Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

bien aime

Le crime parfait de Peter JAMES

Publié le par Emma

 

 

 

 

crime-parfait.gif

 

Quatrième de couverture :

Vingt ans de mariage, ça se fête.

Chacun de leur côté, Victor et Joan se préparent une petite surprise. Dans leur minable pavillon de Brighton, où s'amoncellent désillusions et rancunes, le  couple s'affaire. Cyanure pour l'un, l'hyperglycémie fatale pour l'autre. Deux crimes parfaits. Le tout étant de  garder son sang-froid. Une gageure pour ceux qui s'aiment, comme eux, d'un aussi grand amour...

 

Mon ressenti :

Après L'encre et le sang, je continue la découverte de cette série Pocket découverte il y a peu.

Victor et Joan vont fêter leur 20 ans de mariage, et tous les deux ont la même idée en tête: en cadeau d'anniversaire de mariage le crime de l'autre. J'ai aimé le style du début du roman, c'est drôle, l'esprit du film La guerre des roses plane dans ces pages.

Ils vont donc monter chacuns de leur côtés le meilleur plan pour organiser le  crime parfait.

Ce livre se  lit quasiment d'une traite car il est très court (116 pages), il est agréable, l'histoire est sympa. Il me reste dans ma PAL un livre à lire dans cette collection, elle m'a permis pour la première fois de lire un livre de Peter JAMES.

 

 

Le crime parfait de Peter JAMES - Pocket  2013 -116 pages -

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Le cahier de Turin de Lionel DUROY

Publié le par Emma

 

le-cahier-de-turin-.jpg

 

 

Quatrième de couverture :

En relatant sa  rencontre avec Hélène à un ami, Marcc s'interroge : comment sa femme a-t-elle pu tomber amoureuse de lui dix ans plus tôt ? Soudain, un souvenir le traverse. C'était en Italie, lors d'un voyage en amoureux. Chaque jour, Hélène noircissait de sa fine écriture les pages d'un cahier d'écolier. S'il pouvait lire ce cahier, Marc saurait tout d'elle. Tout à son obsesssion, il n'a de cesse de retrouver le cahier de Turin. Mais est-il opportun de remuer le passé ?

 

Mon ressenti :

Après ma lecture du roman La chagrin, je continue à explorer l'univers de Lionel Duroy.

Dans celui-ci, il se rémémore sa rencontre avec Hélène,comment et où l'a t-il rencontrée, les années passées ensemble, la vie de famille qu'ils ont etc...

C'est un roman sur sa femme, ce qu'il aime chez elle, plutôt simple mais qui se lit tout seul. J'aime beaucoup sa manière d'écrire, ça coule, mis à part un chapitre dans lequel je me suis un peu ennuyée, le reste est très agréable.

Il réussit, je trouve un véritable coup de force pour nous intéresser pendant 247 pages sur un tel sujet.

Il me reste à lire sur ma PAL Priez pour nous.


 

Le cahier de Turin de Lionl DUROY - 2003 - 247 pages

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Crains le pire de Linwood BARCLAY

Publié le par Emma

 

crains-le-pire-.jpg

 

 

 

 

Quatrième de couverture :

Votre fille de 17 ans part de bon matin pour son petit boulot d'été.

Elle vous promet d'être de retour pour le dîner.

Mais elle ne rentrera pas.

Ni ce soir-là, ni les suivants.

Votre pire cauchemar a commencé...

 

Pour Tim Blake, le père de Sydney, une seule mission : la retrouver à tout prix. Un coup de fil mystérieux, des individus menaçants, des meurtres... et la vie sans histoire de Tim bascule dans un engrenage incompréhensible et totalement terrifiant. Pourtant galvanisé par son amour paternel, il ira jusqu'au bout, au risque de tout perdre...

 

Mon ressenti :

Le roman débute vraiment par la quatrième de couverture, on est plongé tout de suite dans l'histoire.

Qu'est-il arrivé à Sydney pour qu'elle ne rentre  pas ? Tim va commencer des recherches afin de le retrouver et de comprendre. Séparé de la mère, elle disparaît lorsqu'elle était chez son père.

Il va croiser bon nombres de personnes et de situations avant de pouvoir reconstruire le puzzle.

La lecture a été agréable, mais ce n'est pas un coup de coeur, ça se lit plutôt bien et l'auteur ne manque pas d'imagination car il s'en produit des choses dans ce livre.

J'ai bien aimé mais ce n'est pas impérissable, écriture fluide sans être exceptionnelle, situations à la limite du rocambolesque quelquefois, un roman de divertissement.

 

 

Crains le pire de Linwood BARCLAY - Editions France-Loisirs  2011 - 541 pages

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Paris la nuit de Jérémie GUEZ

Publié le par Emma

 

Paris--la-Nuit.gif

 

 

 

Quatrième de couverture :

Abraham est un fils de la rue. Avec Goran,son ami d'enfance, il partage défonces,  embrouilles et petites combines. Dealer à l'occasion pour assouvir ses propres besoins, il erre dans les rues de la Goutte d'Or à Paris, conscient que sa vie s'enfuit dans une direction toujours plus sombre, sans issue. A l'occasion d'unede leurs nombreuses virées dans un bar de la capitale, ils découvrnt uune salle de jeux clandestine qu''ils décident de braquer. Mais les truands ne vont pas  les laisser s'en sortir indemnes. Vint alors le temps de la fuite, de la planque, de la traque...

 

Mon ressenti :

Jeune auteur rencontré lors du Salon du polar à Toulouse ce mois-ci, si vous voulez en savoir plus j'ai trouvé un interview  qui date de décembre dernier sur le  blog du polar de Velda en suivant ce lien : link

 

Découverte donc d'un livre court, d'une écriture percutante, nerveuse, sans fioritures mais avec de belles formulations.

Le héros, Abraham habite Paris, mais pas le Paris des touristes, pas les quartiers chics, l'autre versant de la ville  :

p.29 : " M'attardant en bas des immeubles, je regarde les gamins jouer au foot dans la rue, les mères qui crient par les fenêtres, les  galériens de tous âges qui squattent le bitume. Je suis né  ici, toute ma vie se limite à cet endroit. Longtemps, j'ai cru que l'existence c'était ça, ce bordel incessant. Ce n'est qu'en vieillissant que je me suis rendu compte que le bruit n'est inhérent qu'à la pauvreté. Cette fureur qui s'autoalimente est créée par le manque d'éducation, la violence et l'absence totale d'intimité. Là d'où je viens, on vit tous dans une même pièce, dans des appartements séparés par des cloisons épaisses comme du papier à cigarette. Dans ma rue, le repos est interdit, et on grandit tous de la même façon."

 

C'est une petite frappe, il se gère seul, avec ses copains c'est biture et drogue, jusqu'au jour où ils  vont braquer une salle de jeux et s'enfoncer encore plus dans toutes ces dérives.

 

 

Paris, la nuit de Jérémie GUEZ - J'ai Lu 2011

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

L'encre et le sang de Franck THILLIEZ et Laurent SCALESE

Publié le par Emma

 

 

 

L-encre-et-le-sang.jpg

 

 

Quatrième de couverture :

Au fond d'un vieux garage hongkongais, elle est là. Elle l'attend.

La machine.

Il suffit de taper. Et tout s'écrira, dans la réalité.

Très vite, l'écrivain William Sagnier comprend qu'il tient là l'instrument de sa vengeance. La femme qui l'a trompé. L'homme qui lui a volé son livre. Tout ceux qui l'ont humilié, utilisé, détruit, seront punis à leur tour.

La vie, la mort, la toute puissance au bout des doigts, là où se mélangent l'encre et le sang...

 

Mon ressenti :

En faisant mes  courses j'ai craqué sur 3 livres de cette collection que je ne connaissais pas.

J'ai lu de Franck THILLIEZ, La chambre des morts  et Laurent SCALESE m'était inconnu de nom, il a pourtant quelques polars à son actif.


Un petit suspense de 119 pages, 10 chapitres, autant écrire que ce petit livre se lit très vite, d'autant plus que le suspense est là.

William Sagnier, écrivain, tombe sur une vieille machine à écrire, il croit qu'elle va arranger tous ses problèmes, il va enfin  pouvoir rétablir sa vérité et se venger...

Un bon début qui apparaît peut-être facile mais c'est sans  compter l'imagiation débordante des deux auteurs, le contenu est dense, nous avons là une vraie histoire, du suspense et des rebondissements.

J'ai passé un très bon moment même si je suis plus adepte des pavés dans lesquels on s'imprègne pendant  des pages des personnages.


 

L'encre et le sang de Franck THILLIEZ et Laurent SCALESE - Pocket - 118 pages


 



Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Les mots des riches, les mots des pauvres de Jean Louis FOURNIER

Publié le par Emma

  9782253099499-T.jpg

 

Quatrième de couverture :

L'été, le jardin de Monsieur Riche sent la rose, celui de Monsieur Pauvre sent la merguez et la sardine.

A l'église, les riches sont devant, les pauvres derrière. A la guerre, c'est le contraire.

Quand Madame Riche a des flatulences, Madame Pauvre pète.

Quand Monsieur Riche chasse le lion, Monsieur Pauvre chasse les mouches.

Madame Pauvre s'interroge : pourquoi dit-on toujours pauvre con, jamais riche con ?

 

Mon ressenti :

Une petite matinée à la librairie et je craque pour ce livre, en plus de quelques autres ;-)

J'aime l'écriture de Jean-Louis Fournier, j'ai aimé Il n'a jamais tué personne mon papa, Où on va papa ?, et Veuf.


Ce petit livre m'a bien fait rire, j'aime beaucoup l'idée d'écrire un tel ouvrage, déjà avoir l'idée et ensuite trouver autant d'exemples, même si il y en a que j'ai moins aimé ou peut-être tiré plus par les cheveux.

C'est assez riche, les deux variantes (riches/pauvres) sur des thèmes divers : santé, vacances, quotidien, travail etc... , un vocabulaire bien maitrisé et bien trouvé. Quelques exemples où l'on se dit  : c'est vrai...

J'ai passé un moment plaisant, je l'ai pris au second degré et avec beaucoup de légèreté,  je l'ai lu sur plusieurs semaines en ne lisant que quelques histoires de temps en temps, c'est l'avantage de pouvoir lire ceci en même temps qu'un roman entamé.

 

A l'heure où son nouveau roman sort et qu'il y a eu un droit de réponse demandé par sa fille et rajouté au livre, je me demande comment a été perçu celui-là par les lecteurs... Il y avait déjà eu un tollé suite à son livre Où on va papa ? Si  vous avez des avis ....

 

 

Les mots des riches, les mots des pauvres - Jean-louis FOURNIER - 2004



 

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Cathy's book de Stewart / Weisman / Brigg

Publié le par Emma

  cathys-book-key-et-ring-de-stewart-weisman-et-brig-314029.jpg

 

Quatrième de couverture :

Si tu n'es pas Emma, repose immédiatement ce carnet !

Emma, je sais que cette histoire paraît dingue. Maman et toi, vous devez vous demander où je suis passée et quand je reviendrai. Voilà pourquoi je laisse ce carnet - au cas où il m'arriverait quelque chose et qu'on ne me revoie plus jamais.

Regarde bien tout ce qu'il y a dedans. Appelle les numéros de téléphone. Va sur ls sites internet.

Mais surtout pas un mot à personne, sauf si tu as envie de finir impliquée jusqu'au cou, comme moi.

Ne t'en fais pas, je m'en sortirai (enfin, j'espère). Après tout c'est peut être le début d'une nouvelle vie pour moi.

Ce qui est sûr, c'est que plus rien ne sera comme avant.

Appelle-moi,

Bisous, Cathy.

 

Mon ressenti :

Dès sa sortie, ce livre a été présent sur de nombreux blogs, je n'avais jamais eu l'occasion de le lire, je l'ai trouvé dans la bibliothèque de ma nièce.

Emma, une adolescente mène l'enquête, elle raconte son histoire dans un carnet. Il est accompagné de dates , heures, de nombreuses illustrations. C'est agréable à lire, un petit côté  fun et c'est très original avec les nombreux indices accompagnant le livre.

C'est tout de même un livre pour les ados, mais je crois qu'étant adolescente j'aurai adoré tomber sur un tel livre.

Moment ludique pour une reprise en douceur de la lecture, qui convient relativement bien à une lecture d'été.

 

 

Cathy's Book - Stewart / Weisman /Brigg - Bayard Jeunesse 2008

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

L'héritage impossible d'Anne B. RAGDE

Publié le par Emma

 

 9782264055439-1-.gif

Quatrième de couverture

 

Suite au terrible secret révélé au clan des Neshov, la fratrie se disloque dans de pesants non-dits. Jusqu'au jour, funeste, où ils doivent faire face ensemble. Dans une chaleur suffocante, Torunn, héritière malgré elle de la ferme familiale et des guerres silencieuses du passé, denouera leurs destins traçant une vie nouvelle.

 

Mon ressenti

Voilà le dernier tome de la trilogie, j'ai retrouvé avec plaisir les Neshov, comme je ne veux pas dévoiler ce qui s'est passé dans le premier et deuxième tomes je ne pourrais pas en dire grand chose si ce n'est que j'ai un peu moins apprécié celui-ci. Cela ne dépend pas du fait, je pense, que je ne les ai pas lus à la suite car il y a eu le même écart de lecture entre le premier et le deuxième et je n'avais pas ressenti cela.

J'ai tout de même apprécié car sur ce tome l'histoire se termine, donc nous apprenons ce qu'il advient de tous les personnages mais je l'ai trouvé moins passionnant et peut être je ne pensais pas cette évolution là pour certains des personnages. Je l'ai lu beaucoup moins vite que les deux premiers peut être ce dernier tome était de trop.

Encore une série de terminée et un livre de moins sur ma PAL.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Veuf de Jean-Louis FOURNIER

Publié le par Emma

 

 9782234070899-1--copie-1.jpg

Quatrième de couverture

 

"Je suis veuf, Sylvie est morte le 12 novembre.

C'est bien triste.

Cette année, on n'ira pas faire les soldes ensemble."

 

 

Mon ressenti

J'avais déjà beaucoup aimé Où on va , papa ? et j'ai beaucoup aimé Veuf.

Voilà encore un sujet bien délicat à traiter, la perte de sa "moitié".

Un petit livre qui se lit très vite, une histoire pleine de tendresse et de souvenirs pour sa femme Sylvie.

Il y a un certain détachement par moment, des souvenirs, son nouveau quotidien avec des objets lui rappelant des anecdotes, des regrets aussi. C'est un très beau texte qui parle évidemmment à bon  nombre d'entre nous, on peut s'identifier et se demander quelle serait notre réaction ...

Sylvie avait l'air d'une personne exceptionnelle, et on est content de la connaître un peu plus au travers de ce texte.

J'espère du plus profond de mon coeur que Monsieur Fournier va se remettre de cette terrible épreuve, car ces textes me touchent vraiment beaucoup, même si je ne pense pas que le souvenir de cette lecture va rester longtemps en tête.

C'est toujours un livre de moins dans ma PAL.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

Tangente vers l'est de Maylis DE KERENGAL

Publié le par Emma

 

 9782070136742-2-.gif

Quatrième de couverture

 

" Ceux-là viennent de Moscou et ne savent pas où ils vont. Ils sont nombreux, plus d'une centaine, des gars jeunes, blancs, pâles même, hâves et tondus, les bras veineux le regard qui piétine, le torse encagé dans un marcel kaki, allongés sur les couchettes, laissant pendre leur ennui résigné dans le vide, plus de quarante heures qu'ils sont là, à touche-touche, coincés dans la latence du train, les concrits."

Pendant quelques jours, le jeune Aliocha et Hélène, une Française montée en gare de Krasnoïarsk, vont aprtager en secret le même compartiment, supporter les malentendus de cette promiscuité forcée et déjouer la traque au déserteur qui fait rage d'un bout à l'autre du Transsibérien. Les voilà condamnés à fuir vers l'est, chacun selon sa logique propre et incommunicable.

 

Mon ressenti

 

C'est le premier livre que je lis de Maylis de Kerengal, un petit livre très court qui se lit vite mais qui est assez puissant.

Cet espèce de huis-clos maintient un certain suspense, que fait cette française dans ce Transsibérien, comment a t-elle été parachutée dans ce convoi et où va-telle ?

Le récit va vite, les phrases sont courtes, on a l'impression que l'écriture va à la vitesse du train. On est nous aussi transporté dans ce train dans lequel l'atmosphère est pesante.

Quelques arrêts aux gares nous donnent une sorte de bouffée d'oxygène et des descriptions de paysages nous montrent l'immensité du celui-ci ainsi qu'une grande quiétude.

Comment vont s'apprivoiser ces deux êtres qui avaient peu de chance de se rencontrer ?, à quoi va mener cette rencontre non prévue ?

On reste en haleine durant cette histoire, elle se lit vite mais il se passe beaucoup de choses. 

J'ai beaucoup aimé ce petit livre et je lirai certainement d'autres livres de cet auteur que je ne connaissais pas.

 


Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>