Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

bien aime

Toute la lumière que nous ne pouvons voir d'Anthony DOERR

Publié le par Emma

Toute la lumière que nous ne pouvons voir d'Anthony DOERR

Quatrième de couverture :

Véritable phénomène d'édition aux Etats-Unis, salué par l'ensemble de la presse comme le meilleur roman de l'année, le livre d'Anthony Doerr possède la puissance et le souffle des chefs-d'oeuvre. Magnifiquement écrit, captivant de bout en bout, il nous entraîne, du Paris de l'Occupation à l'effervescence de la Libération, dans le sillage de deux héros dont la guerre va bouleverser l'existence : Marie-Laure, une jeune aveugle, réfugiée avec son père à Saint-Malo, et Werner, un orphelin, véritable génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la Wehrmacht pour briser la Résistance.

Mon ressenti :

Marie-Laure est française, aveugle, elle vit avec son père qui travaille dans un musée. En parallèle, il y a Werner, un orphelin allemand qui se passionne pour la mécanique et qui va être repéré par la Wehrmacht pour ses connaissances dans ce domaine.
Tout au long du livre, nous allons alterner entre l'histoire de ces deux personnages, ça se lit bien grâce à ce procédé qui donne du rythme. 
Comment ces deux personnages vont-ils se rencontrer ?
Plusieurs genres dans ce livre : tour à tour roman d'apprentissage, de guerre, d'aventures, historique. Ce sont peut-être cette multitude des genres qui ont fait avoir à ce livre un tel succès, tout le monde y trouve son compte.
J'ai passé un bon moment, je l'ai lu en cinq jours sans me forcer, c'est bien qu'il a de nombreux atouts, mais je n'ai pas l'impression d'avoir lu une histoire marquante, le genre de livre qui vous mette une claque. D'ailleurs ma lecture date de juillet et mes souvenirs ne sont déjà plus si présents, c'est comme si j'avais regardé en film une bonne production américaine qui distrait les soirs de fatigue mais que tu as oublié la semaine suivante. J'ai par contre beaucoup apprécié le lieu de l'histoire, Saint-Malo.
Un bon livre d'été, dommage, je n'étais pas sur la plage ;)

Toute la lumière que nous ne pouvons voir - Anthony DOERR - Albin Michel 2015 - 610 pages.

Ce livre rentre dans le challenge du pavé de l'été chez Brize.

Toute la lumière que nous ne pouvons voir d'Anthony DOERR

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Ils ont voulu nous civiliser de Marin LEDUN

Publié le par Emma

Ils ont voulu nous civiliser de Marin LEDUN

Quatrième de couverture :

Thomas Ferrer n'est pas un truand -pas vraiment. Ses petits trafics lui permettent simplement de sortir la tête de l'eau. lorsqu'une transaction avec Baxter, un vrai criminel, tourne mal, Ferrer le laisse pour mort avant de prendre la fuite. Baxter se lance alors à sa poursuite avec deux de ses associés avides de vengeance. Tandis qu'une puissante tempête s'abat sur le sud-ouest, Ferrer doit sauver sa peau à tout prix. Mais la traque sera sans pitié.

 

Mon ressenti  :

Thomas vit  dans les Landes de petites magouilles, rien de très grave mais il côtoie d'autres trafiquants plus importants comme Baxter. Un jour, alors qu'il va se faire payer, il essaie d'en avoir plus mais ça tourne mal, il y a bagarre et il s'enfuie avec une grande quantité d'argent. 
Commence alors une course poursuite entre Thomas et les autres, alors qu'une tempête fait rage, les éléments se déchaînent. Comment va se passer cette nuit ?
Voilà une lecture très noire, une course poursuite, un jeu de cache-cache en pleine nuit alors qu'une tempête bat son plein, Thomas va trouver refuge au hasard dans une maison isolée et va tomber sur un homme bizarre. Je n'ai jamais connu de tempête dans les Landes mais j'en ai connues plusieurs en Bretagne, et là nous y sommes, on imagine très bien, voire on sert les dents, la nature est en colère tout comme les personnages, ces derniers avec leurs problèmes, ces êtres cabossés par la vie, à l'image d'Alezan.
J'ai bien aimé cette histoire dans laquelle on a très peu de temps pour reprendre haleine, ce n'est pas mon préféré de l'auteur mais ce que j'aime bien c'est qu'il se renouvelle tout le temps.

 

Ils ont voulu nous civiliser - Marin LEDUN - Flammarion 2017 - 255 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Le cartographe des Indes boréales d'Olivier TRUC

Publié le par Emma

Le cartographe des Indes boréales d'Olivier TRUC

Quatrième de couverture :

Stockholm, 1628. Alors que le magnifique Vasa s'enfonce dans les eaux sombres du Mälaren, Izko est témoin d'une scène étrange : un homme est tué, une femme en fuite met au monde un enfant. Elle fait un geste. Malédiction ou prémonition ?
Comme tous les jeunes Basques, Izko rêvait de chasse à la baleine dans les eaux glacées des confins du monde sur les pas de son père, un harponneur de légende. Mais une force mystérieuse a changé le cours de son destin, le vouant au service de Dieu et du roi : il sera espion de Richelieu.
Après avoir étudié la cartographie à Lisbonne et Stockholm, Izko part explorer les Indes boréales, où les Suédois espèrent trouver des mines d'argent pour financer leurs guerres tandis que des prêtres fanatiques convertissent les Lapons par la force. Tenu par un terrible chantage, Izko devra frôler mille morts, endurer cent cachots pour conjurer le sort et trouver sa liberté, aux côtés des Lapons fiers et rebelles et d'une femme qui l'a toujours aimé.

Mon ressenti :

 Nous sommes au 17ème siècle, Izko est un jeune basque, son père est baleinier, et il compte bien avoir son fils à bord un jour. Izko va pourtant prendre un autre chemin, après avoir assisté au naufrage du Vasa, ses qualités d'écoute, d'observation et de discrétion vont le mener au Portugal pour apprendre la cartographie. Cela va le suivre toute sa vie, il va ainsi beaucoup voyager, avoir des rôles différents suivant les pays.
A la fois roman d'aventures, historique, d'espionnage, c'est varié, un mélange des genres dans de nombreux pays avec des missions différentes, c'est riche, foisonnant, varié. J'ai trouvé quelquefois la lecture exigente, il faut suivre cet homme qui parcourt des kilomètres sans aucun répit. Les guerres de religion sévissent à cette époque, c'est passionnant même si je décrochais quelquefois, mais c'est tout à fait personnel car ce n'est pas une période que j'aime et qui m'attire.
Avis aux amateurs d'aventures, vous n'allez pas être déçus.



Le cartographe des Indes boréales - Olivier TRUC - Editions Métailié 2019 - 627 pages.

 

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Journal d'Irlande d'Hervé JAOUEN

Publié le par Emma

Journal d'Irlande d'Hervé JAOUEN

Quatrième de couverture :

Réunis, Journal d'Irlande, Chroniques irlandaises et La cocaïne des tourbières forment une trilogie unique en son genre. On y trouve le meilleur de multiples séjours d'Hervé Jaouen en Irlande au cours de ces vingt-cinq dernières années. Il nous emmène au milieu des paysages, dans les pubs, au bord des rivières, dans les farmhouses, sur les lacs, à la rencontre d'une Irlande rêvée par ceux qui n'y sont jamais allés et retrouvée par ceux qui ne pensent qu'à y retourner.

 

Mon ressenti :

Ce livre est le premier d'une trilogie que j'ai achetée car j'ai lu plusieurs titres policiers de cet auteur dont j'aime beaucoup l'écriture, il a toujours des descriptions de personnages dans ses romans très imagées. Je voulais donc lire autre chose.
Nous voilà vraiment dans un journal qui pourrait être de bord, ses notes certainement prises tout au long de ses nombreux voyages. Une première partie concerne la période 1977- 83 et une seconde de 1984-89. Nous le retrouvons sur le bateau, dans les villages, les pubs avec toutes les rencontres qu'il va faire, des anecdotes. J'ai beaucoup aimé la première partie qui sont des scènes de vie et des paysages, un peu moins la seconde partie dans laquelle il  parle pendant un bon moment de pêche, j'avoue que j'ai eu un petit moment de flottement. 
Une lecture très intéressante qui m'a plongée en Irlande, et qui représente certainement une époque, pas sûre que le livre serait le même maintenant, dépaysant. Il me reste à découvrir la suite.

 

Journal d'Irlande - Hervé JAOUEN - Editions Ouest-France 90 - 316 pages.

 

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Le femme au carnet rouge d'Antoine LAURAIN

Publié le par Emma

Le femme au carnet rouge d'Antoine LAURAIN

Quatrième de couverture :

Un matin à Paris, alors qu'il ouvre sa librairie, Laurent Letellier découvre dans la rue un sac à main abandonné.

Curieux, il en fait l'inventaire et découvre, faute de papiers d'identité, une foule d'objets personnels : photos, parfum… et un carnet rouge rempli de notes. Désireux de retrouver la propriétaire du sac, Laurent s'improvise détective. A mesure qu'il déchiffre les pages du carnet contenant les pensées intimes de l'inconnue, le jeu de piste se mue progressivement en une quête amoureuse qui va chambouler leurs vies.

 

Mon ressenti :

Laure se fait agresser un soir en rentrant chez elle, on lui vole son sac à main. Elle réussi à convaincre le propriétaire de l'hôtel d'en face de lui fournir une chambre pour la nuit car elle ne peut pas rentrer chez elle. Le lendemain, Laurent retrouve le sac, le prend, commence par aller au commissariat, le temps d'attente étant trop long, il se promet de revenir un autre jour. Mais il va ouvrir ce sac et y découvrir tout un tas de choses, il va mener son enquête seul afin de retrouver cette femme.
J'avais aimé Le chapeau de Mitterrand, notamment pour le retour dans les années 80 comme un clin d'œil avec beaucoup de souvenirs de mon adolescence. Ici, nous sommes un peu dans le même genre, une quête de ce libraire, il mène son enquête et tente de trouver des indices pour retrouver cette femme. Petit à petit, il va remonter le fil et quelquefois de manière assez peu conventionnelle. Une lecture agréable, une belle idée, c'est tour à tour conventionnel, convenu, romantique, un peu improbable, mignon… bref une histoire originale, feel-good, un bon bouquin pour la détente, rempli de charme.

 

La femme au carnet rouge - Antoine LAURAIN - Flammarion 2014 - 223 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

La baïne d'Eric HOLDER

Publié le par Emma

La baïne d'Eric HOLDER

Quatrième de couverture :

On nomme "baïne", dans le Sud-Ouest de la France, une lagune entre le rivage et un banc de sable, formée par la houle de l'Atlantique. Des failles dans le banc génèrent un courant violent, appelé "sortie de baïne", qui attire au large le nageur imprudent.
Sandrine Laguibson, la trentaine a réalisé son rêve d'estivante : habiter toute l'année à Soulac, une station balnéaire de la pointe de Grave. Ses deux enfants sont nés dans la région, ainsi que son époux, leurs amis.
Survient "l'Etranger", Arnaud, la Parisien, en repérage pour les besoins d'un film.
Sa fréquentation ouvre à Sandrine un nouvel horizon. Et cause une brèche, par où la rumeur s'engouffre.

Mon ressenti :

Sandrine habite Soulac, elle a un mari, des enfants, une maison, elle rêvait d'habiter cet endroit. Elle a tout pour être heureuse, mais beaucoup de choses vont basculer lorsqu'elle rencontre Arnaud, un parisien, venu là pour les besoins d'un film.
Une histoire qui pourrait être commune, mais le déroulement et surtout ces descriptions de Soulac, cette presqu'île qui paraît magnifique, sauvage et préservée mais a aussi ce côté rugueux du bord de mer, les dangers de l'océan ne sont jamais loin. Sur ce petit coin de terre, tout le monde se connaît, et Sandrine va devoir se cacher, avoir des idées pour continuer à voir cet homme.
Une histoire qui se lit plutôt vite, assez peu de pages, mais un concentré d'émotions, de ressenti, une nature et une région aux premiers plans, j'ai beaucoup aimé cette ambiance de bord de mer.
Ce n'est pas le premier livre que je lis de cet auteur, j'aime toujours ces histoires de gens, d'amour, j'avais adoré Mademoiselle Chambon (en film aussi d'ailleurs), dans celui-ci j'ai beaucoup aimé la région et ce qu'il en écrit. Un auteur que j'aime beaucoup, dont on ne parle quasiment pas et qui est parti en janvier dernier à 58 ans en toute discrétion.


La baïne - Eric HOLDER - Le Seuil 2007 - 188 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Vivre vite de Philippe BESSON

Publié le par Emma

Vivre vite de Philippe BESSON

Quatrième de couverture :

Aussi célèbre soit-il, James Dean, symbole de la jeunesse éternelle, demeure insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, dresse, à travers la voix de ses proches, le portrait intime d'un garçon de l'Indiana, inconsolable et myope, turbulent mais d'une beauté irrésistible, qui s'est donné à tous, sans jamais appartenir à personne : un acteur incandescent devenu, en trois films et un accident de voiture, une icône intemporelle.

Mon ressenti :

La vie de James Dean racontée par les autres : maîtresses, producteurs, amants, proches etc...
De courts chapitres nous dressent le portrait de ce  jeune homme, des débuts jusqu'à l'accident. Un livre qui se lit vite, on ne reste pas s'attarder, cela donne une certaine dynamique et évite l'ennui.
Même si ce n'est pas tout à fait une biographie, on s'en rapproche, je ne connais pas assez l'histoire de James Dean pour démêler le vrai du faux. On y croise aussi d'autres acteurs  de l'époque ; Marlon Brando, Paul Newman, Natalie Wood.
Derrière ce personnage que tout le monde connaît, j'ai appris pas mal de choses, je ne me suis jamais intéressée au sujet, je croyais d'ailleurs qu'il était né et donc mort après, plutôt fin des années 60.
J'ai passé un très bon moment, un livre qui se lit vite, bien, un vrai hommage rendu à cet acteur que j'ai trouvé au final assez antipathique et ingérable. 

 

Vivre vite - Philippe BESSON - Julliard 2014 - 238 pages

 

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Luz de Marin LEDUN

Publié le par Emma

Luz de Marin LEDUN

Quatrième de couverture :

Premier dimanche des vacances d'été. Luz claque la porte de chez elle, furieuse après ces adultes qui restent à table jusqu'au milieu de l'après-midi, qui rient et qui boivent trop. Légèrement grisée par le soleil brûlant, l'adolescente gagne les rives de la Volte où se prélassent des groupes de baigneurs. Elle rencontre bientôt Thomas, un élève de troisième qu'elle connaît peu mais qui lui plaît, accompagné d'une amie. Tous trois décident de se rendre jusqu'à un point d'eau difficile d'accès, mais beaucoup moins fréquenté…

Mon ressenti :

Plein été, des amis dehors qui font un bon repas et boivent, et Luz, une adolescente qui veut sortir, aller se baigner et surtout essayer son nouveau maillot de bain. Elle va rencontrer des amis sur les bords de la Volte, puis des connaissances qui vont vouloir être plus tranquilles et vont donc aller plus loin.

Nous allons donc suivre cette adolescente tout au long du livre, cette chaleur suffocante, les amis de ses parents qui boivent, un ami de son père qui la découvre d'un autre œil, le périple sur les bords de la Volte, les amis, l'alcool, le drame… La tension monte vraiment crescendo dans cette histoire, ça se lit bien et vite. Il y a de nombreux thèmes qui sont abordés avec des messages importants pour un ou une adolescente : entre les envies d'une adolescente et les risques, l'alcool, la nature et ses dangers surtout la nuit, comment dire non etc...

Je n'ai pas l'habitude de lire des romans pour adolescents, cependant je l'ai trouvé intéressant, ça se lit en deux heures, je ne sais pas comment Marin Ledun réussit à se mettre dans la peau de cette adolescente, ce qu'elle ressent, ses préoccupations. Le suspense monte petit à petit, c'est réussi et abordant pas mal de thèmes.

Luz - Marin LEDUN - Syros 2012 - 117 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Le rideau déchiré de Jodi PICOULT

Publié le par Emma

Le rideau déchiré de Jodi PICOULT

Quatrième de couverture :

Elevée par Andrew, son père, Delia Hopkins a connu une enfance heureuse dans le New Hampshire. C'est alors que, sur le point de se marier, elle découvre que son père est recherché depuis vingt-huit ans pour l'enlèvement d'une certaine petite Bethany... qui n'est autre qu'elle-même. Sous le choc, la jeune femme cherche la vérité, au risque de bouleverser sa vie et celle de ses proches.

Mon ressenti :

Delia est heureuse, elle a été élevée par son père, elle a un métier qu'elle aime et va bientôt se marier. Mais son père, Andrew, est arrêté par la police pour enlèvement d'enfant, cette enfant n'est autre que sa fille, il l'a enlevée alors qu'elle avait 4 ans, ils ont tout quitté et tout reconstruit ailleurs.
Ils vont devoir retourner sur le lieu ou tout a commencé pour le procès.

Voici un roman choral, un genre que j'affectionne particulièrement. Chacun va dérouler petit à petit un pan de l'histoire, on entre en profondeur dans la psychologie des personnages. Chaque partie est développée et documentée, mémoire, mensonge, enlèvement, secret, procès, milieu carcéral, indiens Hopis… Beaucoup de sujets vont être balayés et même développés. 

J'ai lu il y a plusieurs années un livre d'elle et je voulais en relire un, c'est chose faite et c'est un livre agréable, il se lit bien, un sujet original, une histoire intéressante, surprenante, agréable, une histoire qui nous mène quelquefois dans des univers que nous n'aurions pas imaginé afin d'étoffer le récit avec toujours un soucis de détails et d'explications. 

 

Le rideau déchiré - Jodi PICOULT - 2005- 444 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Le livre de Baltimore de Joël DICKER

Publié le par Emma

Le livre de Baltimore de Joël DICKER

Quatrième de couverture :

Jusqu'au jour du Drame, il y avais deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair.
Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l'auteur de La vérité sur l'affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New-Jersey.
Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d'une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcue vouait une admiration sans borne.
Huit ans après le Drame, c'est l'histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu'en février 2012 il quitte l'hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s'atteler à son prochain roman.
Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu'il éprouva jadis pour cette famille de l'Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s'effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu'au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu'est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?

 

Mon ressenti

Marcus est fils unique, il vit avec ses parents dans une maison moyenne et aimerait passer tout son temps chez son oncle. En effet, les vacances et certains week-end, ils se retrouvent ses cousins et lui chez cet oncle qui a une très belle maison, il habite un quartier surveillé. Bref, Marcus a l'impression d'être une autre personne lorsqu'il est là-bas. Cette famille est tellement parfaite, il les envie. Mais les choses vont changer, après un drame, il va découvrir quelques éléments qui lui feront penser qu'il ne l'imaginait pas tout à fait de cette manière.
On alterne entre le présent, des retours en arrière, les années adultes et les années enfants. 

Je fais partie de celles qui avaient adoré La vérité sur l'affaire Harry Québert, dans celui-ci l'histoire est également très prenante, tous les éléments sont là pour être accroché : amour, suspense, mystère, riches et  pauvres, mensonges etc... J'ai bien aimé et je l'ai lu assez vite, j'ai pourtant eu l'impression qu'il y avait tous les ingrédients mais un peu trop, il met tout ce qu'il sait faire, les ficelles me sont apparues alors que je ne les ai pas ressenties dans le précédent. 
J'ai tout de même passé un bon moment de lecture, c'est complet, distrayant et bien mené.

 

Le livre de Baltimore - Joël DICKER - Editions De Fallois 2015 - 476 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>