Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

beaucoup aime

Les gens dans l'enveloppe d'Isabelle MONNIN

Publié le par Emma

Les gens dans l'enveloppe d'Isabelle MONNIN

Quatrième de couverture :

En juin 2012, j'achète à un brocanteur sur internet un lot de 250 photographies d'une famille dont je ne sais rien. les photos m'arrivent dans une grosse enveloppe blanche quelques jours plus tard. Dans l'enveloppe il y des gens, à la banalité familière, bouleversante. Je décide de les inventer puis de partir à leur recherche. Un soir, je montre l'enveloppe à Alex. Il dit :" On pourrait aussi en faire des chansons, ce serait bien. " Les gens dans l'enveloppe, un roman, une enquête, des chansons.

Mon ressenti :

Isabelle Monnin achète un lot de photo sur internet, il lui vient l'idée d'écrire une histoire autour de ces personnes. Une fois l'histoire écrite, elle part à leur recherche.

Drôle d'idée, je suis passée par plusieurs étapes lors de ma lecture. Au début, je me suis demandée comment elle avait eu une telle idée, déjà j'ai appris qu'on pouvait acheter un lot de photos de famille. Rien que le concept d'acheter un lot de photos  de personnes que l'on ne connaît pas me dépasse.

Bref, j'ai lu avec plaisir cette histoire inventée, ça se lit facilement et vite car j'avais envie de lire la suite. Ces photos prennent vie sous la plume d'Isabelle Monnin, elle leur invente une vie : dans celle-ci, Laurence vit seule avec son père, sa mère est partie en Argentine avec un autre homme.

Une fois la fiction lue, on passe à la réalité, les recherches d'Isabelle afin de retrouver le village, les personnes, son ressenti, ses peurs. Elle finit par les retrouver et nous allons enfin connaître la vraie histoire, elle les rencontre petit à petit. Et là, ben j'ai pris conscience de sa démarche et elle a eu de la chance de tomber sur de telles personnes, car raconter sa vie à une inconnue me gêne un peu. Il me semble que ce qui m'a le plus gêné est de savoir que l'on peut acheter des photos de familles qui sont encore vivantes sur internet.

Le bilan est plutôt positif car c'est un livre qui m'intriguait, que j'avais envie de lire, c'est une histoire très originale,émouvante, de belles rencontres et une belle idée à la base. Une histoire qui se lit vite, je ne vous parle pas de la musique qui existe avec le livre car je ne l'ai pas écoutée.

 

Les gens dans l'enveloppe - Isabelle MONNIN  avec Alex BEAUPAIN - Lattès 2015 -  408 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Le liseur de 6h27 de Jean-Paul DIDIERLAURENT

Publié le par Emma

Le liseur de 6h27 de Jean-Paul DIDIERLAURENT

Quatrième de couverture :

"Voilà, on voulait vous dire, on aime bien ce que vous faites. Ca nous fait drôlement du bien.

Ca va bientôt faire un an que Josette et moi, on vient vous écouter tous les lundis et jeudis matin."

Sur le chemin du travail, Guylain lit aux passagers du RER de 6h27 quelques pages rescapées de livres voués à la destruction. Ce curieux passe-temps va l'amener à faire la connaissance de personnages hauts en couleur qui cherchent, eux aussi, à réinventer leur vie.

Mon ressenti :

Voilà bien longtemps que je n'avais pas eu du temps pour moi et pour lire, alors pour me relancer il me fallait une lecture simple, un livre qui fasse du bien.

Guylain vit seul avec son poisson rouge, il  travaille dans une entreprise qui détruit les livres, tous les matins en allant travailler, il lit quelques pages dans le RER à voix haute. Il a une existence plutôt simple, mais il va rencontrer des personnages plutôt originaux.

Voilà une lecture qui fait du bien, j'ai adoré suivre l'existence de ce Guylain, son quotidien agrémenté de ces personnages qui ont pour certains des occupations plutôt spéciales. Je me suis demandé où l'auteur allait chercher tout ça. Je n'en écris pas plus car j'ai découvert au fur et à mesure de ma lecture et je l'ai quitté à grand regret.

Un livre qui m'a fait penser à ceux de Marie-Sabine Roger.

 

Le liseur de 6h27 de Jean-Paul DIDIERLAURENT - Au Diable vauvert 2014 - 193 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Un jour glacé en enfer - Anne B. RAGDE

Publié le par Emma

Un jour glacé en enfer - Anne B. RAGDE

Quatrième de couverture :

Peut-être n'est-ce rien d'autre que lui, ce meneur de chiens rustre et glaçant, qu'elle est venue chercher dans ce chalet perdu au milieu du Grand Nord. Cet homme aux mains violentes et au désir brut, presque bestial, qui la fait trembler sous sa fièvre ne fendant son corps de plaisir. Mais à force de passion et de soumission, le rapport de force s'intensifie entre les deux amants. Jusqu'au jour où l'un d'eux doit sauver sa peau...

Mon ressenti :

Après la trilogie que j'ai beaucoup aimé, mais Zona frigida que j'ai abandonné, me revoilà avec cette auteure.

Nous sommes en plein Grand Nord, un homme habite avec ses chiens, il est accompagné d'une femme dont on ne sait pas grand chose, ni comment elle est arrivée là, ni pourquoi. On sait juste qu'elle n'a pas toujours été là.

Une histoire assez hypnotisante, un huis clos un peu glaçant dans lequel nous alternons les genres. Cet homme assez rustre doit s'occuper de ses chiens, il est musher, ce sont des chiens de travail, ils s'en occupe mais sans sentiments, de plus dans cette région il faut savoir se défendre et se protéger des animaux sauvages.

En parallèle à ses occupations, les scènes d'amour entre les deux personnes sont assez violentes et explicites. Nous passons de l'un à l'autre sans transitions, c'est-à-dire qu'elle peut avoir des envies pendant qu'ils plantent des piquets ;) Les scènes sont assez torrides.

L'homme va devoir partir plusieurs jours pour une course, et la femme va devoir rester seule. Comment cela va t-il se passer, et quelles en seront les conséquences ?

J'ai beaucoup aimé cette histoire, complètement atypique, glaçante, une histoire qui raconte la nature avec ses bons et mauvais côtés, et en même temps très érotique.

 

Un jour glacé en enfer - Anne B. RAGDE - Balland Editeur 2010 - 283 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

L'oubli de Emma HEALEY

Publié le par Emma

L'oubli de Emma HEALEY

Quatrième de couverture :

Tout se mélange un peu dans la tête de Maud, mais elle n'en démords pas : Elizabeth a disparu. Sa fille a beau lui répéter inlassablement que tout va bien, c'est noté là, sur un de ces bouts de papier qui l'aident à se souvenir : sa vieille amie et voisine, Elizabeth, a disparu. Exactement comme Sukey, sa grande soeur bien-aimée, soixante ans plus tôt. Maud confondrait-elle les époques ? Mais n'y a-t-il pas tout autant des mystères autour d'elle aujourd'hui qu'hier ?

Malgré la maladie qui dévore sa mémoire, Maud interroge le présent, sonde la passé, en quête de vérité avant que tout s'efface...

 

Mon ressenti :

Maud vit seule dans sa maison, elle est maintenant âgée et elle perds la tête. Des petits mots l'aident à se souvenir de l'essentiel. Mais ces petits mots s'accumulent,il y en a partout, sur divers sujets, de quand datent-ils ? , elle s'y perds un peu. Un mot plusieurs fois écrit : sa copine Elizabeth a disparu.

En même temps, elle se souvient très bien de la période de sa jeunesse. Elle a vécu un drame, la disparition de sa sœur.

Le livre oscille entre les deux périodes dans les pensées de Maud, elle a tendance à confondre les époques. Elizabeth, sa copine à qui elle rend visite de temps en temps et sa sœur décédée depuis de nombreuses années, de qui parle-t-elle ? Tout n'est pas clair. Mais elle détient des informations qu'il va falloir démêler.

J'ai beaucoup aimé cette histoire, tout ce fouillis dans sa mémoire, il faut refaire le puzzle. C'est en même temps passionnant et très angoissant, on prends bien conscience du résultat d'une perte de mémoire. Un très bon moment de lecture même si certains trouveront peut-être que c'est un peu répétitif.

 

L'oubli de Emma HEALEY - Sonatine 2014 - 404 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Lontano de Jean-Christophe GRANGE

Publié le par Emma

Lontano de Jean-Christophe GRANGE

Quatrième de couverture :

Le père est le premier flic de France. Le fils aîné bosse à la Crime. Le cadet règne sur les marchés financiers. La petite sœur tapine dans les palaces. Chez les Morvan, la haine fait office de ciment familial. Pourtant, quand l'Homme-Clou, le tueur mythique des années 70, ressurgit, des limbes africaines, le clan doit se tenir les coudes. Sur fond d'intrigues financières, de trafics miniers de magie yombé et de barbouzeries sinistres, les Morvan vont affronter un assassin hors norme, qui défie les lois du temps et de l'espace. Ils vont surtout faire face à bien pire : leurs propres démons.

 

Mon ressenti :

Quand le père de famille a arrêté un homme, tueur en série appelé l'Homme Clou dans les années 70, et que son fils retrouve le même genre de tueur et de procédés en l'an 2000.

Tout commence par une banale enquête pour un jeune tué en Bretagne, l'enquête va durer plus longtemps que prévu car ce n'est peut-être pas un simple accident. D'autres meurtres vont avoir lieu et tout penche vers le procédé qu'utilisait un tueur des années 70 sous fond de magie noire.

Comme à son habitude, J.C. Grangé nous mène dans une enquête réussie. De la Bretagne à l'Afrique, des non dits du père et de la mère de famille.

J'aime toujours autant ses histoires, des chapitres courts, chapitres qui nous laisse en attente de la suite, une enquête passionnante agrémentée des problèmes de famille. Tout ce méli-mélo nous entraîne dans une histoire riche, comment cet Homme Clou peut réapparaître des années plus tard, alors qu'il est décédé ?

La fin nous laisse un peu en suspens, prévoyant une suite. Elle vient d'ailleurs de paraître : Congo Requiem.

Lontano de J.C. GRANGE - Albin Michel 2015 - 777 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Le jour des morts de Nicolas LEBEL

Publié le par Emma

Le jour des morts de Nicolas LEBEL

Quatrième de couverture :

Paris à la Toussaint. Le capitaine Mehrlicht , les lieutenants Dossantos et Latour sont appelés à l'hôpital Saint-Antoine : un patient vient d'y être empoisonné. Le lendemain, c'est une famille entière qui est retrouvée sans vie dans un appartement des Champs-Elysees. Puis un couple de retraités à Courbevoie. ..

Tandis que les cadavres bleutés s'empilent , la France prend peur : celle qu'on surnomme bientôt l' Empoisonneuse semble décimer, au hasard, des famille aux quatre coins de France depuis plus de quatre décennies. Les médias s'enflamment tandis que l'enquête s'enlise : qui est cette jeune femme que de nombreux témoins ont croisée ? Comment peut-elle tuer depuis quarante ans alors qu'elle en paraît trente ? Surtout, qui sera sa prochaine victime ? Dans la tornade médiatique et la vindicte populaire, chacun reconnaît la tueuse - elle est une voisine, une sœur, une ex -, et la chasse aux sorcières s'organise.

Mais derrière l'Empoisonneuse, c'est la Mort elle-même qui est à l'œuvre, patiente et inexorable : nul ne lui échappera.

 

Mon ressenti :

C'est le deuxième livre de Nicolas Lebel, mais le premier que je lis.

Le capitaine Merlicht est à l'hôpital, il rend visite à Jacques, un collègue et ami qui n'en a plus pour longtemps. Mais bien vite, il va être appelé pour un empoisonnement. Celui-ci ne va pas être le seul, il y en aura d'autres. Merlicht, accompagné de son équipe : Dossantos, Latour et un stagiaire, fils à papa vont s'occuper de cette affaire.

J'ai beaucoup aimé cette histoire, Nicolas Lebel réussi à nous emporter dans une histoire à rebondissements, passionnante, sans être glauque, pas de descriptions sanglantes. J'ai beaucoup aimé Merlicht et son équipe, les personnages sont travaillés, il y a une bonne dose d'humour et des dialogues très drôles. Cela n'empêche pas l'histoire d'être très construite, s'y ajoute le personnage "rat des bibliothèques" qui fouine toute la journée afin de trouver de vieilles éditions de livres pour les collectionneurs.

Un ensemble très réussi, un suspense, une histoire bien menée, de l'humour, des personnages fouillé, certains travers de notre société et des politiques.

Bref, je n'ai qu'une hâte, me plonger dans le prochain qui m'attend sagement dans ma bibliothèque.

 

Le jour des morts - Nicolas LEBEL - Hachette 2014 - 378 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

A la mesure de nos silences de Sophie LOUBIERE

Publié le par Emma

A la mesure de nos silences de Sophie LOUBIERE

Quatrième de couverture :

Deux jours de ta vie. Deux jours pour changer les choses.

Jamais Antoine n'aurait penser que son grand père puisse agir ainsi : il y a quelques heures à peine, l'adolescent sortait du lycée, s'apprêtant royalement à rater son bac. Kidnappé par papi à bord d'un vieux coupé Volvo, il roule à présent vers l'inconnu, privé de son iPhone.

A 82 ans, François Valent, journaliste brillant, aura parcouru le monde et couvert tous les conflits du globe sans jamais flancher. S'il a conclu un marché avec son petit-fils, c'est pour tenter de le convaincre de ne pas lâcher ses études.

Mais ce voyage improvisé ne se fera pas sans heurts. La destination vers laquelle le vieil homme conduit Antoine - la ville de Villefranche de Rouergue, où il a grandi - a ce parfum particulier de remords. C'est là que l'enfance de François a trébuché. Lors d'un drame sanglant de la Seconde Guerre mondiale dont l'Histoire à gardé le secret.

Mon ressenti :

Antoine, lycéen va passer son bac à la fin de l'année, François son grand père ne supporte pas le fait qu'il ne fasse rien au lycée. Ils n'ont jamais été très proches, et pourtant François va réussir à l'amener en week-end, en trouvant un subterfuge pour qu'il accepte.

Ils vont avoir le temps de parler sur la route, où l'emmène donc son grand-père  ? Les voilà partis pour l'Aveyron, que veut lui raconter son grand-père, pourquoi l'emmener à Villefranche de Rouergue ? Quelle va être l'issue ?

J'ai beaucoup aimé cette histoire, l'alternance des chapitres, nous alternons entre les agissements du grand-père, le petit-fils et ce qui s'est passé pendant la seconde guerre mondiale. Du coup, nous alternons des genres complètement différents de préoccupations, de langue et de vocabulaire.

Ce voyage va permetre à Antoine d'apprendre beaucoup de choses sur la famille, sur son grand-père et son histoire personnelle. C'est un beau voyage que nous raconte Sophie Loubière, l'écart entre deux générations, ce rapprochement qui se fait, tout en y ajoutant la dimension historique avec ce fait complètement méconnu ou oublié qui s'est déroulé en pleine seconde guerre mondiale dans le village de Villefranche de Rouergue.

 

A la mesure de nos silences - Sophie LOUBIERE - Fleuve Editions 2015 - 300 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Au fer rouge de Marin LEDUN

Publié le par Emma

Au fer rouge de Marin LEDUN

Quatrième de couverture :

Madrid, 11 mars 2004, dix bombes explosent dans des trains de banlieue. Rescapée, le Lieutenant Emma Lefebvre entre en guerre contre le terrorisme. La découverte d'une valise contenant le cadavre d'un trafiquant de drogue espagnol, échouée sur une plage landaise, dix ans plus tard, ravive les vieilles blessures. Emma met bientôt au jour une véritable organisation mafieuse, avec à sa tête Javier Cruz, seigneur de l'antiterrorisme. Des rives du fleuve Nervión aux bas-fonds de Bayonne, des banlieues déshéritées de Madrid aux palaces de la côte basque, la géographie de la corruption n'a pas de frontières.

 

Mon ressenti :

Après L'homme qui a vu l'homme qui nous évoquait essentiellement l'ETA et surtout de la disparition d'un des membres, nous revoilà au pays basque et l'Espagne. Ce n'est pas une suite même si il y a de nombreux éléments du précédent dans celui-ci, mais tout y est expliqué.

Une valise est retrouvée sur les plages landaises, dans celle-ci un cadavre, qui est celui d'un trafiquant de drogue, Domingo Augusti.

Emma lefebvre va alors ne rien lâcher pour mettre à jour un système bien complexe qui va nous mener dans la lutte contre la drogue, mais aussi au milieu de règlements de compte entre mafieux, la corruption policière, politique...Chacun y gère son propre intérêt, comment utiliser l'autre pour arriver à ses fins.

Les thèmes abordés sont très nombreux, c'est foisonnant et Marin Ledun nous pose tout ça sur un plateau avec un style assez froid et détaché, c'est plutôt direct. Nous nous baladons sur cette côte basque, entre les deux pays et c'est loin d'être du tourisme.

J'ai rarement lu un livre qui explorait autant de pistes, autant de thèmes, on passe de l'un à l'autre sans se douter de tous les éléments qui vont les unir. Si je n'ai qu'un conseil pour ceux qui voudrait se lancer, c'est de bien retenir les personnages au début car il y en a une multitude.

C'est ma troisième lecture de l'auteur, et je vais continuer sans aucun doute à le lire.

Mon cher et tendre a découvert l'auteur avec celui-ci et a beaucoup aimé.

 

Au fer rouge - Marin LEDUN - Ombres Noires 2015 - 460 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

1Q84 de Haruki MURAKAMI (Livre 2)

Publié le par Emma

1Q84 de Haruki MURAKAMI (Livre 2)

Quatrième de couverture :

Les choses qui restent enfermées dans notre cœur n'existent pas en ce monde. Mais c'est dans notre cœur, ce monde à part, qu'elles se construisent pour y vivre.

Le livre 1 a révélé l'existence du monde 1Q84.

Certaines questions ont trouvé leur réponse.

D'autres subsistent : qui sont les Little People ? Comment se fraient-ils un chemin vers le monde réel ? Pourquoi deux lunes dans le ciel ? Et la chrysalide de l'air, est-elle ce lieu où sommeille notre double ?

Ceux qui s'aiment ne sont jamais seuls.

Le destin de Tengo et d'Aomamé est en marche.

 

Mon ressenti :

Voilà deux ans que j'ai découvert le tome 1, il était temps que je lise la suite.

Tengo et Aomamé continuent de suivre leur destin, leur histoire. Je n'avais rien raconté du premier tome car j'avais vraiment aimé la découverte totale de l'histoire, ces deux personnages que l'on suit au travers des chapitres.

Dans ce deuxième tome, nous sommes vraiment dans l'année 1Q84, alors que cette dernière était juste effleurée dans le tome 1, cette fois-ci nous plongeons vraiment dedans : cette fameuse année parallèle à 1984. Je n'aime pas trop voire pas du tout la science-fiction ou fantastique, alors dès qu'il aborde vraiment cette dimension j'ai essayé de ne pas trop me braquer. Et je pense que j'ai bien fait car même si ça se complique j'ai beaucoup aimé la poésie qui en découlait.

Toujours est-il que je suis toujours autant séduite par ces deux destins, l'écriture est magnifique, l'histoire très originale mais je pense qu'il ne va pas falloir que je traine à lire le troisième au risque d'être totalement perdue.

 

1Q84 de Haruki MURAKAMI - Belfond 2011 - 526 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Noire porcelaine de Franck BOUYSSE

Publié le par Emma

Noire porcelaine de Franck BOUYSSE

Quatrième de couverture :

" Dalençon s'approcha alors du corps. C'était probablement pas une bonne idée, mais elle le fit quand même. Fixer cette vision. Une de plus. Six pas mal ajustés. Six pas vers l'horreur. Six pas vers la chair violée. Ce que seul un démon pouvait faire. Accepter que ce ne soit pas une démon. Quelqu'un que l'on croisait. Quelqu'un avec un appartement, ou une maison, un métier. Quelqu'un qui se montrait. Quelqu'un qui se cachait. Comme tout le monde. Quelqu'un. "

Un corps massacré à deux pas du cœur de Limoges. Bélony et Dalençon, deux flics dans la tourmente, un homme et une femme, deux histoires, une complicité qui s'écrit. Et le tueur, qui observe dans l'ombre, en égrenant sa folie en une suite de graffitis mentaux. Dans ce récit, le noir n'est pas une couleur, il est la mort et le désespoir versés au cœur des ténèbres.

 

Mon ressenti :

Après le coup de coeur de Grossir le ciel, il me fallait lire autre chose de l'auteur, l'ayant rencontrer en septembre dernier, j'avais jeté mon sort sur Noire porcelaine. J'ai mis un peu de temps à l'en sortir de ma bibliothèque, pas le même genre que Grossir le ciel, un peu peur d'être déçue.

Une femme est retrouvée morte, ce sont Belony et Dalançon qui vont s'occuper de l'enquête. Dalençon est jeune, célibataire, elle fait équipe avec Belony qui a perdu sa femme et sa fille, sa femme vient de mourir après des années de coma, il est plutôt du genre bourru.

Mais cela ne s'arrête pas là, un autre meurtre va avoir lieu, le meurtrier leur laisse toujours des éléments comme une partition de musique, des couplets de chanson...

Quels sont les liens entre les différents meurtres ? Quelles sont les significations des éléments qu'ils trouvent ?

Un polar plutôt efficace, bien ficelé et complètement addictif. Je l'ai lu en 24 heures, je n'arrivais pas à le lâcher. Des chapitres courts, assez peu de fioriture,une écriture maîtrisée, on a toujours envie de continuer.

Pour moi, c'est une excellente surprise, car même si le genre est plutôt classique, l'histoire tient debout, et le fait ne pas avoir envie de le lâcher constitue un des signes d'une histoire très réussie.

 

Noire porcelaine - Franck BOUYSSE - Geste Editions 2013 - 329 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>