Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

beaucoup aime

Sur la plage de Chesil de Ian McEWAN

Publié le par Emma

Sur la plage de Chesil de Ian McEWAN

Quatrième de couverture :

" Ils étaient jeunes, instruits, tous les deux vierges avant leur nuit de noces, et ils vivaient en des temps où parler de ses problèmes sexuels était manifestement impossible…" Le soir de leur mariage, Edward Mayhew et Florence Ponting se retrouvent enfin seuls dans la vieille auberge du Dorset où ils sont venus passer leur lune de miel. Mais en 1962, dans l'Angleterre d'avant la révolution sexuelle, on ne se débarrasse pas si facilement de ses inhibitions et du poids du passé. Les peurs et les espoirs du jeune historien et de la violoniste prometteuse transforment très vite leur nuit de noces en épreuve de vérité où rien ne se déroule selon le scénario prévu.

Mon ressenti :

Edward et Florence sont jeunes, inexpérimentés et viennent de se marier, ils sont dans une auberge pour leur nuit de noces. Alors qu'Edward attend cette soirée depuis bien longtemps, pour Florence l'attente n'est pas la même, il va falloir se jeter à l'eau. Hélas, elle ne va pas forcément se passer comme prévu. L'histoire va alterner entre cette fameuse soirée, leur jeunesse, leur rencontre, leurs études et la nature qui les entoure.

L'Angleterre des années 60, deux jeunes amoureux, instruits mais par manque de dialogue vont troubler cette soirée pourtant si importante à leurs yeux : leur nuit de noces. Comment cette incompréhension, ce puritanisme va les amener à gâcher cette soirée primordiale, pourtant dans un cadre de rêve. Les descriptions de la nature sont magnifiques et contrastent avec l'ambiance qui règne, l'ambiance entre les deux est électrique, chacun se pose des questions jusqu'au dénouement final.
C'est la première fois que je le lis, c'est finement analysé, les sentiments de chacun, les interdits, les libertés, les convenances, le poids de l'éducation.

 

Sur la plage de Chesil - Ian McEwan - Gallimard 2008 - 149 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Les grandes villes n'existent pas de Cécile COULON

Publié le par Emma

Les grandes villes n'existent pas de Cécile COULON

Quatrième de couverture :

" Quelle horreur d'être jeune dans ce coin !" Cette remarque, Cécile Coulon l' a entendue pendant toute son adolescence. Jolis mais invivables, ces petits villages du fin fond du Massif central, qui disparaissent de la carte une fois la nuit tombée ? L'auteure et ses amis d'enfance ont pourtant su en faire leur terrains de jeux et d'apprentissage. Entre le stade, l'école, l'unique boutique, la salle polyvalente et l'église, il semble, à lire la romancière, qu'il soit possible de grandir heureux dans l'ignorance la plus totale des grandes villes. 

 

Mon ressenti :

Grandir à la campagne, grandir dans une ville dans laquelle il n'y a pas de cinéma, de magasins, grandir dans un village dans lequel tout le monde se connaît. Voilà un état des lieux sur ce qu'est grandir à la campagne, les occupations, être très souvent dehors, aller au stade qui est le lieu de rencontre pour les adolescents, se lever tôt et rentrer tard pour aller à l'école ou au lycée en car etc...
Cécile Coulon nous parle d'un petit  village dans le Massif Central, mais beaucoup de choses m'ont parlées, j'ai été élevée dans un petit village dans le Finistère. Beaucoup de point communs, je suis revenue en arrière, je me suis retrouvée adolescente car la campagne est la même qu'elle soit au centre , au nord ou au sud, il n'y a que certaines occupations qui diffèrent. Lorsqu'elle parle de ses occupations extérieures, ski, neige, les miennes étaient plutôt axées mer mais tout le reste est identique.
Un état des lieux de cette campagne certaines fois mal aimées, mais en même temps de plus en plus de personnes s'y installe, une carte postale d'une époque car internet change la donne maintenant, une petite bouffée d'air qui m'a rajeunie le temps de la lecture.

C'est ma première lecture de l'auteure, un autre de ses livres m'attend sur mes étagères même si celui-ci est un peu à part, j'ai beaucoup aimé l'écriture. Evidemment, les petits villages me parlent, j'y ai grandi même si je ne trouvais pas toujours cela agréable sur le moment, ça me parle toujours car j'habite, par choix en campagne, nous devons être environ 170 dans le village, et je n'habite pas au cœur du village mais sur le coteau d'en face :).

 

Les grandes villes n'existent pas - Cécile COULON - Seuil 2015 - 100 pages.

 

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Au fond de l'eau de Paula HAWKINS

Publié le par Emma

Au fond de l'eau de Paula HAWKINS

Quatrième de couverture :

En froid avec sa sœur Nel depuis des années, Julia n'a pas voulu lui répondre lorsque celle-ci a tenté de la joindre. Une semaine plus tard, le corps de Nel est retrouvé dans la rivière qui traverse Beckford, la ville de leur enfance. Obligée d'y revenir, Julia est terrifiée. De quoi a-t-elle le plus peur ? D'affronter le prétendu suicide de sa sœur ?  De s'occuper de Léna, sa nièce de quinze ans, qu'elle ne connaît pas ? Ou de faire face à un passé qu'elle a toujours fui ? Plus que tout encore, c'est peut-être la rivière qui la terrifie, ces eaux à la fois enchanteresses et mortelles, où, depuis toujours, les tragédies se succèdent.

Mon ressenti :

Après La fille du train, nous voici Au fond de l'eau. Un village, Beckford, une rivière qui a toute son importance, entre le lieu d'attraction mais aussi le lieu dans lequel se déroule des drames, en effet plusieurs femmes y sont mortes.
Alors que Nel écrivait un livre sur ce lieu et ce qui s'y était passé, elle est retrouvée morte dans cette rivière qui la fascinait tellement. Julia, sa sœur, qui ne lui a pas parlé depuis des années arrive sur le lieu, elle doit partager son temps avec sa nièce qu'elle ne connaît presque pas.
Une histoire qui commence doucement, il va falloir rassembler toutes les pièces du puzzle sans être pressé. A tour de rôle, les personnages distillent quelques informations, brouillant régulièrement les pistes, les époques sont différentes, les relations entre humains ne sont pas toujours aisées.
Un très bon suspense, c'est efficace, prenant, même si je crois qu'à la différence de l'avis de nombreuses personnes, j'ai préféré La fille du train.

 

Au fond de l'eau - Paula HAWKINS - Sonatine 2017 - 405 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Trois jours et une vie de Pierre LEMAITRE

Publié le par Emma

Trois jours et une vie de Pierre LEMAITRE

Quatrième de couverture :

" À la fin de décembre 1999, une surprenante série d'événements tragiques s'abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt.
Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir.
pour Antoine qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien… "

P.L.

 

Mon ressenti :

Antoine habite Beauval, ses parents sont divorcés et il habite avec sa maman. Dans ce petit village où tout le monde se connaît, le petit Rémi Desmedt va disparaître. Antoine le connaît très bien, nous allons suivre l'histoire au travers de ses yeux, nous allons pénétrer dans ses pensées.
Je ne veux pas trop en écrire pour ne rien dévoiler de l'histoire, je n'en savais absolument rien au début de ma lecture, et j'ai beaucoup aimé découvrir.

Une histoire très habilement menée, tout se passe dans ce village et cette forêt proche. Il y a la suspicion des personnes, le mensonge, la culpabilité, la peur, comment vivre avec un tel poids ? Quelles en sont les conséquences  au fil des années ? Trois périodes : 1999, 2011 et 2015.
J'ai trouvé le début un peu long, en effet, les trois premiers jours sont très détaillés, tout est raconté dans les moindres détails et j'ai eu un petit coup de mou. Puis, sans m'y attendre à environ la moitié du livre, tout s'enchaîne, c'est beaucoup plus rapide, une tempête arrive et à partir de ce moment j'ai vraiment eu du mal à le lâcher. Tout s'est alors enchainé avec une rapidité jusqu'au dénouement final magistral.

 

Trois jours et une vie - Pierre LEMAITRE - Albin Michel 2016 - 279 pages.

 

J'ai regardé il y a peu un film adapté d'un autre livre de Pierre Lemaître, Au revoir là-haut, un film magnifique.

 

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Mémé de Philippe TORRETON

Publié le par Emma

Mémé de Philippe TORRETON

Quatrième de couverture :

" Mémé, c'est ma mémé, même si ça ne se dit plus. Mémé me manque. Ses silences, ses mots simples au Scrabble, sa maison enfouie sous les pommiers et son buffet d'avant-guerre.
Ce texte est subjectif, partial, amoureux, ce n'est pas une enquête, ce n'est pas une biographie, c'est ce que j'ai vu, compris ou pas, ce que j'ai perdu et voulu retenir, une dernière fois.
Mémé, c'est mon regard de gamin qui ne veut pas passer à autre chose. "

 

Mon ressenti :

Philippe Torreton nous dresse une image, un portrait de sa mémé, des moments passés avec elle, petit mais aussi adulte. Une tranche de vie à la campagne en Normandie, sa maison, ses habitudes, les objets, les sensations, les odeurs. Une vie rude, le confort est presque absent, on compte les sous, pas de superflu dans cette maison, elle passe sa vie à travailler sans se plaindre. C'est avec beaucoup de tendresse qu'il nous parle de cette mémé, un beau portrait, on y retrouve forcément des objets, ou tout le monde a connu une maison comme celle-ci, les gens qui travaillaient sans se plaindre, qui ne gaspillaient rien. La campagne normande a sa part belle dans l'histoire, ainsi que le travail de la terre.

J'ai beaucoup aimé cette tranche de vie, on y retrouve une époque, une région et la campagne en général. Cette histoire m'a parlée même si je n'ai pas eu de mémé, pourtant j'ai croisé petite des personnes comme elle, et qui auraient pu être ma mémé. Ce qui a beaucoup moins fait écho chez moi (et je le savais avant de le lire) c'est la campagne normande, j'ai été élevée en Bretagne, mais à côté de la mer, je connais le potager mais tout le reste de nos occupations était la pêche à pied, les balades en bord de mer, le bateau en promenade ou pour la pêche. 
 

Mémé - Philippe TORRETON - L'Iconoclaste 2013 - 144 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

W3 Le calice jusqu'à la lie de Nathalie HUG et Jérôme CAMUT

Publié le par Emma

W3 Le calice jusqu'à la lie de Nathalie HUG et Jérôme CAMUT

Quatrième de couverture :

Les locaux du site d'infos W3 ont été soufflés par une explosion. Qui a voulu museler la voix des innocents ? S'agit-il d'un complot d'Etat comme tous le pensent ? Ou bien de tout autre chose, que les membres de W3 n'ont pas su voir ? Les survivants comprennent vite qu'ils ne sont pas sortis d'affaire. Car ceux qui ont voulu les détruire sont toujours là.
Sur les décombres encore fumants de l'immeuble, les drames se nouent et les destins s'entrelacent ou se heurtent. La plus unie des familles peut-elle résister à tant d'horreur ?

Mon ressenti :

Après Le sourire des pendus et Le mal par le mal lus l'été dernier, voici le troisième et dernier épisode de la série W3.

J'avais terminé le deuxième l'été dernier, pour nous rafraichir la mémoire, nous avons au début du livre les principaux événements qui se sont déroulés dans les deux autres. Voilà, qui me remet bien dans le bain. D'autant plus que le deuxième se terminait par  une explosion de bâtiment dans lequel tous les personnages étaient présents. Le dernier tome commence donc par cette explosion des bâtiments de la chaine W3. Tout le monde est sensé être là, évidemment il va y avoir des exceptions. 
L'histoire va donc prendre un nouveau visage, car cette explosion va changer les choses, certaines vont mourir, d'autres vont voir la vie différemment, les cartes vont être redistribuées.
Je n'en écris pas plus sur l'histoire, car il faudrait raconter le 1 et le 2 pour expliquer le 3.
Voilà une trilogie qui se lit très bien, c'est assez addictif, le troisième se complique un peu plus. C'est assez passionnant même si je pense que j'aurais du lire cet épisode l'année dernière, je l'ai lu moins vite du fait que je ne sois plus dans l'histoire. Beaucoup de suspense, d'action, de rebondissements et ça tient la route car il s'en est tout de même beaucoup passé en trois tomes de plus de 600 pages.

Je participe ainsi au pavé de l'été chez Brize.

 

Le calice jusqu'à la lie - Nathalie HUG & Jérôme CAMUT- Editions SW Télémaque 2016 - 982 pages.

W3 Le calice jusqu'à la lie de Nathalie HUG et Jérôme CAMUT

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

N'éteins pas la lumière de Bernard MINIER

Publié le par Emma

N'éteins pas la lumière de Bernard MINIER

Quatrième de couverture :

" Tu l'as laissée mourir … "

Le soir de Noël, Christine Steinmeyer, animatrice radio à Toulouse, trouve dans sa boîte aux lettres le courrier d'une femme qui annonce son suicide. Elle est convaincue que le message ne lui est pas destiné. Erreur ? Canular ? Quand le lendemain, en direct, un auditeur l'accuse de n'avoir pas réagi, il n'est plus question de malentendu. Et bientôt, les insultes, les menaces, puis les incidents se multiplient, comme si quelqu'un cherchait à prendre le contrôle de son existence. Tout ce qui faisait tenir Christine debout s'effondre. Avant que l'horreur fasse irruption.
Dans les ténèbres qui s'emparent de sa vie, la seule lueur d'espoir pourrait bien venir d'un certains Martin Servaz.

Mon ressenti :

Tout commence assez calmement, Christine reçoit une lettre, aucune adresse, aucun timbre, elle a juste été déposée. Elle apprend dans cette dernière qu'une femme va se suicider. Tout cela va être le point de départ de divers harcèlements, Christine va tout perdre.
En parallèle, Martin Servaz, est lui en maison de repos, mais il va tout de même enquêter en parallèle sur une affaire vieille d'un an.

C'est devenu quasiment un rituel en été de lire un Bernard Minier. Dans celui-ci nous sommes à Toulouse, il y est question de harcèlement, ça monte crescendo, on se demande même jusqu'où il va aller. Il y est aussi question des "space cowboys", les aventuriers de l'espace, mais aussi d'opéra. Bref, les thèmes sont très vastes et variés et autant dire qu'il n'est pas nécessaire d'aimer un de ces thèmes pour accrocher au livre. Car je pense que si il y a bien des sujets qui ne m'intéressent pas, ce sont bien la conquête spatiale et l'opéra.
C'est bien ficelé, ça se lit très vite, on a envie d'en savoir plus même si j'ai eu un petit passage à vide à un moment, j'ai vite retrouvé de l'intérêt.

Voilà un livre qui me permet de participer au challenge du pavé de l'été chez Brize.

N'éteins pas la lumière - Bernard MINIER - XO Editions 2014 - 700 pages.

N'éteins pas la lumière de Bernard MINIER

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Roseanne de M. SJÖWALL et P.WAHLÖÖ

Publié le par Emma

Roseanne de M. SJÖWALL et P.WAHLÖÖ

Quatrième de couverture :

Le cadavre dénudée d'une jeune inconnue est retrouvé dans un canal proche de la petite ville de Motala. La victime semble avoir été violée. Martin Beck, de la Criminelle de Stockholm, est envoyé en renfort auprès de l'équipe locale chargée de l'enquête. Longtemps, les investigations piétinent, mais si Beck est un bon flic, c'est parce qu'il possède "les trois qualités les plus importantes indispensables à un policier : il est têtu, il est logique et il est d'un calme absolu. " Sans oublier qu'il est patient, incroyablement patient...

 

Mon ressenti :

Motala, une ville de Suède, des canaux, des écluses et surtout, une jeune femme retrouvée morte dans un canal, qui est-elle ? Comment s'est-elle retrouvée là ?

L'enquête commence, mais il n'y a aucun élément,  pas de personnes disparues, elle n'a aucun papier, ils ne savent rien d'elle. Elle a été retrouvée nue.
Martin Beck de Stockholm va devoir venir pour les aider dans l'enquête.
Nous vivons au rythme de l'enquête, c'est lent mais on ne s'ennuie pas une seconde. Les différents morceaux du puzzle vont se mettre en place petit à petit. 
C'est la première enquête sur dix , les personnages se mettent donc en place, nous découvrons ici surtout Martin Beck, son acharnement au travail, sa patience, sa minutie. Sa vie de famille  est un peu remisée, le boulot prenant le dessus.
Une enquête écrite en 1965, qui va se révéler assez moderne. C'est très efficace, très précis, beaucoup de dialogues, tout nous est décortiqué. 
J'ai passé un très bon moment, si je retombe sur ce duo d'auteurs, je lirai certainement un autre volet. La préface est écrite par Henning  Mankell.

 

Roseanna - M. SJÖWALL et P. WAHLÖÖ - 1ère édition du livre en 70 aux éditions Planète - 313 pages.

 

Roseanne de M. SJÖWALL et P.WAHLÖÖ

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Le triangle d'incertitude de Pierre BRUNET

Publié le par Emma

Le triangle d'incertitude de Pierre BRUNET

Quatrième de couverture :

Il y a des choses que même un soldat endurci n'oublie pas. Surtout quand il se sent partiellement responsable d'un désastre ! Etienne aurait-il pu éviter le massacre de Bisesero, au Rwanda, lorsqu'il y était déployé en 1994 ? Mille deux cents Tutsis massacrés en trois jours sans que l'armée française n'intervienne... Evidemment non : la décision de ne pas bouger était venue de plus haut. Homme d'action, il a dû compter les victimes.
De retour en Bretagne, Etienne s'abîme dans une perdition intime. Sa passion pour son métier d'officier, les camarades de son unité d'élite, sa femme, ses enfants, rien ne peut atténuer la honte qui le ronge et son besoin de s'avilir. il largue les amarres, au propre comme au figuré. Naviguer  avec Gilliatt, son voilier, pour trouver une autre existence, pour que le vent du large chasse le souvenir de l'odeur de la mort dans la chaleur suffocante de Bisesero. C'est dans des eaux naufrageuses où sa vie ne compte plus qu'il défiera enfin les fantômes des défaillances du passé...

Mon ressenti :

Etienne s'en va seul en voilier, il se fait un périple pour réfléchir. En effet, il a tout laissé tomber afin d'aller naviguer, femme, enfants, travail. C'est loin d'être un caprice, ou une lubie. Avant il était officier commando marine à Lorient, une de ses missions a été  l'opération Turquoise au Rwanda en 1994. Lorsqu'on a vu l'horreur, comment supporter et se remettre des conséquences ?

En alternance avec le carnet de bord du bateau, nous avons une partie à la troisième personne qui prend de la hauteur pour nous raconter sa vie, son métier, sa vie de famille.
Un sujet bien difficile, heureusement chaque élément nous est distillé parmi le reste, tout ce qui s'est passé au Rwanda est disséminé au milieu d'élément de voile , ou d'éléments sur sa famille, ses enfants. Cela permet de bien digérer l'ensemble, je ne pense pas que j'aurais pu supporter un chapitre entier sur la guerre. Il y a toujours eu et il y aura encore des militaires qui pètent un plomb et ne se remettent jamais de l'horreur qu'ils ont vus pendant une mission. Du coup, tout cela entraîne aussi des conséquences sur la vie de famille, de couple et leur vie hors mission.

J'ai beaucoup aimé cette histoire originale, on oscille entre la guerre au Rwanda, la voile, le roman d'aventures. Les termes techniques de voile sont très nombreux, j'en connaissais une partie (à part le titre) mais je ne pense pas que ce soit gênant si on ne les connaît pas du tout, il ne faut pas s'arrêter à cela car c'est bien plus qu'une accumulation de termes de voile.
Une très belle histoire à découvrir, je ne l'ai pas beaucoup vu sur les blogs, je crois qu'il a été noyé dans le flot de la rentrée littéraire, et c'est dommage car il a de nombreux et sérieux atouts.

Si je n'ai pas totalement réussi à vous convaincre, vous pouvez aller lire l'avis de Saxaoul.

 

Le triangle d'incertitude - Pierre BRUNET - Calmann-Lévy 2017 - 273 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Baignade surveillée de Guillaume GUERAUD

Publié le par Emma

Baignade surveillée de Guillaume GUERAUD

Quatrième de couverture :

C'est l'histoire d'un couple qui se défait, l'histoire de deux frères qui s'aiment et se regardent en chiens de faïence, une histoire de voyous aussi.
Un été, sur les plages du Cap-Ferret, un homme patauge dans l'ennui pendant que sa femme lui tourne le dos et que leur gamin tente de profiter du soleil. Jusqu'à ce que son frère débarque à l'improviste pour dynamiter ses vacances comme un jeune chien fou. Malgré l'amour fuyant, malgré les crises et la perspective du vide, malgré le sirop gluant de la nostalgie. Il est trop tard pour regretter ou pour recoller les morceaux. Alors dans un crescendo sec et nerveux, la tension monte entre les fracs des vagues.

 

Mon ressenti :

Estelle et Arnaud sont en couple, ce sont les vacances, et comme chaque année ils vont au Cap-Ferret. C'est la fin du couple, Estelle ne veut pas participer à ces vacances, elle passe son temps sur son téléphone portable, Arnaud essaie de l'intégrer et de la faire participer aux activités en compagnie de leur fils qui veut profiter de la plage et des nombreuses activités du bord de mer. Tout va changer lorsque le frère d'Arnaud arrive. Il se comporte comme un chien fou, toujours à essayer de faire rire.
En parallèle, nous avons une double histoire, celle de Max, le frère, avant qu'il arrive sur le lieu de vacances.

Un livre qui se lit en moins de deux heures, on suit les dernières heures d'un couple, peut-on limiter la casse ? Comment se comporter face à son fils dans une telle situation ? Mais aussi les liens du sang, deux frères qui n'ont rien en commun, mais qui ont tout de même été très proches enfants. Beaucoup de souvenirs en commun, mais un frère complètement inconscient, tel un ado, il les rejoint mais pourquoi ?

Un bon moment de lecture, beaucoup de thèmes abordés, on sourit, on tremble, on est triste. C'est à la fois tendre et violent. Une écriture sobre, qui va à l'essentiel, une tension dramatique qui va s'intensifier au fur et à mesure de la lecture. J'ai tout découvert de l'histoire lors de ma lecture et j'ai beaucoup aimé ne pas en savoir plus.


Baignade surveillée - Guillaume GUERAUD - Editions du Rouergue 2014 - 125 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>