Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

bien aime

La commissaire n'aime point les vers de Georges FLIPO

Publié le par Emma

 

 

 9782710331629-1-.jpg

 

Quatrième de couverture : 

 

La commissaire Viviane Lancier n'est pas du genre poète, mais la voici condamnée à se passionner pour Baudelaire : un sonnet torride dont il serait l'auteur se transforme en serial killer, envoyant à la morgue ceux qui s'y intéressent.

Flanquée de son ingénu lieutenant, Viviane Lancier plonge dans une enquête où semblent la narguer les morts, les survivants et même les revenants.

 

Mon ressenti :

 

J' ai choisi ce livre car dès sa sortie , c'est un livre que j'ai vu sur de nombreux blogs avec des avis positifs, je ne pense pas que je l'aurai lu sans ces nombreux avis !

Je n'ai pas été déçue, j'ai beaucoup  aimé, c'est un genre original car au début il y a un côté très humoristique mais l'enquête s'insère très bien petit à petit. Elle est bien menée, avance à un bon rythme, j'ai bien aimé la relation entre la commissaire Viviane Lancier et son lieutenant.

En bref, j'ai passé un très bon moment de détente et de sourire.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

G229 de Jean-Philippe BLONDEL

Publié le par Emma

 

 

 

 9782283024782-2-.gif

 

Quatrième de couverture :

 

"Je vous ai accordé une salle. Une salle, vous savez, ça n'a pas de prix. C'est la 229, bâtiment G. G229. Allez chercher la clé chez la concierge. Bon je crois que cet entretien est terminé. Nous nous croiserons souvent désormais. Bienvenue ici."   
Je remercie le proviseur, mais il ne m'écoute déjà plus. Un proviseur, ça a beaucoup de choses à penser. Un prof, non. Un prof, ça ne pense qu'à une chose, ses classes.

Puis soudain, il est de nouveau là, présent. Il me fixe. Il dit : " Le plus dur, dans le métier, vous savez, c'est de manier le on et le je."

Je réponds que euh, je ne suis pas sûr de comprendre. " C'est une institution, l'école. Vous entrez dans un bulldozer. Il faut arriver à en devenir membre sans perdre son individualité. Ce n'est pas aussi facile qu'on le croit, vous verrez. Le on et le je. Réfléchissez-y. Bonne chance !"

 

Mon ressenti :

C'est le deuxième livre de Jean-Philippe Blondel que je lis, et après Juke-Box me voilà de retour à l'école !

C'est un livre qui se lit très rapidement et facilement. Ce que j'ai aimé c'est que c'est un livre très varié.

En effet, on y croise des événements passés, on a l'impression de réécouter de vieux tubes, on repense à des films que l'on a vu. Ce livre nous rappelle nos années lycée.

Les nombreux thème abordés sont plaisants, ils se suivent de manière cohérente, ce n'est pas une liste de sujets, j'ai passé un bon moment  et il m'a rappelé de nombreux souvenirs.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Vivement l'avenir de Marie-Sabine ROGER

Publié le par Emma

 

 

9782812601446-2-.gif

 

 

 

Quatrième de couverture :

"Dans les maternités, d'après moi, il n'y a que des princesses et des princes charmants, dans les petits berceaux en plastique. Pas un seul nouveau-né qui soit découragé, déçu, triste ou blasé. Pas un seul qui arrive en se disant : Plus tard, je bosserai en usine pour un salire de misère. J'aurai une vie de chiotte et ce sera super. Tra-la-lère."

 

Mon ressenti :

C'est le premier livre que je lis de Marie-Sabine Roger et j'ai bien aimé, je crois que je l'ai vu il y a bien longtemps sur le blog de Sylire.

Cette lecture a été un bol d'air frais, on a des personnages attachants, des êtres "cabossés" de la vie, on devine évidemment comment va évoluer le livre, le fait que les personnages vont se rapprocher mais ça se lit tout seul, l'histoire se déroule naturellement.

Bref, voilà quelque temps que je l'ai lu (à cause de mes problèmes de PC) et il me reste en mémoire une belle histoire, encore une pour laquelle on est presque triste que ça s'arrête déjà !

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Charly 9 de Jean TEULE

Publié le par Emma

 

 

 9782260018247-1-.gif

 

 

 

 

Quatrième de couverture :

 

 Charles IX fut de tous nos rois de France l'un des plus calamiteux. A 22 ans, pour faire plaisir à sa mère, il ordonna le massacre de la Saint- Barthélémy, qui épouvanta l' Europe entière. Abasourdi par l'énormité de son crime, il sombra dans la folie. Courant le lapin et le cerf dans les salles du Louvre, fabriquant de la fausse monnaie pour remplir les caisses désespérément vides du royaume, il accumula les initiatives désastreuses. Transpirant le sang par tous les pores de son pauvre corps décharné, Charles IX mourut à 23 ans, haï de tous.

Pourtant il avait un bon fond.

 

 

Mon ressenti :

 

J'ai choisi ce livre car j'ai lu plusieurs livres de Jean Teulé et celui-ci m'a fait envie.

Plusieurs avis très différents circulent sur les blogs, il ne fait pas l'unanimité.

Pour ma part, je suis complètement nulle en histoire et j'ai passé un agréable moment de lecture, je n'ai pas lu de lui Le Montespan je ne peux donc pas faire une comparaison entre les deux.

Par ce biais drôle, je vais certainement retenir des choses par rapport à ce roi, j'ai aimé l'approche distrayante du personnage.

En bref, j'ai aimé cette approche "ludique", c'était plaisant  à lire  et j'ai appris des choses

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Enquête sur la disparition d'Emilie Brunet d'Antoine BELLO

Publié le par Emma

 

 

  9782070130405-1-.gif

Quatrième de couverture :

 

Le détective Achille Dunot souffre d'une étrange forme d'amnésie. Depuis un récent accident, sa mémoire ne forme plus de nouveaux souvenirs, si bien qu'il se réveille chaque matin en ayant tout oublié des événements de la veille.

Quand le chef de la police lui demande d'enquêter sur la disparition d'Emilie Brunet, une des femmes les plus riches du pays, Achille décide de tenir un journal dans lequel il consignera le soir, avant d'aller se coucher, les enseignements de la journée. Lui qui ne jure que par Agatha Christie devient ainsi à son insu le héros et le lecteur d'un drôle de roman policier...dont il est aussi l'auteur.

Très vite, tout accuse Claude Brunet, le mari de la disparue. Il a plusieurs mobiles et aucun alibi. Il se vante à demi-mot d'avoir commis le crime parfait. Mais surtout, il ose critiquer les méthodes d'Hercule Poirot....

 

 

 

Mon ressenti :

 

J'avais beaucoup aimé de lui les Eclaireurs et les Falsificateurs.

Celui-ci est très original, écrit sous forme de journal afin de se souvenir des infos essentielles, on suit l'enquête en direct, il a devant lui le coupable idéal sans aucune preuves.

Avis aux amateurs d'Agatha CHRISTIE, le livre est peuplé de références à ses nombreux livres, je ne suis pas fan d'Hercule Poirot mais ses références ne m'ont pas dérangées.

La fin m'a moins plu, j'ai été un peu déçue.

 

Page 166 :

"Je ne sais plus qui a dit que dans un roman policier, chaque mot compte : même ceux qui n'ont pas d'importance pourraient en avoir..."

 

 

 

Enquête sur la disparition d'Emilie Brunet d'Antoine BELLO, Gallimard 2010

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Le quai de Ouistreham de Florence AUBENAS

Publié le par Emma

 

 

  9782879296777-1-.gif

Quatrième de couverture :

 

"La crise. On ne parlait que de ça, mais sans savoir réellement qu'en dire, ni comment en prendre la mesure. Tout donnait l'impression d'un monde en train de s'écrouler. Et pourtant, autour de nous, les choses semblaient toujours à leur place. J'ai décidé de partir dans une ville française où je n'ai aucune attache, pour chercher anonymement du travail. J'ai loué une chambre meublée.

Je ne suis revenue chez moi que deux fois, en coup de vent : j'avais trop à faire là-bas. J'ai conservé mon identité, mon nom, mes papiers, et je me suis inscrite au chômage avec un baccalauréat pour seul bagage. Je suis devenue blonde. Je n'ai plus quitté mes lunettes. Je n'ai touché aucune allocation. Il était convenu que je m'arrêterais le jour où ma recherche aboutirait, c'est-à-dire celui où je décrocherais un CDI. Ce livre raconte ma quête, qui a duré presque six mois, de février à juillet 2009.

J'ai gardé ma chambre meublée. J'y suis retournée cet hiver écrire ce livre."

Florenec Aubenas

 

 

 

Mon ressenti :

 

Cela faisait un moment que je voulais le lire car le thème m'intéressait.

La crise dans l'emploi, voici le thème du livre qui se lit très facilement et comme un roman.

On y rencontre la précarité, le genre de travail qu'elle va devoir être amenée à faire avec un baccalauréat et enfin la chute du livre avec le CDI.

Un livre qui m'a plut et qui fait bien prendre conscience de cette "crise".

 

 

 

 

Le quai de Ouistreham, Florence AUBENAS, Editions de l'Olivier 2010.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

L'échappée belle de Anna GAVALDA

Publié le par Emma

 

  9782842631840-2-.gif

Quatrième de couverture :

 

Garance, Simon, Lola et Vincent sont frères et soeurs unis par les souvenirs et par le coeur. Ils se retrouvent tous les quatre à l'occasion d'un mariage qui s'annonce particulièrement ennuyeux. Sur un coup de tête, ils décident de s'éclipser et de prendre le chemin des écoliers pour quelques heures. Le temps de voler de rares instants de bonheurà la vie...

 

 

 

 

Mon ressenti :

 

J'ai choisi ce livre car c'est le seul de Anna Gavalda que je n'avais pas encore lu.

C'est une histoire simple, sans chichi. La première partie m'a fait sourire lorsqu'ils sont dans la voiture et qu'elle parle de sa belle soeur. La partie qui suit m'a en quelque sorte fait envie  car ayant des frères et soeurs j'ai trouvé cette idée de s'évader quelques heures afin de se retrouver "en tribu" très tentante et intéressante.

Une super histoire de famille !

 

 

 

 

 

L'échappée belle de Anna GAVALDA, Dilettante 1999

 

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Autobiographie d'une courgette de Gilles Paris

Publié le par Emma

 

 

  9782259194440-1-.gif

 

Quatrième de couverture :

 

"Depuis tout petit, je veux tuer le ciel à cause de maman qui me dit souvent :

- Le ciel, ma Courgette, c'est grand pour nous rappeler qu'on est pas grand-chose dessous.

-La vie, ça ressemble en pire à tout ce gris du ciel avec ses saloperies de nuages qui pissent que du malheur.

-Tous les hommes ont la tête dans les nuages. Qu'ils y restent donc, comme ton abruti de père qui est parti faire le tour du monde avec une poule.

Des fois, maman dit n'importe quoi..."

 

Ainsi commence l'histoire de Courgette, un petit garçon de neuf ans, qui à défaut de tuer le ciel, tue accidentellement sa mère. Placé dans une maison d'accueil, il découvre l'amitié et les prémices des amours enfantines.

Entre fous rires et larmes, naïveté et émotion, l'apprentissage d'une vie...

 

 

Mon ressenti :

 

Je l'ai choisi au hasard de ma balade à la médiathèque.

C'est une histoire agréable à lire, c'est comme si Courgette l'avait écrit donc il faut s'habituer à une syntaxe particulière et des expressions qui prêtes à rire.

L'histoire est "mignonne" sans grandes surprises, un bon moment de détente sans prises de tête !!!

 

 

 

Autobiographie d'une Courgette de Gilles PARIS, Plon 2002 

 

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Je pars à l'entracte de Nicolas d'ESTIENNES D'ORVES

Publié le par Emma

 

  9782841115402-2-.gif

 

Quatrième de couverture :

 

"C'est tellement simple, les romans. Un début, un milieu, une fin. Et hop, on passe à autre chose. Mais là, il n'y a pas de suite. La fin est totale. Cette chambre est celle d'un crime que je n'ai pas eu le droit de comettre dans mes propres livres."

 

 

 

Mon ressenti :

 

J'aime le principe de cette collection Les Affranchis qui demande aux auteurs d'écrire la lettre qu'il n'ont jamais écrite.

Il écrit donc une lettre à son ami Nicolas qu'il a cotoyé pendant plusieurs années ; il raconte dans cette lettre les liens qu'ils ont tissés et comment a évolué cette amitié.

Le ton est juste, il entre dans le détail et ne fait pas dans la dentelle, c'est un peu un réglement de comptes !

Je trouve cette collection très belle avec une idée intéressante !

 

 

 

 

Je pars à l'entracte de Nicolas d'ESTIENNE D'ORVES, Nil Editions 2011

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Madame Angeloso de François VALLEJO

Publié le par Emma

9782878581461-1-.gif

 

 

 

 

Quatrième de couverture :

 

Un destin extravagant ! L'imposante Constance Angeloso, 65 ans, meurt dans sa vieille R5, écrasée par le train qui emmenait le Dalaï-Lama à Varsovie. Obèse, emmurée dans un corset métallique, l'ancienne tenancière d'un hôtel de Dunkerque avait tout quittée depuis quinze ans pour fuir le retour possible de son mari prisonnier. Trois narrateurs évoquent l'histoire - haute en couleur - de cette femme aimée et détestée : Angelino, son fils, qui trace de sa mère un portrait au vitriol, Danuta, sa nièce, pleine de gratitude envers celle qui l'a recueillie, enfin M. Coquemar, ancien client et amoureux transi...

 

 

Mon ressenti :

 

Encore un livre acheté recemment lors d'une foire aux livres.

C'est un livre très agréable à lire, on s'attache à ce personnage extravagant, un peu original. On la découvre sous différents angles suivant le personnage qui parle ; à eux trois on retrace la vie originale de Madame Angeloso pour laquelle j'ai ressenti un attachement.

J'ai souvent été tentée par des livres de François Vallejo, et pourtant c'est le premier que je lis mais pas le dernier, j'ai été conquise par son écriture.

 

 

 

Madame Angeloso de François VALLEJO,Editions Viviane Hamy,2001

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

<< < 10 11 12 > >>