Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La chasse de Gabriel BERGMOSER

Publié le par Emma

La chasse de Gabriel BERGMOSER

Quatrième de couverture :

Dans l'immensité sauvage d'une Australie écrasée sous un soleil de plomb, Franck s'occupe d'une petite station-service perdue au milieu de nulle part. Son quotidien solitaire n'est troublé que par le passage de quelques rares clients. Un jour, une voiture arrive en trombe. Une jeune femme en sort, fait quelques pas et s'écroule. Aidé par un couple de voyageurs, Franck tente de soigner les blessures de l'inconnue lorsque de mystérieux assaillants arrivent sur les lieux. Coupés du monde, les occupants de la station-service vont alors devoir faire face à un véritable siège.

Mon ressenti :

Franck habite au milieu de rien, il tient une pompe à essence perdue et a une petite maison un peu plus loin. Tout autour c'est le bush. Il vient de récupérer Allie pour quelques jours, sa petite fille adolescente qu'il ne connaît quasiment pas. Alors qu'il est au travail, un break se gare et une fille sort de la voiture, titubante, couverte de boue et de sang.
Pendant la moitié du livre, nous allons alterner entre :
- "maintenant" et ce qui se passe dans la pompe à essence et, 
- "plus tôt" afin de savoir comment cette fille prénommée Maggie, qui rencontre Simon dans un bar, va se retrouver dans une telle situation.

Voilà un livre coup de poing, sans aucun temps mort. C'est violent, glauque, lorsqu'on croit qu'on est au sommet de l'horreur, l'auteur trouve encore pire, âmes sensibles s'abstenir.
Ce sont deux êtres blessés, pas de la même manière, paumés, qui n'ont connu que la violence, c'est leur langage.
Il me fallait faire des pauses dans la lecture pour reprendre mon souffle, pour digérer autant d'horreur, mais un livre très fort, on est complètement happé par cette histoire.
Un vrai coup de coeur pour cette année. Il doit être adapté au cinéma, j'espère qu'ils vont y mettre les moyens et ne pas trop dénaturer les faits.

Page 194 :
" Vu que le reste du monde avait oublié qu'ils existaient, ils pouvaient aussi bien oublier le reste du monde. "

 

La chasse - Gabriel BERGMOSER - Sonatine 2021 - 249 pages. 

Partager cet article
Repost0

Quelques lectures en retard

Publié le par Emma

Quelques lectures en retard

La pause de mon blog n'était pas prévue, elle s'est installée insidieusement. Tout est parti d'un livre que je devais chroniquer, j'ai attendu, ne prenant pas de notes pendant mes lectures, les souvenirs commençaient à disparaître. Je m'y suis remise le lendemain, plusieurs jours ainsi pour ne sortir pas grand chose. Bref, les semaines sont passées, en juin je me suis inscrite au pavé de l'été en me disant que je rattraperai le retard, j'ai bien commencé un pavé mais j'ai mis presque trois mois à le lire... Pffff . 
J'ai tout de même lu des livres au début de cette année, j'étais d'ailleurs dans une bonne cadence.  
Voici donc quelques lectures en retard :

Tout d'abord celui qui m'a posé problème à chroniquer,
 La collection - Paul CLEAVE 
Tout commence par la disparition d'Emma, alors qu' elle est étudiante, a un petit boulot dans un bar, elle disparaît un soir en sortant de son service sur le parking. Puis il y la disparition de son professeur de criminologie, Cooper Riley qui disparaît devant chez lui. Theodore Tate sort de prison, il est ancien flic et a renversé Emma il y a quelques mois, mais son père va l'embaucher pour la retrouver.
Un roman prenant, beaucoup de suspense, d'action. Des personnages déjà croisés dans d'autres livres, j'ai d'ailleurs lu celui-ci avant Nécrologie, j'aurais du les lire dans l'ordre.
Une enquête efficace, une alternance entre les chapitres entre une narration au singulier lorsque Théodore mène son enquête et le reste.

Sonatine 2014 - 475 pages.
 

Roman américain d'Antoine BELLO

Il fait partie de mes auteurs préférés, C'est toujours très intéressant, enrichissant, intelligent, surprenant.
Ici pourtant le sujet n'est pas très "glamour", on y parle assurances vie, ou plutôt revendre son assurance vie en spéculant sur sa propre mort, aux Etats-Unis certains malades du sida l'ont fait pour pouvoir payer leurs soins. Ils sont donc deux, Vlad Esinger, économiste et journaliste décortique le sujet et fait une série d'articles prenant Destin Terrace, un lotissement privilégié qui est maître dans la pratique. Dans ce lotissement vit Dan Siver, un auteur, ils se sont perdus de vue mais se connaissent, ils vont donc commencer à échanger des mails sur les divers sujets des articles.
C'est comme toujours très complet, prenant, original même si on peut être rebuté ici par la lecture d'articles sur les assurances un chapitre sur deux. J'ai beaucoup aimé comme toujours avec cet auteur, je les lisais il y a quelques années dès leur sortie.

Gallimard 2014 - 325 pages.

 

L'île des chasseurs d'oiseaux - Peter MAY

Fin Macleod part pour une enquête sur l'île de Lewis. Il est choisi car il a été élevé sur celle-ci, il la connaît donc bien ainsi que les habitants même si cela fait 18 ans qu'il n'y a pas mis les pieds. J'ai beaucoup aimé l'ambiance, déjà tout ce qui se passe sur une île m'intéresse toujours, c'est une île sauvage, le climat y est rude, il y a peu de monde.
C'est noir, on alterne entre présent et passé, le lieu est extraordinaire, bref tous les ingrédients pour passer un excellent moment. Je vais d'ailleurs continuer la série, j'ai déjà la suite car j'avais acheté les trois dans un même tome.

Rouergue 2009 - 383 pages.

 

La vallée - Bernard MINIER

Je continue avec les aventures de Martin Servaz, je les ai tous lus et pourtant, bien souvent il ne m'en reste pas grand chose. Martin a été suspendu et il reçoit un coup de téléphone de Marianne. Il n'en faut pas plus pour qu'il essaie de la sauver, il se rend donc dans un petit village au fond d'une vallée.
Pour être tout à fait honnête il ne me reste pas grand chose de cette lecture si ce n'est que ça se lit assez bien. Il y a dans celui-ci beaucoup d'astérisques se reportant aux anciens tomes, il y a d'ailleurs beaucoup de personnages déjà croisés. Il vaut donc mieux les lire dans l'ordre, mais ça m'a quelque peu agacé de croiser des références aussi souvent, ou comment " réchauffer sans cesse les plats".
C'est du coup un avis un peu mitigé, ça se lit mais ce n'est pas marquant.

XO Editions 2020 - 522 pages.

Publié dans Lectures en retard

Partager cet article
Repost0

La reine de la Baltique de Viveca STEN

Publié le par Emma

La reine de la Baltique de Viveca STEN

Quatrième de couverture :
Un corps retrouvé sur une plage de l'île de Sandhamn, au large de Stockholm... Suicide ou noyade?
L'inspecteur Thomas Andreasson, un habitué de ce bout de terre jusqu'alors paradisiaque, est chargé de l'enquête. Norah Linde, une amie d'enfance devenue avocate, lui propose son aide. Mais l'été vire au cauchemar quand une femme est assassinée dans sa chambre d'hôtel.
Et si, désormais, plus personne n'était à l'abri ?

 

Mon ressenti :
Bienvenue sur l'île de Sandhamn, le voyage ne va pas être touristique car immédiatement un corps est retrouvé sur la plage, nous sommes embarqués dans les recherches et l'enquête, aucun temps mort dès le début. L'enquête va être menée par Thomas Andreasson, il connaît bien les lieux car il a une maison sur une île juste à côté. Son amie d'enfance, Norah va lui donner un coup de main, elle habite sur place avec son mari et ses enfants.
J'ai tout de suite été très prise par cette histoire. Rien de nouveau, ni d'exceptionnel mais j'ai beaucoup aimé l'endroit, on a envie d'y aller sur cette île. L'enquête est prenante, il y a de l'action, ça se lit bien, vite, c'est distrayant, un bon roman de vacances. J'ai tellement aimé cette lecture que je me suis procurée les deux suivants.

 

La reine de la Baltique - Viveca STEN - Albin Michel 2013 - 474 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Les débutantes de J. Courtney SULLIVAN

Publié le par Emma

Les débutantes de J. Courtney SULLIVAN

Quatrième de couverture :
" Bree, Celia, April et Sally avaient quitté leurs chambres de bonne et emménagé à l'étage principal. Elles laissaient leurs portes ouvertes pendant le journée et criaient simplement pour se parler. Elles se vautraient sur les divans du salon après le repas du soir, se racontant des ragots et se lisant à voix haute des passage du New Yorker et de Vogue. "
Elles se sont connues et aimées à l'université de Smith, haut lieu de la culture féministe. Le temps, le mariage, la vie d'adulte les ont séparées, jusqu'à la disparition de l'une d'entre elles.
Face aux déceptions de l'existence, rien n'est plus précieux que les souvenirs et les amies des années de fac. Bree, Celia, April et Sally vont s'en rendre compte.

 

Mon ressenti :
Voilà un livre beaucoup vu sur les différents blogs lors de sa sortie.
Bienvenue dans les années fac, elles sont 4 amies, elles sont de milieux différents, dans une université de filles, elles vont très vite devenir amies, April, Celia, Sally et Bree.
Nous allons les suivre tout au long de leurs études, chaque chapitre prend le point de vue de l'une d'entre elle, sa vie, d'où elle vient, ses idées, ses convictions, ce qu'elle pense des autres etc... On les retrouvera après leurs études alors qu'elles ne se voient plus et que l'une d'elle va disparaître.
J'ai beaucoup aimé suivre ses quatre amies, elles évoquent de nombreux sujets plus ou moins légers, elles peuvent en effet papoter mais aussi avoir de grandes conversations sur le féminisme, la violence faite aux femmes, l'homosexualité. C'est un beau portrait de jeunes femmes américaines.

 

Les débutantes - J.Courtney SULLIVAN - 2009 - 543 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Sœurs de Bernard MINIER

Publié le par Emma

Sœurs de Bernard MINIER

Quatrième de couverture :
Mai 1993. Deux sœurs, Alice, 20 ans, et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d'arbres.
Le jeune Martin Servaz, qui vient d'intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s'intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l' œuvre aussi cruelle que dérangeante.
Les deux sœurs n'étaient-elles pas ses fans ? L'un de ses plus grands succès ne s'appelle-t-il pas La communiante ? .... L'affaire connaît un dénouement innatendu et violent, laissant Servaz rongé par le doute : dans cette enquête, estime-t-il, une pièce manquante, une pièce essentielle.
Février 2018. Par une nuit glaciale, l'écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée... elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Marin Servaz est rattrapé par l'affaire. Le choc réveille ses premières craintes. Jusqu'à l'obsession.
Une épouse, deux sœurs, trois communiantes... et si l'enquête de 1993 s'était trompée de coupable ?

 

Mon ressenti :
Deux sœurs mortes sont retrouvées attachées à des arbres en face à face sur la Garonne, en robes de communiantes, voilà tout commence par là, elles sont étudiantes et fans d'un auteur de livres Erick Lang, qui a écrit Les communiantes. Cette enquête nous permet de nous plonger dans la jeunesse de Martin Servaz, c'était sa toute première en 1993.
Nous alternons avec l'année 2018, la femme d'Erick Lang est retrouvée morte chez eux, mordue par des serpents appartenant à l'auteur.
Je continue à lire les aventures de Martin Servaz, toujours du suspense, de l'action. Nous entrons dans le monde d'un auteur de livres, un livre qui se lit bien, qui se lit vite. Nous rencontrons pas mal d'événements correspondants aux livres précédents, d'où l'importance de les lire dans l'ordre. J'ai préféré celui-ci à certains titres que je trouvais trop alambiqués, c'est distrayant, assez gore et je suis d'ailleurs en ce moment en train de lire La vallée. Vous n'avez donc pas fini d'entendre parler de Servaz !


Sœurs - Bernard Minier - XO Editions 2018 - 460 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article
Repost0

L'invitation à la vie conjugale d'Angela HUTH

Publié le par Emma

L'invitation à la vie conjugale d'Angela HUTH

Quatrième de couverture :
Frances Farthingoe s'ennuie. Elle se sent délaissée par son mari qui passe ses journées devant son ordinateur et ses nuits à observer les animaux au fond des bois. Alors, elle décide d'organiser une fête somptueuse dans son manoir d'Oxford. Elle y convie ses amis les plus chers : Rachel et Thomas Arkwright, qui n'ont plus rien à se dire depuis longtemps, Mary et Bill Luchtins, tendrement unis dans  leur passion pour la nature, Martin et Ursula Knox, le couple du bonheur insolent, Ralph, l'ami si timide, ancien amant de Frances et amant platonique d'Ursula, Rosie, la mère de Ralph, artiste peintre dont Thomas vient de tomber follement amoureux.
C'est la fête de l'année qui, en quelques heures, va bouleverser la vie des couples. Les masques vont tomber, les sentiments se bousculer, s'enflammer, et, à l'aube l'ironie, qui n'était pourtant pas conviée, aura le dernier mot.
Que la fête commence !

 

Mon ressenti :
Frances invite ses amis à une très grande fête pour s'occuper, elle doit tout préparer, elle envoie les invitations, elle doit réfléchir aux couleurs de la décoration dans le jardin etc... Nous allons suivre les différents invités de la réception de la lettre d'invitation jusqu'à la fête. Des moments de vie de plusieurs personnes, la vie quotidienne, la vie en couple, certains encore très amoureux d'autres moins, la vie seul, des invités de tous âges.
Deuxième lecture de l'auteure pour moi, et j'ai encore beaucoup aimé. J'ai apprécié la construction du livre, la fête n'est qu'à la fin du livre, nous apprenons à connaître les protagonistes, beaucoup d'événements se passent avant cette fameuse fête, nous apprenons leurs liens de parenté, leurs caractères etc ...Puis vient cette fameuse fête qui a demandé tant d'attention à Frances, tout le monde va se lâcher !
 Le quotidien des personnages est agréable à lire même si il n'est quelquefois pas très joyeux, des tranches de vie de plusieurs couples avec tous ses aspects, qu'ils soient bons ou mauvais.

 

L'invitation à la vie conjugale - Angela HUTH - Quai Voltaire 1998 - 331 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Chien-Loup de Serge JONCOUR

Publié le par Emma

Chien-Loup de Serge JONCOUR

Quatrième de couverture :

Franck et Lise avaient décidé de passer l'été au calme, dans une maison perdue dans le Lot. Ils ignoraient qu'elle avait abrité un dompteur allemand et ses fauves pendant la Première Guerre mondiale, et qu'une bête, entre chien et loup, les y attendait. Franck croyait encore que la nature n'avait plus rien de sauvage ; il pensait que les guerres du passé, où les hommes s'entretuaient, avaient cédé la place à des guerres plus insidieuses, moins meurtrières.
Ça, c'était en arrivant.

Mon ressenti :

On alterne entre deux époques un chapitre sur deux. Dans un premier temps, de nos jours, un couple a loué pour la première fois une maison dans le Lot, qui se trouve totalement isolée. Le mari a même du louer un 4X4 pour y accéder, il n'y a aucun réseau, ils sont comme dépouillés de tout.
Dans un second temps, nous sommes pendant la guerre de 14, alors que les hommes sont à la guerre et que ce sont les femmes qui prennent tous les travaux en main, tout en haut, dans une maison isolée un Allemand vit avec des fauves dans sa cour.

Alors tout d'abord, j'ai eu un peu de mal avec cette lecture au début, plusieurs éléments sont venus la perturber, je ne voyais pas du tout où il nous menait et puis ensuite sans rapport avec le livre mais plutôt avec ma situation personnelle, elle a traîné. Je l'ai continuée grâce aux nombreux avis favorables, et j'ai bien fait, je ne m'attendais pas à ce chemin là.
Deux époques, un même endroit, la nature est belle, dominante. D'un côté la guerre, de l'autre la modernité, les nouvelles technologies. J'ai beaucoup aimé, je regrette de l'avoir commencé au mauvais moment, ma chienne étant tombée malade puis n'étant plus là, ça a été vraiment une lecture éprouvante. 
Par contre, j'ai lu le dernier quart très vite et j'ai été complètement scotchée par la fin.

Page 494 : " Pour Joséphine là-haut c'était le paradis humble des collines perdues, jusqu'à ce qu'un homme un jour, un homme de nouveau, n'abîme tout. L'homme c'est cette créature de Dieu qui corrompt et dilapide, qui se fait un devoir de tout salir et d'abîmer. Sans qu'il soit question de malveillance ou de jalousie, de frustration ou de colère, par sa seule présence un homme peut tout détruire. "
 

 

Chien-Loup - Serge JONCOUR - Flammarion 2018 - 538 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article
Repost0

Mes lectures en retard (5)

Publié le par Emma

Mes lectures en retard (5)

J'arrive enfin à la dernière partie de mes livres lus l'an dernier avec :

Les autres, c'est rien que des sales types de Jacques A. Bertrand
Un exercice de style sur les différentes personnes qui nous pourrissent la vie. Du voisin, au touriste en passant par l'imbécile heureux. Il y en a 20, les portraits de ceux qui nous entourent. C'est agréable à lire, il manie très bien la langue française, on peut très bien lire un ou deux portraits et passer à autre chose avant d'y revenir quelques jours plus tard.

 

Une écharde au coeur de Jean-François Coatmeur
Tout commence la nuit dans la baie de Douarnenez, Mara devait y rejoindre son amant, elle va être agressée. Gwen qui vit dans la maison de sa mère alors qu'il sort de prison va croiser Mara, elle est dans la rue, elle a froid, elle tient des propos peu cohérents. 
Un polar assez classique, ça se lit bien, j'ai passé un excellent moment sans que ce soit inoubliable.

 

Les cœurs déchiquetés d'Hervé Le Corre
Pierre Vilar enquête sur la disparition de la mère de Victor, un jeune collégien. Nous allons alterner dans la lecture entre cette enquête et ce Pierre Vilar qui enquête mais qui lui même a connu une tragédie, celle de la disparition de son fils, il a été enlevé et jamais retrouvé. Ces deux drames nous suivent tout du long, alors c'est lent, c'est noir, c'est glauque et autant le dire, il vaut mieux être en très grande forme pour pouvoir lire et suivre cette histoire car petit à petit nous nous enfonçons avec eux. C'est sûrement un état d'esprit positif qui m'a manqué pour cette lecture, je ne m'attendais pas à autant de noirceur et cela m'a un peu déstabilisée.
C'était un coup de coeur pour mon cher et tendre.

 

Souviens-toi de Hallows Farm d'Angela Huth
Tout d'abord, celui-ci est la suite de Bienvenue à Hallows Farm, que je n'ai pas lu, il va falloir que je me le procure. Dans le premier, Prue est aide-agricole avec deux copines pendant la guerre. 
Ici, Prue est rentrée à Manchester, elle va rencontrer Barry et va l'épouser.
J'ai beaucoup aimé les descriptions de paysage, nous sommes en Angleterre après la guerre, nous avons une vraie carte postale de l'époque. Tout au long du livre, Prue va rencontrer, se marier, vivre en couple avec toujours cette nostalgie de l'époque pendant laquelle elle aidait à la ferme avec ses copines.
Première lecture pour moi de l'auteure, quel bonheur, une carte postale de la société tout de suite après la guerre, l'histoire pourrait paraître un peu " cucul ", et je n'ai en aucun cas ressenti cela, c'est l'histoire des gens, l'Angleterre telle qu'elle est à un moment donné. J'ai pensé à Barbara Pym en lisant cette histoire sans le côté religieux. Un vrai coup de cœur, j'en ai d'ailleurs lu un autre depuis dont je vous parlerai bientôt.


J'en ai maintenant fini avec mes retards de lecture de l'an dernier, je vais essayer de reprendre mes articles par livre, il va falloir que je m'y mette assez vite car j'en ai lu pas mal depuis le début d'année. A suivre...

 

Publié dans Lectures en retard

Partager cet article
Repost0

Mes lectures en retard (4)

Publié le par Emma

Mes lectures en retard (4)

L'année dernière, j'ai lu quelques livres, je continue donc :
mais il faut bien avouer que pour certains la mémoire flanche, s'est ajouté au temps qui passe le moment pendant lequel je l'ai lu et l'état de mon esprit.
Bref,  j'ai ainsi lu le premier livre de R.J. Ellory, Papillon de nuit, qui se lit très bien, ce n'est cependant pas mon préféré de l'auteur, il a un peu traîné en longueur. 
J'ai continué avec Buveurs de vent de Franck Bouysse, et j'aime beaucoup cet auteur, mais je me suis creusée la tête pendant une semaine, j'ai relu la fin et je n'en ai aucun souvenir, si ce n'est que j'ai eu un gros passage à vide au milieu du livre pour enfin me dire qu'il était bien quand même. ( ah oui ce n'est pas cela qui va vous aider.....).
J'ai ensuite continué avec Le douzième chapitre de Jérôme Loubry, première fois que je lis l'auteur, j'ai été très accrochée tout du long par cette histoire de disparition mais j'ai trouvé la fin très décevante.
J'ai continué avec Le diable tout le temps de Donald Ray Pollock qui est considéré comme le meilleur pour la majorité, je suis un peu restée à côté, j'ai préféré son roman, Une mort qui en vaut la peine.

 Puis une lecture d'un titre plus récent :
L'école des soignantes de Martin WINCKLER

Nous sommes en 2039 dans un hôpital d'un nouveau genre, un centre qui écoute dans le respect et la bienveillance. Nous y retrouvons des personnages rencontrés dans les autres romans de l'auteur (pas besoin de les avoir lus) et notamment Jean Atwood qui était dans le Choeur des femmes. Nous ne parlons plus d'hôpital, plus de maladie, plus de malades mais de centre, de pathologie et de soignés, nous accompagnons les gens en fin de vie. Nous sommes dans l'utopie ou l'anticipation, c'est un peu déconcertant mais ça se lit bien et c'est assez rare une anticipation qui n'est pas  un scénario de catastrophe mais plutôt accompagnement et bienveillance. 

J'ai toujours été friande des livres de cet auteur, celui que j'ai le moins aimé reste La maladie de Sachs, j'ai adoré Les trois médecins, Le choeur des femmes. Je ne suis pas sûre que celui-ci soit un titre pour découvrir l'auteur.

Je continue avec RN 86 de Jean-Bernard POUY
C'est toujours un peu une expérience spéciale de lire un livre de lui. Ici nous suivons Léonard, sa femme a disparu quelques jours, est revenu, puis avant de pouvoir éclaircir le pourquoi de cette escapade, a eu un accident de voiture. Elle meurt dans l'accident. Il trouve alors une carte postale du Pont du Gard dans son sac, il va se rendre là-bas et  va tenter de retracer son parcours. Il va chercher sur ces routes et chemins autour du Pont du Gard, en voiture, à vélo, les descriptions de l'endroit sont très intéressantes. C'est un vrai circuit touristique qui nous est présenté, j'ai beaucoup aimé cette partie car c'est un endroit que j'aime particulièrement. La tension est présente pendant toute cette quête. Un petit livre qui se lit bien, comme toujours avec cet auteur, c'est original, dépaysant, étonnant, il ne faut pas être trop pressé.

 

Voilà, je m'arrête là pour aujourd'hui, il y aura encore un autre article avec plusieurs lectures de l'an dernier avant de reprendre un rythme normal, il ne faut pas que je traîne car je ne vais plus me souvenir de mes lectures du début de l'année. J'ai mis le nez dans ma PAL, j'ai acheté assez peu de livres en 2020 car depuis quelques années elle dépassait les 300 titres en attente, je ne les comptais plus depuis. Et bien tadam !!!! j'en suis à environ 290. 

 

Publié dans Lectures en retard

Partager cet article
Repost0

Mes lectures en retard (3)

Publié le par Emma

Mes lectures en retard (3)

Rêves de garçon de Laura KASISCHKE

Fin des années 70, trois jeunes filles en camps de vacances partent en Mustang pour se baigner, elles vont croiser sur la route une voiture avec deux garçons croisés une première fois à la pompe à essence. La vie sur le camp continue mais on sent qu'il s'est passé quelque chose,  la pression monte mais c'est lent, très, très lent. Il ne se passe pas grand chose pendant une grande partie du livre, on attend sans savoir où elle va. Il y a des retours en arrière, sur l'enfance puis on revient sur le camps. Jusqu'à la révélation.
Je l'ai trouvé un peu long et pourtant il n'y a pas beaucoup de pages, mon préféré de l'auteur reste Esprit d'hiver.

Rêves de garçons - Laura KASISCHKE - Christian Bourgois 2007 - 250 pages.

Le plus petit baiser jamais recensé de Mathias MALZIEU

Un inventeur recherche une fille disparue après l'avoir embrassée. On retrouve son style unique, toujours le côté "fleur bleue", la poésie, des expressions imagées, inventées. Toujours la même poésie dans l'écriture, même si j'ai moins aimé que le premier lu de l'auteur, peut-être que ce qui m'avait marqué la première fois était la surprise.

Le plus petit baiser jamais recensé - Mathias MALZIEU - Flammarion 2013 - 158 pages.

La disparition de Jim Sullivan de Tanguy VIEL

Après Paris-Brest, je voulais en lire un autre de l'auteur. Autant vous avouer qu'à part le fait qu'il veut écrire un roman avec un personnage américain,  que l'auteur ajoute des commentaires sur le lieu où il doit habiter etc, je n'en ai aucun souvenir. Je me souviens que je l'ai lu très vite et qu'à la fin je me suis dit : "tout ça pour ça ".

La disparition de Jim Sullivan - Tanguy VIEL - Les éditions de minuit 2013 - 153 pages.

Nous étions faits pour être heureux de Véronique OLMI

Deux personnes vont s'aimer. Lui est pourtant marié  avec une femme beaucoup plus jeune que lui et père de famille. Pourtant, l'accordeuse de piano, de son âge et lui vont avoir une relation.  Il y a aussi le thème du poids des secrets de famille pour lui.
C'est ma première lecture de l'auteure , j'ai passé un bon moment et je l'ai trouvé très agréable.

Nous étions faits pour être heureux - Véronique OLMI - Albin Michel 2012 - 234 pages.

Un paradis trompeur d'Henning MANKELL

Un jeune suédoise, Hannah, part sur un bateau en 1904, elle quitte son pays pour changer de vie. Elle va devenir cuisinière sur un bateau, va quitter ce boulot après la mort de son mari et va se retrouver au Mozambique.

Après avoir adoré Daisy sisters, j'étais impatiente de découvrir celui-ci. J'ai trouvé le début passionnant, sa vie en Suède, la difficulté, son départ et son périple, puis je suis un peu retombée, je ne l'ai pas aimé comme espéré, une fois au Mozambique j'ai trouvé qu'il y avait certaines longueurs, j'ai eu moins d'intérêt à certains passages du livre, lorsqu'elle a du mal à trouver sa place, à s'imposer. C'est parfois violent, le racisme est bien présent, la cruauté des hommes etc...

Un paradis trompeur - Henning MANKELL - Seuil 2013 - 374 pages.

 

Ces livres ont été lus l'été dernier, pour me remettre à lire j'avais choisi des livres assez courts et je m'aperçois que je n'en ai, au final, pas trop de souvenirs, comme quoi si ils ne sont pas percutants, les livres courts sortent très vite de ma mémoire.

Publié dans Lectures en retard

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>