une partition universelle.

Mon ressenti :

L'auteur nous parle de son enfance à l'aide de petits chapitres dans lesquels il raconte des petites scènes de la vie quotidienne, des souvenirs qui sont tour à tour le reflet d'une époque, les vacances, les angoisses, les découvertes et bonheurs d'un enfant puis d'un adolescent. Ce sont des chapitres courts pour des moments bien choisis et bien précis.
Evidemment j'ai beaucoup aimé cette plongée dans l'enfance, beaucoup de petites scènes ont eu une résonnance chez moi, étant née à la même époque que l'auteur, cette boîte à souvenirs aurait pu être la mienne,  cette plongée dans les années 80 a aussi été la période pendant laquelle je me façonnais, je grandissais et découvrais de nombreuses choses. J'ai beaucoup aimé l'écriture simple mais en même temps délicate, précise, imagée pleine de doux moments, de joie, de peur, d'humour et de délicatesse.
C'est la première fois que je lis cet auteur et cela a été un vrai délice d'ouvrir cette boîte à souvenirs qui m'a instantanément plongée dans mon enfance à moi.
J'ai été plus d'une fois tentée par Le goût du large, il faut maintenant que je me le procure afin d'en lire un peu plus.

 

Un parfum d'herbe coupée - Nicolas DELESALLE - LGF 2015 - 251 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>