Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

que je n'oublierai pas

Le quatrième mur de Sorj CHALANDON

Publié le par Emma

Le quatrième mur de Sorj CHALANDON

Quatrième de couverture :

"L'idée de Samuel était belle et folle : monter l'Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camps un fils ou une fille pour en faire des acteurs. Puis rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite et jardin saccagé. Samuel était grec. Juif, aussi. Mon frère en quelque sorte. Un jour, il m'a demandé de participer à cette trêve poétique. Il me l'a fait promettre, à moi, le petit théâtreux de patronage. Et je lui ai dit oui. Je suis allé à Beyrouth le 10 février 1982, main tendue à la paix. Avant que la guerre ne m'offre brutalement la sienne..."

S.C.

 

Mon ressenti :

Quel difficulté d'écrire sur ce livre, j'ai traîné à le lire... Pourquoi ? Une certaine appréhension, le thème abordé qui ne m'intéressait pas trop à priori....

Samuel veut monter la pièce Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth en 1982. Son meilleur ami, Georges lui a promis de faire de son rêve la réalité. A Beyrouth, il rencontre les personnages qu'a choisi Samuel.... Il doit les rencontrer un à un , les faire répéter, mais il faut d'abord réussir à les réunir faisant tous partie d'un camps adverse, avec en fond de décor la guerre qui bat son plein.

Après Mon Traître et Retour à Killybegs, je tombe encore sous le charme de l'écriture de Chalandon. Quel livre magnifique dont il est très difficile de parler, la lecture se fait comme en suspens, nous sommes spectateurs premiers de ce décor de guerre dans lequel Georges se démène afin de réunir ces acteurs le temps de la pièce. Nous nous faisons tout petit le temps de cette lecture, une guerre d'un côté, une pièce de théâtre et une promesse de l'autre... Qui va avoir le dessus ?

Une écriture très précise, en même temps violente, une lecture fatigante, éprouvante, des passages très durs. Mais à côté de cela, le rêve d'un homme, la promesse faite à un ami. Tant de choses qui ne peuvent vous laisser insensibles. Un livre incroyable, que je n'oublierai pas de sitôt, on peut désormais dire (et je suis loin d'être la seule) que je suis absolument fan des livres de Chalandon.

 

Il a reçu :

Prix Goncourt des lycéens 2013.

Prix Le Choix de l'Orient 2013.

Prix des Libraires du Québec 2013.

 

Le quatrième mur de Sorj CHALANDON - Grasset 2013 - 327 pages.

 

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Yeruldelgger de Ian MANOOK

Publié le par Emma

Yeruldelgger de Ian MANOOK

Quatrième de couverture :

Le corps enfoui d'une enfant, découvert dans la steppe par des nomades mongols, réveille chez le commissaire Yeruldelgger le cauchemar de l'assassinat jamais élucidé de sa propre fille. Peu à peu, ce qui pourrait lier ces deux crimes avec d'autres plus atroces encore, va le forcer à affronter la terrible vérité. Il n'y a pas que les tombes qui soient sauvages en Mongolie. Pour certains hommes, le trafic des précieuses "terres rares" vaut largement le prix de plusieurs vies. Innocentes ou pas.

Mon ressenti :

A l'heure où tout le monde va lire le deuxième roman, je m'attelle au premier. D'ailleurs, si je le lis, c'est grâce à vous car je ne pense  pas que je l'aurais lu si je ne l'avais pas vu sur vos blogs respectifs.

Nous débutons cette histoire dans les steppes de Delgerkhaan, le commissaire Yeruldelgger se rend là-bas pour y enquêter sur la découverte d'une petite fille enterrée avec son tricycle.  Pourquoi a t-elle été enterrée dans cet endroit quasiment sans vie , accompagnée de son tricycle ?

En parallèle, à Oulan-Bator, trois chinois mutilés sont retrouvés, accompagnés de deux prostituées.

Le commissaire Yeruldelgger de son nom entier : Yeruldlgger Khaltar Guichyguinnkhen, va enquêter sur ces deux affaires, son enquête va l'emmener dans plusieurs coins de la Mongolie. Nous en apprenons donc plus sur ce pays, ses paysages, la corruption qui y règne, la Mafia, ses us et coutumes, sa nourriture (le kuushuur, le boodog), des endroits presque déserts mais aussi la ville d'Oulan-Bator.

Ce justicier intraitable,respectueux des traditions, ne peut concevoir de laisser l'âme de cette petite fille seule alors que sa fille cadette a été tuée il y a quelques années.

Ce roman est une véritable réussite, il nous emmène au travers d'un pays (pour ma part, complètement inconnu) mais dans lequel rien n'est négligé, que ce soit niveau personnages, enquêtes ou lieux.

J'ai rencontré Ian Manook ainsi que son épouse à Toulouse Polars du Sud, une belle rencontre ! Il ne me reste plus qu'à me procurer le suivant ;-)

 

Yeruldelgger de Ian MANOOK - Albin Michel 2013 - 542 pages.

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Le six coups de minuit d'Antoine LEGER

Publié le par Emma

Le six coups de minuit d'Antoine LEGER

Quatrième de couverture :

Prénom : Vlad.

Nom : non répertorié.

Age : quarante-deux ans.

Nationalité : Franco-Russe.

Signe distinctif : sans-abri.

Ce soir, Vlad avance déterminé dans les couloirs du métro de Moscou. Aujourd'hui devrait être le grand soir. Il va au rendez-vous qui pourrait changer sa vie. Il arrive au sous-sol. Les autres sont là. Il est le dernier. Il ne manquait plus que lui...

Pour elle, dont la trajectoire va heurter celle de Vlad, c'est ici que tout débute. Mais qui est-elle au juste ?

Mon ressenti :

Epoustouflant, celui qui devine la chute de cette histoire, c'est qu'il a commencé par la fin....

Oups, reprenons au début, c'est moi qui commence par la fin pour le coup ;-)

D'après Claude Mesplède qui a écrit la préface de ce livre, nous sommes dans la novella (longue nouvelle).

Pour ceux qui me lisent, ils savent que j'adore les pavés dans lesquels on plonge, on décortique, on le garde plusieurs jours, mais dès lors qu'il y a une histoire, et une vraie avec une chute, le résultat est tout aussi efficace.

Me voilà partie dans ce livre, que j'ai lu d'une traite sur les conseils de l'auteur.

2014 : Vlad est SDF, il se rend à un rendez-vous. Il paraît que ce rendez-vous va changer sa vie.

Retour en arrière, quand il était jeune, nous parcourons donc sa vie, avec ses joies, ses peines, ses espoirs, ses projets... Il grandit, devient adulte, jusqu'à vivre dans la rue....

C'est assez noir, mais en même temps, ça ne tombe pas dans le glauque car  l'écriture est assez sensible, voire même poétique... Un récit qui raconte des événements parfois très durs, mais avec une économie de mots, des anecdotes. L'auteur nous balade dans cette vie jusqu'à la chute.... Et quelle chute, un livre qui reste en tête longtemps tellement la chute est époustouflante.... Je savais après l'avis de Sylvie (que je remercie car si j'ai reçu cet exemplaire, c'est en partie grâce à elle) que la fin de l'histoire était "bluffante", on l'attend, on spécule mais on a aussi peur d'être déçue... Et non, pas du tout, il fallait le trouver.

Si vous aimez sortir des sentiers battus, si vous aimez l'original, si vous aimez être étonné, voir même bousculé.... Et bien je pense que ce livre réunit tous ces critères....

 

D'autres avis :

http://lemondedesylvie.over-blog.com/2015/01/les-6-coups-de-minuit-d-antoine-leger.html

http://leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/article-antoine-leger-le-6-coups-de-minuit-124387500.html

http://hervesard.blogspot.fr/2014/09/le-6-coups-de-minuit-dantoine-leger.html

Un article de La Dépêche :

http://www.ladepeche.fr/article/2014/12/10/2008182-il-est-la-revelation-du-roman-noir-2014-2014.html

Je remercie enfin Antoine LEGER pour l'envoi de ce livre.

 

Le six coups de minuit - Antoine LEGER - Préface de Claude Mesplède - Paul & Mike -134 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

La porte des Enfers de Laurent GAUDE

Publié le par Emma

Quatrième de couverture :

Au lendemain d'une fusillade à Naples, Matteo voit s'effondrer toute raison d'être. Son petit garçon est mort. Sa femme, Giuliana, disparaît. Lui-même s'enfonce dans la solitude et, nuit après nuit, à bord de son taxi vide, parcourt sans raison les rues de la ville.

Mais, un soir, il laisse monter en voiture une cliente étrange qui, pour paiement de sa course, lui offre à boire dans un minuscule café. Matteo y fera la connaissance du patron, Garibaldo, de l'impénitent curé don Mazerotti, et surtout du professeur Provolone, personnage haut en couleur, aussi érudit que sulfureux, qui tient d'étranges discours sur le réalité des Enfers. Et qui prétend qu'on peut y descendre...

Mon ressenti :

Nous sommes à Naples en 1980. Matteo doit emmener son fils Pippo à l'école ce matin là. Ils sont dans les rues, ils se pressent, ils vont être en retard. Puis survient le drame, une balle perdue, Pippo n'ira pas à l'école aujourd'hui.

Le couple Matteo et Giuliana ont perdu leur fils, comment survivre à cela ? Comment continuer ? Deux êtres et deux manières de réagir face à cette épreuve.

Matteo apprend avec ses nouveaux amis  l'existence de La Porte des Enfers...Va t-il s'y rendre ?

Laurent Gaudé a vraiment le don de nous embarquer dans cette ville de Naples, nous le suivons à demi-souffle. Cette histoire alterne entre l'année 80 et 2002.

Evidemment nous sommes dans le fantastique, un genre dont je ne suis pas fan, on le lit aussi comme un bon suspense, mais surtout et avant tout c'est l'histoire de la perte des êtres chers.

J'ai véritablement été happée  par cette histoire,un véritable coup de coeur, c'est beau, c'est triste, il nous amène à penser nous aussi à nos êtres chers disparus. J'avais déjà eu un réel coup de coeur pour Le soleil des Scorta, et en  voici un autre, cet auteur a vraiment le don, pour moi, de raconter des histoires, et de belles histoires sans rien  négliger. Je suis persuadée que ce roman là va me rester longtemps en tête.

 

La porte des Enfers de Laurent GAUDE - Actes Sud 2008 - 267 pages.

 

La porte des Enfers de Laurent GAUDE

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

La rivière de l'exil de Colum McCann

Publié le par Emma

Quatrième de couverture :

" Les douze histoires que raconte Colum McCann ne sont pas franchement faites pour se tenir les côtes. Mais elles font qu'on se tient le coeur qui, à les lire, bat plus vite et fond de tendresse. Dans chacune d'elles il y a des gens qui sont loin de chez eux. Des Irlandais pour la plupart. Ils n'ont pas la vie qu'ils aimeraient. Ils se réfugient dans le rêve, la folie, la violence, le passé. (...)

Accrochez-vous, c'est merveilleux ! Il y a, dans toutes ces nouvelles, une justesse de ton, un doigté, une élégance des sentiments, une grâce d'une douceur qui serre la gorge. Dans ces ciels tourmentés et lourds, ces destins minables et tragiques, passe une lumière qui fait lever le regard. (...)

Stéphane Hoffmann, Le Figaro Magazine.

 

Mon ressenti :

Premier livre que je lis de cet auteur, avec 12 nouvelles. Un thème récurrent au fil de ces dernières car ce sont toujours toujours des histoires de gens qui sont loin de chez eux.

J'ai beaucoup aimé l'écriture, c'est beau, des histoires assez tristes, mélancoliques, je me suis laissée porter, j'ai relu certains passage, un ton juste, imagé, une relecture quelquefois de la fin pour savoir si j'avais bien compris.

J'ai évidemment préféré certaines :

  • Un panier plein de papier peint : Un japonais qui s'est installé dans un petit village en Irlande, les habitants lui ont inventé toutes sortes de vie avant son installation. Un jour, il se fait livrer un camion entier de papier peint et propose de le vendre.
  • En avant, marchons gaiement : Un vieux boxeur irlandais sur le chemin de la laverie, se remémore le temps où il cherchait à devenir champion du monde de poids lourds, il a aussi hâte d'en revenir pour retrouver son amour... Au programme amour, désillusions et défaites.
  • Je peux placer un mot ? : Deux soeurs qui se remémorent leurs vies, leur jeunesse lorsqu'elles se maquillaient pour sortir, le fait qu'elles ont toujours pris soin d'elles même lorsque les temps étaient durs, leurs rencontres avec leurs maris respectifs  ...

Ce sont les trois nouvelles qui m'ont le plus marquées, j'en dis au final très peu, car les chutes sont toujours inattendues. Les histoires parlent toutes de déracinement, c'est percutant, touchant, avec toujours beaucoup de pudeur, bref c'est sans aucun doute à lire  !

J'ai d'ailleurs tellement aimé ces nouvelles que je viens de me procurer Et que le vaste monde poursuive sa course folle. A suivre donc pour cet auteur.

 

La rivière de l'exil de Colum McCann - Belfond 1999 - 206 pages.

La rivière de l'exil de Colum McCann

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

La couleur des sentiments de Kathryn STOCKETT

Publié le par Emma

Quatrième de couverture :

Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s'occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Abileen a appris à tenir sa langue. L'insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de faire renvoyer. Si les choses s'enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s'exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu'on n'a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l'ont congédiée.

Mais Skeeter, le fille des Phelan, n'est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s'acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l'a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot.

La jeune bourgeoise blanche et les deux bonnes noires, poussées par une sourde envie de changer les choses malgré la peur, vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

 

Mon ressenti :

Voilà deux fois que j'aurais pû voir le film mais je me suis retenue car je voulais lire le livre avant.

Abileen, Minny et Skeeter m'ont transportée dans  leur monde quelques jours, un petit voyage en 1962 dans le Mississippi. La ségrégation raciale est toujours présente et nous allons suivre leurs aventures avec chacunes leurs points de vue et ressentis. J'aime toujours beaucoup cette alternance de chapitres avec l'histoire de chacune. Abileen et Minny nous racontent leur quotidiens au service des Blancs, ces différences entre les deux peuples, cet amour qu'elles peuvent avoir pour les enfants qu'elles élèvent, mais aussi une certaine crainte des Blancs, voire du mépris pour certaines. Puis en parallèle, Skeeter, bourgeoise blanche qui essaie de faire bouger les choses.

Beaucoup de sentiments se mêlent à la lecture, tendresse, émotion, mais aussi révolte. Ils paraissent tous justes et se mêlent. Inutile de vous écrire que j'ai beaucoup aimé ce livre, il a été lu en 4 jours. J'étais presque déçue de les laisser lorsque j'ai tourné la dernière page.

 

La couleur des sentiments de Kathryn STOCKETT - Actes Sud 2010 - 599 pages.

 

La couleur des sentiments de Kathryn STOCKETT

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Le collier rouge de Jean-Christophe RUFIN

Publié le par Emma

Quatrième de couverture :

Dans une petite ville du Berry, écrasée par la chaleur de l'été, en 1919, un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d'une caserne déserte.

Devant la porte, son chien tout cabossé aboie jour et nuit.

Non loin de là, dans la campagne, une jeune femme usée par le travail de la terre, trop instruite cependant pour être une simple paysanne, attend et espère.

Le juge qui arrive pour démêler cette affaire est un aristocrate dont la guerre a fait vaciller les principes.

Trois personnages et, au milieu d'eux, un chien, qui détient la clef du drame...

Mon ressenti :

Après la guerre, en 1919, le dénommé Morlac , ancien combattant est emprisonné. Un officier, Lantier arrive sur les lieux afin d'étudier son dossier et le sanctionner. Ils se rencontrent donc dans la cellule plusieurs jours d'affilée afin que Lantier puisse classer l'affaire.

Une conversation en huis-clos  s'installe entre les deux personnages, cet officier qui essaie de connaître le fin mot de cette histoire. Une sorte de complicité s'installe entre les deux, chacuns restant tout de même à sa place. Nous évoluons et connaissons l'histoire au fil des recherches de ce Lantier.

Un suspense se met en place car nous ne savons pas ce qu'il s'est passé, les pages se tournent car nous voulons absolument savoir ce que cet homme a bien pu faire.

Petit livre qui se lit comme un bon suspense, qui nous raconte l'hsitoire d'un ancien combattant face à cet officier, cette complicité.

Une histoire sur la guerre, sur les combats et les horreurs mais surtout une belle histoire de gens et la fidélité sans failles des animaux domestiques qui partagent notre vie.

 

Le collier rouge de  Jean-Christophe RUFIN - Gallimard 2014 -154 pages.

Le collier rouge de Jean-Christophe RUFIN

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

Terminus Belz d'Emmanuel GRAND

Publié le par Emma

Quatrième de couverture :

Il s'appelle Marko Voronine. Il est en danger. La mafia le poursuit. Il croit trouver refuge sur Belz, une petite île bretonne au large de Lorient coupée de tout sauf du vent. Mais quand le jeune Ukrainien débarque du ferry, l'accueil est plutôt rude. Le métier du grand large en a pris un coup, l'embauche est rare sur les chalutiers et les marins rechignent à céder la place à un étranger. Et puis de curieuses histoires agitent en secret ce port de carte postale que les locaux appellent "l'île des fous". Les hommes d'ici redoutent par-dessus tout les signes de l'Ankou, l'ange de la mort, et pour Marko, les vieilles légendes peuvent se montrer aussi redoutables que les flingues de quelques tueurs roumains.

 

Mon ressenti :

Tombé par hasard dessus à la médiathèque, dans les nouveautés, la quatrième de couverture me tente bien, il a tout pour me plaire.

Nous suivons donc les aventures de Marko Voronine, tout juste parti d'Ukraine qui va se retrouver sur une petit île du Morbihan. Il arrive dans cet endroit où tout le monde se connaît, la froideur et le silence des personnes, il va devoir s'acclimater à cet environnement rude, et "restreint" par la taille, la difficulté du métier de pêcheur. En parallèle, l'auteur nous raconte ce qui se passe en Ukraine, nous alternons donc entre les deux. Il y a de l'aventure, du suspense, j'ai été complètement happée par cette histoire.

Puis va venir s'ajouter des légendes sur la Bretagne, la peur qu'ont ces habitants de l'Ankou...

Je n'en raconte pas plus, mais c'est le premier roman de l'auteur,il a tous les ingrédients nécessaires pour passer un excellent moment, je l'ai lu en quelques jours, les droits du livre ont été cédés à l'étranger avant même sa sortie en France.

Terminus Belz d'Emmanuel GRAND

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

1Q84 de Haruki MURAKAMI - livre 1

Publié le par Emma

 

1Q84.jpeg

 

 

 

Quatrième de couverture :

 

Le passé - tel qu' il était peut-être - fait surgir sur le miroir l'ombre d'un présent - différent de ce qu'il fût ?

 

Un événement éditorial sans précédent

 

Une oeuvre hypnotique et troublante

Un roman d'aventures

Une histoire d'amour

Deux êtres unis par un pacte secret

 

Dans le monde bien réel de 1984 et dans celui dangereusement séduisant de 1Q84 va se nouer le destin de Tengo et d'Aomamé...

 

 

Mon ressenti :

Un succès phénoménal pour ce livre, je le croise en médiathèque, aucune idée de l'histoire mais je me dis : "Pourquoi pas ?"

Nous suivons donc dans ce livre 1 deux histoires en parallèle, celle de Tengo puis celle d'Aomamé.

Tengo, jeune professeur de mathématiques,qui rêve d'écrire, qui s'entraîne car un éditeur lui a conseillé de travailler encore ses textes... Puis celle d'Aomamé, jeune femme du même âge que Tengo,un peu mystérieuse, tout aussi solitaire que lui...Les deux sont seuls mais ont beaucoup d'occupation.

J'ai été complètement envoutée par ce texte, un réel plaisir d'alterner entre ces deux personnages, un certain suspense car je n'avais aucune idée de comment allait évoluer cette histoire, je n'en écris pas trop car j'ai beaucoup aimé le fait de ne pas du tout savoir où j'allais...

Je les ai suivis pages après pages, je pensais avoir du mal à le lire et pas du tout, mais je n'en suis qu'au Livre 1, donc à voir comment cela va évoluer...

Je suis restée longtemps imprégnée de ces personnages, et à m'y replonger aujourd'hui, pour écrire cet article, je n'ai qu'une envie : de lire la suite.

 

 

 

1Q84 de Haruki MURAKAMI - Belfond  2011 - 534 pages

 

 


Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

L'oeil de la lune d'ANONYME

Publié le par Emma

 

  l'oeil de la lune

 

 

 

Quatrième de couverture :

Personne n'a oublié le Bourbon Kid, mystérieux tueur en série aux inombrables victimes. Ni les lecteurs du Livre sans nom ni les habitants de Santa Mondga, l'étrange cité d'Amérique du Sud où sommeillent toujours de terribles secrets. Alors que la ville s'apprête à fêter Halloween, le Bourbon Kid devient la proie d'une brigade très spéciale, une proie particulièrement coriace, de celles qu'il ne faut pas rater sous peine d'une impitoyable vengeance. Si vous ajoutez à  cela la mystérieuse disparition de la momie du musée muncipal et le kidnapping d'un patient très particulier de l'hôpital psychiatrique, vous comprendrez que la nuit d'Halloween à Santa Mondega risque, cette année, de marquer les esprits...

 

Mon ressenti :


Après Le livre sans nom, me voilà replongée dans les aventures du Bourbon Kid.

Ce deuxième opus est tout aussi déjanté que le premier.

Tout y est : action, violence, vulgarité etc... Mais ça se lit toujours aussi bien. On a vraiment l'impression d'être dans un film, et je me suis imagé complètement l'histoire.

On y retrouve les fameux personnages du premier, il y est question de recherche de L'oeil de la lune qui est une pierre, bagarres, alcool, loups-garous, vampires etc.... Tout y est !

Je me suis régalée, mais je comprends qu'il ne peut pas plaire à tout le monde.

Je continuerai à lire cette série...


 

L'oeil de la lune d'ANONYME - Sonatine - 472 pages

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>