Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

que je n'oublierai pas

Amours de Leonor DE RECONDO

Publié le par Emma

Amours de Leonor DE RECONDO

Quatrième de couverture :

Tandis que son épouse dort paisiblement, Anselme le notaire abuse de Céleste, la jeune bonne, qui tombe enceinte. Pour sauver l'honneur de tous, Victoire décide d'adopter l'enfant. Mais elle n'a pas la fibre maternelle, et le nouveau-né dépérit. En cachette, Céleste va tendrement prendre soin de son petit. Une nuit, Victoire les rejoint dans la chambre sous les combles....

Mon ressenti :

Nous sommes en 1908, Victoire est mariée à Anselme, c'est sa mère qui lui a présenté suite à une petite annonce. Anselme est notaire, il a, en plus de son mariage, pour habitude d'abuser de sa jeune bonne, Céleste. Mais un jour, cette dernière tombe enceinte, et Victoire s'en aperçoit. Mais c'est trop tard, le grossesse est trop avancée, elle va donc devoir le garder. Victoire et Anselme, n'ayant pas d'enfants décident de le garder, mais l'enfant une fois là, la jeune Victoire va avoir beaucoup de mal à créer un lien avec ce bébé, elle va le délaisser et celui-ci va se laisser mourir. La bonne Céleste ne va pas pouvoir le laisser ainsi, elle va donc une fois tout le monde couché s'emparer toutes les nuits de cet enfant dans sa chambre, il va ainsi reprendre vie. Une nuit, Victoire va les rejoindre tous les deux dans la chambre.
Quelle magnifique histoire, voilà bien longtemps que je devais lire ce livre et qu'il attendait bien sagement, je ne regrette pas une seule seconde d'avoir enfin lu ce petit bijou. C'est une très belle histoire d'amour, c'est délicat, il y a un véritable fossé entre la violence du début et la douceur de la suite. Deux très beaux portraits de femmes libres.

Amours - Léonore DE RECONDO - Sabine Wespieser 2015 -207 pages.

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Le cœur de l'Angleterre de Jonathan COE

Publié le par Emma

Le cœur de l'Angleterre de Jonathan COE

Quatrième de couverture :

" L'Angleterre lui faisait l'effet d'un territoire calme et stable. D'un pays de bonne intelligence avec lui-même. Tout allait pour le mieux. "

En dix ans, l'Angleterre est passée de la liesse des jeux Olympiques au couperet du référendum sur le Brexit. Comment en est-on arrivé là ? Dans cette période trouble qui fait basculer les destins individuels et collectifs, la famille Trotter reprend du service. Benjamin a maintenant cinquante ans et s'engage dans une improbable carrière littéraire, sa sœur Lois voit ses anciens démons revenir la hanter, tandis que sa nièce Sophie s'interroge sur son mariage. La politique peut-elle être une cause valable de séparation ?
 

Mon ressenti :

On reprend les personnages de Bienvenue au club et Le club fermé, ils ont maintenant cinquante ans. Alors qu'aucune suite n'était prévue et que l'auteur voulait écrire un livre sur le Brexit, il s'est aperçu qu'il pouvait ressortir les différents personnages de ces deux tomes.
On débute donc en avril 2010 avec les obsèques de l'épouse de Colin, il y a Benjamin, le fils, sa sœur Loïs avec sa fille. On y retrouve aussi Doug, l'ami journaliste. Tous les personnages sont là, mais le livre peut se lire indépendamment car ils sont tous présentés au début et de nouveaux personnages vont s'ajouter au fur et à mesure.
Nous allons donc balayer un peu plus de 8 années avec des moments très importants comme les manifestations de 2011 ou les Jeux Olympiques de 2012 mais c'est surtout la préparation et la mise en place du Brexit, comment l'Angleterre en est arrivée là ?
Comme toujours j'ai pris beaucoup de plaisir avec ce livre, j'y ai retrouvé des personnages et surtout tout ce que j'ai aimé dans les précédents : la vie, les moments de blues et de tristesse, les peurs, l'humour, des tranches de vie et surtout l'Angleterre et son histoire à un moment donné, une sorte de photographie des différents événements importants sans jamais être rébarbatif ou ennuyeux. 

Le cœur de l'Angleterre - Jonathan COE - Gallimard 2019 - 595 pages.

 

En plus :

Je suis complètement passée à côté du Chant des revenants de Jesmin Ward, pourtant le début commençait bien, je le trouvais prometteur et j'ai lâché prise assez vite, je l'ai lu en entier mais je me suis ennuyée. 
Dans un autre registre, Mato Grosso de Ian Manook est complètement raté, un gros flop pour moi.

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Les somnambules de Chuck WENDIG

Publié le par Emma

Les somnambules de Chuck WENDIG

Quatrième de couverture :
Dans un petit village de Pennsylvanie, Shana surprend sa soeur, Nessie, quittant d'un pas résolu leur maison. Lorsqu'elle tente de l'intercepter, la jeune fille ne réagit pas à sa présence. Mutique, absente, le regard vide, elle avance... Croyant à une crise de somnambulisme, Shana commence à la suivre. Rapidement elles sont rejointes par un deuxième errant, frappé des mêmes symptômes que Nessie. Puis un autre. Bientôt, ils sont des centaines à converger vers la même destination inconnue, tandis que leurs proches, impuissants, leur emboîtent le pas. Très vite, cette mystérieuse épidémie enflamme le pays.

 

Mon ressenti :
Tout commence le 03 juin en Pennsylvanie. Nessie est une jeune fille, elle vit avec son père et sa sœur Shana. Ce matin-là, elle a disparu, sa sœur la voit marchant vers la sortie de la propriété. Elle l'appelle, la suit, elle est comme somnambule, elle marche sans s'arrêter, le regard fixe. Shana ne veut pas la laisser et va la suivre bientôt rejointe par leur père. D'autres somnambules vont rejoindre petit à petit cette première marcheuse, ils vont être de plus en plus nombreux, il est impossible de les arrêter, de leur parler, de leur faire des piqûres ou des prises de sang.
Que se passe t-il ? Quelle est cette maladie ? Et si ce n'était pas une maladie ? Une sorte d'attentat, des hommes ont-ils injecté un produit chez ces personnes ?
Tout y passe : maladies, complotistes, fanatiques, intelligence artificielle etc....
On y retrouve une belle galerie de personnages, tout pourrait paraître confus mais pas du tout car ils arrivent au fur et à mesure. Entre les somnambules, ceux qui les suivent, l'équipe médicale, les complotistes..., je ne suis pas ennuyée une seconde. Les  dernières pages ont été tout de même lues plus doucement, peut-être un certain essoufflement.
Tout au long de ma lecture, je me suis demandée ce que j'en aurais pensé avant le Covid, sûrement un livre qui fait peur ; alors que là même si c'est pire que ce nous vivons il y a beaucoup de similitudes, et pour le coup, j'étais assez calée pour le vocabulaire et plusieurs hypothèses ne me paraissaient plus aussi extravagantes.
Alors que je ne supporte pas que l'on me parle de maladies, j'ai été passionnée par cette histoire qui nous emmène dans tous les domaines, il y a une belle galerie de personnages.
J'ai mis trois semaines à lire les 1165 pages et d'un coup, à la fin, je me suis sentie bien seule.

 

Les somnambules - Chuck WENDIG - Sonatine 2021 - 1165 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

L'horizon qui nous manque de Pascal DESSAINT

Publié le par Emma

L'horizon qui nous manque de Pascal DESSAINT

Quatrième de couverture :

Entre Gravelines et Calais, dans un espace resté sauvage en dépit de la présence industrielle, trois personnages sont réunis par les circonstances : Anatole, le retraité qui rêve d'une chasse mythique, Lucille, l'institutrice qui s'est dévouée pour les migrants de la jungle et se retrouve désabusée depuis le démantèlement, et Loïk, être imprévisible mais déterminé, qui n'a toujours pas été du bon côté de la loi, peut-être parce que dans son ascenseur social, il n'y avait qu'un bouton pour le sous-sol. Laissés pour compte ? Pas tout à fait. En marge ? C'est sûr. En tout cas, trop cabossés pour éviter le drame.
Pascal Dessaint nous ramène dans le Nord avec ce trio de personnages qui aiment Jean Gabin, mais qu'on verrait bien chez Bruno Dumont. il signe un roman noir où la violence n'exclut pas la tendresse.

 

Mon ressenti :

Ils sont trois, 
Lucille, une institutrice qui a décidé de tout plaquer pour s'occuper des migrants à Calais, mais c'est le démantèlement. 
Anatole est retraité et passe ses heures à fabriquer des oiseaux en bois flotté, il aime la chasse.
Loïk sort de prison , ces trois personnages d'univers différents mais marginaux vont en quelque sorte cohabiter. Anatole va accueillir Lucille et Loïk va squatter l'ancienne cabane a frite dans la cour.
A côté de ces trois là, intervient une belle galerie de personnage, ils sont hauts en couleurs, parfois drôles, toujours noirs.
Ces personnages déambulent comme toujours dans une nature qui a la part belle, les descriptions de faune et de flore y sont nombreuses et à tomber, on y est, le paysage est sous nos yeux.
J'ai passé un excellent moment avec Anatole, Lucille, Loïk, mais aussi mamie Crevette, Martin, je l'ai lu il y a presque un an et j'en ai encore un doux souvenir, j'aurais aimé prolonger le temps avec eux, partager encore d'autres moments de leur vie

 

L'horizon qui nous manque - Pascal DESSAINT - Rivages / Noir - 218 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Mauvaise étoile de R.J. ELLORY

Publié le par Emma

Mauvaise étoile de R.J. ELLORY

Quatrième de couverture :

Texas, 1964. Après l'assassinat de leur mère, Eliott et Clarence passent de maisons de correction en établissements pénitentiaires pour mineurs. Le jour où Earl Sheridan les prend en otages, les deux adolescents se trouvent embarqués dans un périple meurtrier. Alors que Sheridan sème la terreur sur leur route, une sanglante et terrible partie se met en place entre les trois protagonistes. 

 

Mon ressenti :

En 1964, au Texas, Eliott et Clarence sont demi-frères, ils ont des pères différents. Lorsque leur mère va mourir, ils vont aller en foyers puis prisons pour jeunes, ils ont des pères différents mais ont été élevés ensemble et se soutiennent. Tout se gâte lorsque Earl Sheridan doit être transféré de prison et va devoir passer une nuit dans l'établissement où les deux frères sont. Il va s'enfuir en les prenant en otages, et là tout dégénère…. Les deux frères n'ont plus l'air de se connaître vraiment et ne prennent pas les mêmes décisions.
Dès les premières pages, j'ai été happée, un mort dès le début, on peut se demander comment il va tenir la distance sur autant de pages. Et pourtant, je l'ai lu en quelques jours, c'est noir, violent, trash, les deux frères vont prendre des chemins différents, le bien et le mal. Comment vont-ils s'en sortir ? Est-il possible de naître sous une mauvaise étoile ? Quelles répercussions ont les choix que nous faisons, les gens que nous rencontrons ? 
Un road-movie sanglant dans l'Amérique des années 60, c'est gluant, poisseux, sauvage, ça vire au carnage. Attention pour certaines personnes, c'est très violent. 
C'est le troisième livre que je lis de l'auteur et j'ai adoré, on ne sait vraiment jamais à quoi s'attendre car les
trois sont très différents, je vais continuer à le lire, je crois en avoir au moins quatre autres. Une belle rencontre faite à Toulouse il y a quelques années.

 

Mauvaise étoile - R.J. ELLORY - Sonatine 2013 - 590 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Cet été là de Lee MARTIN

Publié le par Emma

Cet été là de Lee MARTIN

Quatrième de couverture :

Ce jour-là, tout ce qu'on a su, c'est que la petite Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu'elle n'était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé l'existence bien tranquille de cette petite ville de l'Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l'enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n'a jamais su ce qui était arrivé à Katie.
Que s'est-il réellement passé cet été-là ?
Trente ans après, quelques-uns des protagonistes se souviennent. Le frère de Katie, son professeur, la veuve d'un homme soupçonné du kidnapping, quelques voisins, tous prennent la parole, évoquent leurs souvenirs. Des secrets émergent, les langues se délient. Qui a dit la vérité, qui a menti, et aujourd'hui encore, qui manipule qui ?

 

Mon ressenti :

 Nous sommes dans une petite ville tranquille aux Etats-Unis, une petite fille doit aller à la bibliothèque pour rendre des livres, elle s'y rend en vélo mais on ne la retrouvera jamais. Que s'est-il passé ? 
Tout au long du livre les différents personnages vont donner leurs versions, ils vont raconter ce qu'ils ont fait, j'aime beaucoup ce procédé utilisé régulièrement, chaque chapitre est le récit d'une personne, tour à tour ils donnent des éléments sur leur vie, leur emploi du temps. Les versions de ce qui s'est passé ce jour-là s'enchainent, petit à petit le tout s'étoffe. Le malaise apparaît au fur et à mesure de la lecture, ce qui est relaté n'est pas trash du tout mais les personnages sont assez dérangeants et tous dans leurs domaines, on est en plein été, le soleil brille et les personnages contrastent vraiment avec cette belle saison. On soupçonne un peu tout le monde, il faut dire qu'il y en a qui sont quand même bizarres et un peu déséquilibrés. 
J'ai adoré ce livre, cette ambiance, c'est peut-être un peu lent pour certains mais j'aime beaucoup quand ça se met en place doucement, en même temps c'est en adéquation avec la saison. Aucune envie de le lâcher, un suspense psychologique très bien mené.
Je ne me souviens pas l'avoir vu sur les blogs, je l'ai trouvé au hasard des rayons, d'abord attirée par la couverture. Le connaissez-vous ?

 

Cet été-là - Lee MARTIN - Sonatine 2017 - 296 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

A la ligne de Joseph PONTUS

Publié le par Emma

A la ligne de Joseph PONTUS

Quatrième de couverture :

A la ligne est le premier roman de Joseph Pontus. C'est l'histoire d'un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs bretons. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps. Ce qui le sauve, c'est qu'il a eu une autre vie. Il connaît les auteurs latins, il a vibré avec Dumas, il sait les poèmes d'Apollinaire et les chansons de Trenet. C'est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène. Et, en allant à la ligne, on trouvera dans les blancs du texte la femme aimée, le bonheur dominical, le chien Pok Pok, l'odeur de la mer.

 

Mon ressenti :

Il est rare même très rare que je lise un livre aussi récent, à la lecture des premiers avis je me disais que ce n'était vraiment pas un livre pour moi de par sa forme. A force de parcourir d'autres avis, ma curiosité se développait. Rien de tel que d'avoir ouvert le livre et d'en avoir parcouru une page au hasard pour que j'ai envie de le lire, car l'écriture un peu particulière ne me gênait pas.
Bref, pour en revenir à l'histoire…
Un homme vient d'arriver en Bretagne pour suivre sa femme, ne trouvant pas de travail dans sa branche, il va commencer à travailler pour des missions intérimaires, à l'usine. Il va les multiplier, commencer en pleine nuit, dans divers domaines, un travail tôt, pénible, répétitif, dans le bruit, dans le poisson, dans la viande etc...
Le récit va venir par sa forme accentuer cette pénibilité, des phrases sans aucune ponctuation, des retours à la ligne comme un martèlement, une rengaine toujours construite de la même manière.
Inutile de préciser que j'ai beaucoup aimé ce livre, par son histoire et sa forme. Originaire de Bretagne j'ai évidemment côtoyé de près ou de loin ces ouvriers oubliés, tout au long de ma lecture j'ai d'ailleurs repensé à un ancien collègue de travail devenu ami qui m'avait dit avoir été intérimaire dans ce genre d'usine lorsqu'il était étudiant, passionné de cinéma, il pensait tous les matins à un film et se le repassait dans la tête pour que ses journées soient plus douces.
Une très belle lecture, percutante, originale, captivante, une lecture qui ferait du bien à tous ces gens qui se plaignent à longueur de journées de leur travail beaucoup moins pénible et ils sont nombreux….

 

A la ligne - Joseph PONTUS - La Tale Ronde 2019 - 263 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

La saison des feux de Celeste NG

Publié le par Emma

La saison des feux de Celeste NG

Quatrième de couverture :

A Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, tout est soigneusement planifié pour le bonheur des résidents. Rien ne dépasse, rien ne déborde, à l'image de l'existence parfaitement réglée d'Elena Richardson, femme au foyer exemplaire.
Lorsque Mia Warren, une mère célibataire et bohème, vient s'installer dans cette bulle idyllique avec sa fille Pearl, les relations avec la famille Richardson sont d'abord chaleureuses. Mais peu à peu, leur présence met en péril l'entente qui règne entre les voisins. Et la tension monte dangereusement à Shaker Heights.

Mon ressenti :

Tout commence par un incendie dans un quartier pourtant très paisible de la banlieue de Cleveland. Puis nous allons revenir en arrière afin de comprendre comment cet incendie a été provoqué.
La famille Richardson habite dans une belle maison située dans un quartier paisible, ils sont mariés, ont quatre enfants, il est avocat et elle est journaliste. Ils ont une seconde maison qu'ils louent. Mia Warren va s'y installer avec sa fille Pearl, une adolescente qui va devenir amie avec les enfants Richardson.
Les thèmes abordés dans ce roman sont très variés : adolescence, maternité, amitié,  secrets de famille, origines etc... La psychologie des personnages est fouillée, très intéressante. Alors que la vie de chacun est assez banale, on peut voir comment le moindre petit agissement peut avoir des répercussions sur les autres.
J'ai beaucoup aimé cette histoire dans laquelle , au final, il ne se passe presque rien, seulement une tranche de vie, mais qui nous parle de multiples sujets. Alors qu'il n'y a aucun meurtre, aucune tragédie, c'est un livre que j'ai lu comme un suspense tellement j'étais accrochée à cette famille, tellement il y a comme une tension.
C'est une première lecture de l'auteure, je vais certainement me pencher sur le premier.
Habituellement je n'écoute pas de livres, j'avais tenté il y a quelques années et c'est pour moi comme un somnifère, même en voiture… J'ai retenté car les abonnés Canal plus ont le droit à un livre par mois inclus à leur abonnement, le seul moment pendant lequel je suis disponible pour écouter et que je ne risque pas de m'endormir, c'est quand je fais du vélo elliptique. Reste à savoir si je vais continuer, et ainsi écouter un livre par mois.

 

La saison des feux - Céleste NG, lu par Micky Sebastian - Lizzie - 12h09

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

L'enfant perdue ( L'amie prodigieuse 4) d'Elena FERRANTE

Publié le par Emma

L'enfant perdue ( L'amie prodigieuse 4) d'Elena FERRANTE

Quatrième de couverture :

" Comme toujours, Lila s'attribuait le devoir de me planter une aiguille dans le cœur, non pour qu'il s'arrête mais pour qu'il batte plus fort. "

Elena, devenue auteure reconnue, vit au gré de ses escapades avec son amant entre Milan, Florence et Naples. Parce qu'elle s'est éloignée du quartier populaire où elle a grandi, Elena redoute les retrouvailles avec son amie d'enfance. Mais depuis quelque temps, Lila insiste pour la voir et lui parler…
La saga se conclut en apothéose après avoir embrassé soixante ans d'histoires des deux femmes et de l'Italie, des années  1950 à nos jours.

Mon ressenti :

Voilà, je suis arrivée au bout de cette série. Les dernières années d'Elena et Lila que nous suivons depuis leur enfance. Il se passe énormément de choses dans ce dernier opus que ce soit au niveau des deux amies, de leur famille mais aussi ce pays qui change. Entre les traditions, les innovations, les règlements de compte, les vengeances, les non-dits et cachés que certains veulent mettre à jour… etc
Du côté des deux amies, ce n'est pas mieux, elles se rapprochent, se confient, s'éloignent pour mieux se réconcilier et s'éloigner à nouveau pour des sujets concernant le travail, les amours, les familles, les amis, l'éducation des enfants….. etc

J'ai lu cette série durant l'été et j'ai adoré, j'ai toujours retrouvé avec plaisir ces deux amies que l'on retrouve comme des copines, beaucoup d'années sont balayées avec cette Italie qui change, évolue, se modernise.
Je comprends le succès, même si quelquefois (lorsqu'on attends comme moi pour lire, après tout le monde) on est déçu car il y a eu déjà tout de dit, on en attendait beaucoup plus. C'est aussi pour cela que je ne dis quasi rien dans mes articles car je ne lis pas en  entier souvent chez les autres afin d'en savoir le moins possible.
J'ai pensé au début de cette lecture que je les avais peut-être un peu trop rapprochées mais je devais juste avoir un petit coup de mou car j'ai lu la seconde moitié en 3 jours.
C'était tour à tour distrayant, bouleversant, intense, foisonnant, c'était bien et je suis un peu triste de les quitter.

 

L'enfant perdue- Elena FERRANTE - Gallimard 2018 - 619 pages.

 

Je participe au pavé de l'été chez Brize.

L'enfant perdue ( L'amie prodigieuse 4) d'Elena FERRANTE

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Celle qui fuit et celle qui reste (L'amie prodigieuse 3) d'Elena FERRANTE

Publié le par Emma

Celle qui fuit et celle qui reste (L'amie prodigieuse 3) d'Elena FERRANTE

Quatrième de couverture :

" Nous vivons une époque décisive, tout est en train d'exploser. Participe, impose ta présence ! "

Alors que les événements de 1968 s'annoncent, que les mouvements féministes et protestataires s'organisent, Elena, diplômée de l'Ecole normale supérieure de Pise, se retrouve au premier rang. Elle vient de publier un roman inspiré de ses amours de jeunesse qui rencontre un certain succès tout en faisant scandale. Lila, elle, a quitté son mari Stefano et travaille dur dans une usine où elle subit le harcèlement des hommes et découvre les débuts de la lutte prolétaire. pour les deux jeunes femmes, comme pour l'Italie, c'est le début d'une période de grands bouleversements.

Mon ressenti :

Nous retrouvons Elena et Lila, les deux amies d'enfance qui continuent leurs chemins de vie bien différents. Elena va bientôt se marier, elle a écrit un livre qui connaît un certain succès, elle est aidée par sa future belle-mère. Lila a quitté son mari, elle travaille dans une usine dans  des conditions pas toujours faciles.
Nous sommes maintenant dans un contexte politique difficile, il y a des attentats, le féminisme pointe le bout de son nez. Les deux amies ne se donnent des nouvelles que très rarement.
J'ai adoré ce tome là, elles ont la trentaine, le contexte du pays est en train de changer et les rapports entre les deux femmes est très complexe. Entre amour, amitié, violence, vengeance, il y a vraiment de tout.
Un roman dense, captivant, je les ai quand même enchaînés durant cet été. Je suis actuellement en train de lire le dernier, j'ai peut-être un peu trop  rapproché mes lectures des différents tomes car je vais un peu moins vite. A suivre….

 

Celle qui fuit et celle qui reste - Elena FERRANTE - Gallimard 2017 - 542 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>