Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

beaucoup aime

Glacé de Bernard MINIER

Publié le par Emma

Glacé de Bernard MINIER

Quatrième de couverture :

Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d'une journée glaciale de décembre, les ouvriers d'une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d'un cheval, accroché à la falaise. Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.

Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l'enquête la plus étrange de toute sa carrière.

Mon ressenti :

Première découverte pour moi de  l'auteur, je l'ai croisé à Toulouse Polars du Sud l'année dernière.

Saint-Martin-de-Comminges, petit village des Pyrénées en plein hiver, un cheval est retrouvé accroché en haut d'une centrale hydroélectrique mort. Il n'a plus de tête, comment a t'il été monté ? Les surveillants n'ont rien entendu,  rien vu. Le commandant Servaz arrive en renfort de Toulouse pour l'enquête.

En parallèle, Diane Berg, prend un poste à l'institut psychiatrique Wargnier qui se trouve dans le même village. Ella arrive de Suisse en ce matin du 10 décembre.

L'enquête démarre, fait du surplace, mais il va  y avoir d'autres morts, et c'est sans compter sur la tenacité de ce commandant Servaz qui ne va rien lâcher. L'essentiel de l'histoire se déroule dans ce petit village mais va aussi nous amener à Toulouse. Une  enquête passionnante pour une histoire qui tient la route pleine de rebondissements. Une histoire aboutie, une vraie réussite pour un auteur que je découvrais et que je relirai sans aucun doute.

Il a reçu le prix du meilleur roman français du Festival polar de Cognac.

 

Glacé de Bernard Minier - XO Editions 2001 - 725 pages.

Du coup, voilà mon premier pavé de l'été

Glacé de Bernard MINIER

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine DE VIGAN

Publié le par Emma

Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine DE VIGAN

Quatrième de couverture :

" Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l'écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd'hui je sais aussi qu'elle illustre, comme tant d'autres familles, le pouvoir de destruction du verbe et celui du silence. "

D de V.

Mon ressenti :

Après Les heures souterraines, j'ai continué la découverte de Delphine de Vigan avec celui-ci.

Elle nous parle de sa mère, Lucile, son enfance dans cette famille nombreuse. De nombreux drames vont toucher cette famille. Puis lorsqu'elle est adulte, la mère qu'elle est, ce qu'elle va devenir jusqu'à la fin tragique.

Comme le précédent je me suis laissée porter par l'écriture de Delphine de Vigan. J'ai aimé cette histoire de famille même si comme Le chagrin de Lionel Duroy, j'ai tendance à lire ces livres comme des romans. Je lis une histoire. Si je m'attarde sur le fait que ce sont leurs histoires, quelque chose me gêne.

Mais en tant "qu'histoire",  j'ai aimé cette famille nombreuse, cette façon de grandir dans cette tribu, les drames qu'ils ont connu, cette écriture très agréable, accrocheuse, fluide. Les portraits de cette famille nombreuse unie en apparence. Ainsi Lucile grandit, elle va devenir à son tour maman de deux filles, qu'elle va élever seule. Un beau portrait de cette mère, mais aussi les problèmes qu'elle a, rien n'est épargné. C'est quelquefois sensible, doux, joyeux mais aussi très rude. La vie n'est pas toujours émaillée que de belles choses, comme toute famille, elle a connu des coups durs et certainement plus que la moyenne.

J'aime beaucoup cette écriture même si le sujet n'est pas évident, même si je fais abstraction que c'est son histoire, j'ai aussi aimé cette fragilité exposée lors de moments de doute et de questionnement à l'écriture de ce livre.

Bref, un très beau livre qui va rester certainement longtemps en tête.

Il a reçu :

- Prix Renaudot des lycéens  2011

- Prix roman France Télévisions 2011

- Grand prix des lectrices Elle 2012

 

Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de VIGAN - Jean-Claude LATTES 2011- 401 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Esprit d'hiver de Laura KASISCHKE

Publié le par Emma

Esprit d'hiver de Laura KASISCHKE

Quatrième de couverture :

Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d'angoisse inexplicable. Rien n'est plus comme avant. Le blizzard s'est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant...

Mon ressenti :

Matinée de Noël, Holly se réveille tard, elle va être en retard pour préparer le déjeuner. Alors que son mari doit aller chercher ses parents à l'aéroport, elle reste à la maison avec sa fille Tatiana. Mais le blizzard se lève, un à un les invités vont décommander. Toute cette journée particulière va être accompagnée des pensées de Holly. Nous en apprenons donc plus sur sa fille Tatiana, leur vie. Des pensées de Holly qui vont et viennent, qui sont développées plus tard dans le récit, un aller-retour incessant entre présent et passé. Une ambiance dans laquelle je me suis installée, un récit qui au début m'a un peu déconcerté mais auquel je me suis habituée, une envie de continuer à tourner les pages afin d'en savoir plus. J'aurais aimé des descriptions du temps, du dehors plus conséquentes afin de me plonger encore plus dans ce blizzard.

Je fais, au final, partie de ceux qui ont beaucoup aimé. Je suis complètement laissé embarquer dans cette ambiance, cette histoire, tout m'a plu, je voulais le lire à sa sortie, puis on l'a vu et beaucoup sur les blogs, des avis très différents m'ont poussé, maintenant que ça s'est calmé, à me faire mon propre avis.

Différents avis : Jérôme, Aifelle, Sylire, Hélène, Philisine, Val, Sandrine, Violette.

 

Esprit d'hiver - Laura KASISCHKE - Christian bourgeois 2013  - 276 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Une part de ciel de Claudie GALLAY

Publié le par Emma

Une part de ciel de Claudie GALLAY

Quatrième de couverture :

Aux premiers jours de décembre, Carole regagne sa vallée natale, dans le massif de la Vanoise, où son père, Curtil, lui a donné rendez-vous. Elle retrouve là son frère et sa soeur, restés depuis toujours dans le village de leur enfance. Philippe est garde-forestier, Gaby vit dans un bungalow vétuste où elle élève une fille qui n'est pas la sienne. Les jours qui s'égrènent pourraient lui permettre de renouer avec eux un lien qui n'a rien d'évident : Gaby et Philippe se comprennent, se ressemblent ; Carole est celle qui est partie. Entre eux, comme une ombre, l'incendie qui a naguère détruit leur maison d'enfance.

Décembre s'écoule, le froid s'installe, la neige arrive...Curtil sera-t-il là pour Noël ?

 

Mon ressenti :

Le Vals-des-Seuls : c'est là que début décembre arrive Carole, elle est séparée depuis peu, a des enfants et habite Saint-Etienne. Son père veut la voir, elle arrive donc dans le village de son enfance. Un village de la Vanoise, tout petit, où tout le monde se connaît. La vie va s'égréner tout doucement dans ce tout petit village, en plein hiver, nous suivons jour après jour le quotidien de Carole, son emploi du temps, les gens avec lesquels elle passe du temps.

J'avais eu un réel coup de coeur pour Les déferlantes, ici nous sommes dans une autre atmosphère, nous ne sommes plus en bord de mer mais en pleine montagne. Nous suivons petit à petit ces jours qui passent pour Carole, et comment elle les occupe. J'ai beaucoup aimé déjà cette atmosphère d'hiver, cette lenteur, c'est un petit village, il ne s'y passe pas grand chose, tout le monde se connaît, ce sont  plutôt des taiseux, j'aime beaucoup les histoires pendant lesquelles il ne s'y passe rien ou presque mais avec lesquelles pourtant l'auteur réussit à nous intéresser. La galerie de personnages est intéressante et variée, ce sont comme des séquences qui nous sont présentées. L'histoire de cette famille, le drame qu'ils ont vécu, l'éloignement de Carole qui est la seule à avoir quitté le village. Autant d'éléments qui m'ont bercé dans cette belle histoire, je me suis laissé porter par ce paysage, ces personnages. Si je devais appporter un petit bémol, ce serait l'utilisation excessive et qui m'a beaucoup gênée au début de formulations du type : "la serveuse à Francky". J'en faisais vraiment une fixation, au final ai-je réussi à l'oublier ou l'a-t-elle moins utilisé par la suite ?

J'ai quitté tout ce petit monde avec regret.

 

Une part de ciel - Claudie GALLAY - Actes Sud 2013 - 570 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

La femme en vert d'Arnaldur INDRIDASON

Publié le par Emma

La femme en vert d'Arnaldur INDRIDASON

Quatrième de couverture :

Dans une banlieue de Reykjavik, au cours d'une fête d'anniversaire, un bébé mâchouille un objet qui se révèle être un os humain.

Le commissaire Erlendur et son équipe arrivent et découvrent sur un chantier un squelette enterré là, soixante ans auparavant. Cette même nuit, Eva, le fille d'Erlendur, appelle son père au secours sans avoir le temps de lui dire où elle est. Il la retrouve à grand peine dans le coma et enceinte. Erlendur va tous les jours à l'hôpital rendre visite à sa fille inconsciente et, sur les conseils du médecin, lui parle, il lui raconte son enfance de petit paysan et la raison de son horreur des disparitions. L'enquête nous est livrée en pointillé dans un magnifique récit, violent et émouvant. Une femme victime d'un mari cruel qui la bat, menace ses enfants et la pousse à bout.

Mon ressenti :

Je découvre enfin Erlendur, j'avais remonté ce livre de ma PAL depuis qu'Aifelle m'avait dit que c'était le deuxième de la série. Je connaissais déjà un peu le genre que ça allait être ayant vu La cité des jarres en film.

Le commissaire Erlendur est appelé sur une enquête d'un squelette trouvé sur un chantier. Nous alternons entre celle-ci, les visites qu'il rend à sa fille dans le coma et l'histoire d'une femme battue pendant la guerre. J'ai beaucoup aimé cette enquête qui avance doucement, nous nous attachons à ces histoires tellement différentes. Nous en apprenons beaucoup sur ce commissaire lorsqu'il va au chevet de sa fille, il a du mal à lui parler et se dévoiler mais va y parvenir au fur et  mesure.

Pendant la guerre, une femme est battue par son mari. Nous découvrons petit à petit son quotidien, jusqu'à l'inadmissibe pour elle : ce dernier la menace de s'en prendre aux enfants.

Une enquête bien menée, plusieurs histoires en parallèle qui vont nous mener au dénouement final. Je suis ravie de l'avoir découvert, et je peux maintenant continuer à les acheter sachant que ça va me plaire.

 

La femme en vert d'Arnaldur INDRIDASON - Métailié 2006 - 299 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Un long moment de silence de Paul COLIZE

Publié le par Emma

Un long moment de silence de Paul COLIZE

Quatrième de couverture :

2012. A la fin de l'émission où il est invité pour son livre sur la "Tuerie du Caire", un attentat qui a fait quarante victimes dont son père en 1954, Stanislas Kervyn reçoit un coup de téléphone qui bouleverse tout ce qu'il croyait savoir.

1948. Nathan Katz, un jeune Juif rescapé des camps, arrive à New-York pour essayer de reconstruire sa vie. Il est rapidement repéré par le Chat, une organisation prête à exploiter sa colère et sa haine.

Quel secret unit les destins de ces deux hommes que tout semble séparer ?

Mon ressenti :

J'avais déjà lu de cet auteur Back Up que j'avais beaucoup aimé. Paul Colize reprend dans celui-ci la même organisation c'est-à-dire deux histoires en parallèle à deux époques différentes.

D'un côté, à notre époque, Stanislas Kervyn, qui vient d'écrire un livre sur la tuerie du Caire. Chef d'entreprise, très désagréable avec son personnel, mais aussi avec les femmes qu'il rencontre va devoir reprendre ses recherches sur cet épisode alors qu'il vient de finir son livre. En effet, un nouvel élément va lui démontrer qu'il s'est sûrement trompé.

En parallèle, Nathan Katz, jeune juif rescapé va commencer à travailler pour Le Chat. Cette organisation qui recherche dans tous les pays les anciens SS qui ont tué des milliers de personnes. Une mission qu'il va prendre très à coeur ayant perdu lui-même une partie de sa famille.

Un excellent moment de lecture, un livre très complet, intéressant, bien maitrisé. J'aime beaucoup cette technique du déroulement de deux histoires, car nous passons de l'une à l'autre à presque chaque chapitre, et quand c'est bien fait comme ici, on est toujours passionné par l'une comme par l'autre.

Pour finir, ce livre a tout de même eu :

  • Prix Landerneau-Polar 2013
  • Prix du Boulevard de l'Imaginaire 2013
  • Prix Polars Pourpres 2013

Un long moment de silence - Paul COLIZE - Gallimard 2013 - 508 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Les heures souterraines de Delphine DE VIGAN

Publié le par Emma

Les heures souterraines de Delphine DE VIGAN

Quatrième de couverture :

Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Au coeur d'une ville sans cesse en mouvement, ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai.

Les heures souterraines, qui fut finaliste pour le prix Goncourt, est un roman vibrant sur les violences invisibles d'un monde privé de douceur, où l'on risque de se perdre, sans aucun bruit.

Mon ressenti :

Mathilde a trois enfants, perdu son mari. Elle a un travail qui lui plaît, des responsabilités, une bonne entente et la confiance de son patron. Jusqu'au jour où, lors d'une réunion, elle ne va pas être d'accord avec son boss, va alors s'immiscer petit à petit et sournoisement une descente aux enfers.

Thibault est médecin, il a une relation avec une femme basée sur le sexe, alors qu'il voudrait partager bien d'autres choses avec elle. Il se pose des questions par rapport à cette relation, mais aussi son travail.

J'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire, nous suivons petit à petit la descente aux enfers de Mathilde, ça se lit comme un suspense, les descriptions sont vraiment très précises, on a de la peine pour elle. En parallèle, l'histoire de Thibault qui vit des choses complètement différentes mais qui connaît des ressentis similaires.

Je me suis un peu plus attachée au personnage de Mathilde, mais il est beaucoup plus développé dans le livre que celui de Thibault.

Une très belle histoire que j'ai lue en deux jours.

Un coup de coeur pour Lizouzou

 

Les heures souterraines de Delphine DE VIGAN - JC Lattès 2009 - 249 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Voyage au bout du jour de Matthieu GLOIRET

Publié le par Emma

Voyage au bout du jour de Matthieu GLOIRET

Quatrième de couverture :

Paris, mi-août. Ce jour aurait dû être un dimanche ordinaire pour Geoffrey Hamelin. Et puis, il y a eu cet appel téléphonique de son frère, ce rendez-vous étrange et maintenant... maintenant le voilà sur un atoll perdu au milieu du Pacifique avec sept autres individus qu'il ne connaît pas. C'est un voyage sous le soleil qui commence, un voyage au bout du jour...

Mon ressenti :

Geoffrey Hamelin se rend à la place de son frère à un rendez-vous, il récupère une valise et doit rencontrer un contact à l'Auberge Inn. Le contact arrive, puis trou noir, il se réveille sur un radeau accompagné de six autres hommes.

Ce roman commence comme un suspense, que s'est-il passé ? Pourquoi est-il accompagné de ces personnes qu'il ne connaît pas ? Que font-ils ici, perdus sur un atoll ?

Puis nous basculons dans l'aventure, car il va falloir survivre, explorer cet atoll, se nourrir. Petit à petit, ces sept hommes vont explorer, découvrir, se parler, essayer de savoir pourquoi ils sont là. Ils vont devoir se supporter avec leurs différences, leurs cultures. Petit à petit, les caractères s'affirment, la galerie de personnages est variée. Nous apprenons à les connaître, leurs vies, leurs doutes, leurs suppositions sur leur arrivée dans cet endroit, ce  qu'ils vont devenir...

Bref, un très bon roman entre suspense et aventure. Une écriture très agréable, des expressions bien trouvées, des phrases qui m'ont beaucoup plu.

Je n'ai d'ailleurs pas l'habitude de retranscrire des phrases mais j'en ai notées quelques-unes :

page 22 : " Tel Christophe Colomb prenant possession du Nouveau Monde, j'avais débarqué du canot pour me retrouver dans une eau tiède qui m'arrivait à hauteur de chevilles et circulait entre mes jambes, comme entre celles de mes camarades. Poussé par le flux de l'océan, elle semblait me dire "ça y est ! Tu es à l'abri, tu es sur la terre ferme, sain et sauf." "

page 59 : " Scrutant de nouveau dans la même direction je vis, beaucoup plus près, nettement, un aileron gris et blanc se rapprocher rapidement de moi. (...) Je pris mes jambes à mon cou. L'expression était malheureuse car mes jambes, alourdies par le poids du fluide marin, ne se mouvaient qu'à un rythme ralenti."

page 102 : " Désirer, acheter, consommer, c'était ça le moteur de notre société ! (...) Comme il m'était agréable de faire partie de cette masse moutonnière qui courrait de réveillon en soldes, de faire sentir que l'on me voulait du bien et que telle babiole allait bientôt faire mon bonheur."

 

Je suis ravie d'avoir découvert ce livre pour plusieurs raisons :

- L'histoire : des espèces de Robinson Crusoe pas préparés à cela, suspense, aventure, rebondissements, le tout dans un lieu de rêve.

- L'écriture : très agréable, fluide, travaillée, imagée.

- C'est le premier roman de l'auteur.

- Je suis la première bloggueuse à le découvrir et à donner mon avis. D'ailleurs, j'ai d'abord lu le début sur mon bestseller.com avant de l'avoir en entier. Au bout des trois premiers chapitres (soit 30 pages) je savais que je voulais lire la suite. (des extraits sont aussi disponibles sur le site Amazon.)

- Ensuite, et pour finir, je suis ravie et je remercie Matthieu Gloiret de m'avoir contactée et de me l'avoir procuré, pour un premier livre, je le trouve très abouti et j'espère ne pas être la dernière bloggueuse à le lire.

- Un livre disponible en numérique à tout petit prix sur Librinova.

 

Voyage au bout du jour de Matthieu Gloiret - Librinova - 270 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Et puis, Paulette... de Barbara CONSTANTINE

Publié le par Emma

Et puis, Paulette... de Barbara CONSTANTINE

Quatrième de couverture :

Ferdinand vit seul dans sa ferme. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, il passe chez Marceline, sa voisine, et découvre que son toit est sur le point de s'effondrer. Très naturellement, ses petits-fils, les Lulus, lui suggèrent de l'inviter à la ferme. L'idée le fait sourire. Mais ce n'est pas si simple, certaines choses se font, d'autres pas.... Il finit tout de même par aller la chercher. De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s'agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d'enfance, devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette....

Mon ressenti :

Ferdinand, homme vivant seul, pas forcément proche de son fils, plutôt taiseux va venir en aide à sa voisine Marceline grâce au bon sens de ses petits-enfants.  C'est vrai, les enfants ont plutôt le sens pratique, la voisine a des problèmes de toiture, pourquoi ne pas la faire venir habiter chez lui le temps de pouvoir la réparer ?

Petit à petit, la vie va s'organiser à deux, puis trois, quatre, bref cette grande maison va se remplir.

Des petits chapitres qui se lisent vite, très variés niveau thème. C'est léger, frais, pas larmoyant mais ça n'empêche de faire passer des messages.

Une très belle galerie de personnages, ils sont attachants, ils ont leur caractère, chacuns leur personnalité, ils se complètent bien.

J'avais déjà bien bien aimé Tom, petit homme...., cette fois j'avais peur d'être déçue, de ne pas retrouver cette magie, cette écriture si fluide mais pourtant simple. Et bien pas du tout, je l'ai vraiment aimée cette histoire ; je les ai laissé avec regret à la fin, déçue de déjà refermer le livre.

 

Et puis, Paulette... - Barbara CONSTANTINE- Calmann-Lévy 2012 - 273 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Désaccords imparfaits de Jonathan COE

Publié le par Emma

Désaccords imparfaits de Jonathan COE

Quatrième de couverture :

"Il y a combien de temps que j'ai joué ces accords ? Combien de temps qu'elle est apparue dans le bar, elle, qu'elle s'est approchée du piano, pendant que j'improvisais dans la pénombre de la salle, bien après que les buveurs les plus endurcis étaient rentrés chez eux, leurs verres finis ? Je ne sais pas, j'en perds le souvenir. Je me rappelle seulement que nous avons bavardé, échangé des banalités quelques minutes, pendant que mes doigts erraient sur le clavier, machinalement ; au fil des itinéraires habituels, des harmonies faciles et familières, auxquelles je me laisse prendre, ces temps-ci, comme à autant de mauvaises habitudes."

Mon ressenti :

3 Nouvelles et un article sur Billy Wilder : Ivy et ses bêtises, 9è et 13è, Version originale et Journal d'une obsession.

Ivy et ses bêtises : Un frère et une soeur se souviennent d'un Noël chez leurs grands parents lorsqu'ils étaient enfants.

9è et 13è : J'ai beaucoup aimé celle-ci d'ailleurs la quatrième de couverture en est un extrait. Le personnage habite entre la 9ème et 13ème rue. Il joue du piano dans un bar...Un soir, il rencontre une femme qui lui demande où elle peut passer la nuit.

Version originale : Un homme se rend à  un festival du film d'horreurs et fantasy afin d'élire la meilleure musique de film.

Journal d'une obsession : Article écrit pour les Cahiers du cinéma :  Son obsession pour Billy Wilder et plus précisement La vie privée de Sherlock Holmes.

 

Trois nouvelles très différentes, même si il écrit au début qu'il y a là toute sa production de nouvelles, je les ai trouvées fort agréables. Tous les personnages rêvent, se souviennent, imaginent.... Que ce soit des souvenirs d'enfants, un moment d'égarement en imaginant ce qu'aurait pu être la vie si on avait répondu autre chose, ou un rappel d'une relation... 

L'article "Journal d'une obsession" est très émouvant car il retrace depuis son enfance ses recherches sur La vie privée de Sherlock Holmes... Cette obsession, ses trouvailles au fil de l'avancée des technologies etc...

Mais suis-je vraiment objective car c'est un auteur que j'aime beaucoup de toutes façons ?

 

Désaccords imparfaits - Editions Gallimard 2012 - 92 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>